Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°28

Septembre 2005

Economies d’énergie

Espagne : un plan ambitieux d’économie d’énergie

Septembre 2005




Le ministre espagnol de l’Industrie, José Montilla, a annoncé un plan ambitieux d’économie d’énergie pour les deux prochaines années qui devrait aboutir à une baisse de 8,5% de la consommation d’énergie primaire et de 20% des importations de pétrole.

Le plan dénommé Action E4 de J. Montilla doit être, selon lui, « un coup de barre vers la durabilité qui donnera plus de poids aux énergies renouvelables et une réelle impulsion à l’efficacité énergétique », a-t-il expliqué lors de l’inauguration des III Journées de l’industrie espagnole face au Protocole de Kyoto, en milieu de semaine dernière. Les objectifs affichés par l’Industrie sont une réduction de la consommation d’énergie primaire équivalente à 12 millions de tonnes de pétrole, économies d’énergie permettant de réduire les émissions de CO2 de 32,5 millions de tonnes, a précisé le ministre.

Sept secteurs prioritaires ont été dégagés qui devront collaborer aux objectifs du gouvernement : l’industrie, les transports, la construction, les services publics, l’équipement, l’agriculture et la transformation d’énergie. J. Montilla a estimé que le tarif en général était « un des éléments dissuasifs le plus efficace pour réduire la consommation d’un bien ou d’un produit », le ministre se déclarant prêt « à protéger la consommation énergétique responsable et pénaliser le gaspillage ».

Pour autant, le titulaire du portefeuille industriel a opportunément souligné que « l’énergie la moins chère restait celle qu’on ne consomme pas ». Cela ne « suppose d’aucune manière que doit s’appliquer une hausse immédiate et indifférenciée des tarifs », a-t-il cependant indiqué. Le tarif devra malgré tout « répercuter les oscillations de coûts des matières premières comme le charbon, le pétrole ou le gaz », a-t-il préconisé.
La plus grande usine française de panneaux solaires photovoltaïques, Photowatt à Bourgoin-Jallieu (Isère) est en pleine expansion, mais faute de marchés en France, elle vend 95% de sa production à l’exportation.

"En 18 mois, nous avons embauché 150 personnes et sommes passés à 500 salariés, nous avons des commandes pour les 18 mois à venir, mais comme il n’y a pas de volonté de développer l’énergie solaire en France, nous ne vivons que par l’exportation" explique René Desserières, directeur commercial de Photowatt.

Source : AFP - 07/07/2004
Source : Enerpresse n. 8863 - 11 juillet 2005

Le ministre espagnol de l’Industrie, José Montilla, a annoncé un plan ambitieux d’économie d’énergie pour les deux prochaines années qui devrait aboutir à une baisse de 8,5% de la consommation d’énergie primaire et de 20% des importations de pétrole.

Le plan dénommé Action E4 de J. Montilla doit être, selon lui, « un coup de barre vers la durabilité qui donnera plus de poids aux énergies renouvelables et une réelle impulsion à l’efficacité énergétique », a-t-il expliqué lors de l’inauguration des III Journées de l’industrie espagnole face au Protocole de Kyoto, en milieu de semaine dernière. Les objectifs affichés par l’Industrie sont une réduction de la consommation d’énergie primaire équivalente à 12 millions de tonnes de pétrole, économies d’énergie permettant de réduire les émissions de CO2 de 32,5 millions de tonnes, a précisé le ministre.

Sept secteurs prioritaires ont été dégagés qui devront collaborer aux objectifs du gouvernement : l’industrie, les transports, la construction, les services publics, l’équipement, l’agriculture et la transformation d’énergie. J. Montilla a estimé que le tarif en général était « un des éléments dissuasifs le plus efficace pour réduire la consommation d’un bien ou d’un produit », le ministre se déclarant prêt « à protéger la consommation énergétique responsable et pénaliser le gaspillage ».

Pour autant, le titulaire du portefeuille industriel a opportunément souligné que « l’énergie la moins chère restait celle qu’on ne consomme pas ». Cela ne « suppose d’aucune manière que doit s’appliquer une hausse immédiate et indifférenciée des tarifs », a-t-il cependant indiqué. Le tarif devra malgré tout « répercuter les oscillations de coûts des matières premières comme le charbon, le pétrole ou le gaz », a-t-il préconisé.
La plus grande usine française de panneaux solaires photovoltaïques, Photowatt à Bourgoin-Jallieu (Isère) est en pleine expansion, mais faute de marchés en France, elle vend 95% de sa production à l’exportation.

"En 18 mois, nous avons embauché 150 personnes et sommes passés à 500 salariés, nous avons des commandes pour les 18 mois à venir, mais comme il n’y a pas de volonté de développer l’énergie solaire en France, nous ne vivons que par l’exportation" explique René Desserières, directeur commercial de Photowatt.

Source : AFP - 07/07/2004
Source : Enerpresse n. 8863 - 11 juillet 2005



Thèmes
Maîtrise de l’énergie