Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Comité de médiation

Election d’Agnès Le Coutour au comité de médiation




Élection d’Agnès Le Coutour au comité de médiation au cours de l’AG 2012 du Réseau "Sortir du nucléaire"


Candidature au Comité de Médiation du Réseau "Sortir du nucléaire"

PRÉSENTATION DE AGNÈS LE COUTOUR

Habitante de la Hague, je suis militante antinucléaire depuis 1985. J’ai participé aux jeûnes de la Maison de Vigilance avec Théodore Monod et Solange Fernex. En 2006, j’ai initié le jeûne « Nagasaki-Hiroshima-Flamanville, c’est nos villes » près de Flamanville, pour marquer le lien existant entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire. En tant que psychologue clinicienne, je suis consciente de l’intérêt qu’il y a à échanger les arguments dans une écoute réciproque. C’est de notre intérêt à tous d’arriver à dépasser les conflits inhérents aux groupes humains car nous sommes tous différents les uns des autres. Il nous importe donc de rendre compatibles nos différences qui doivent nous apporter au final, plus de force et de compétences et renforcer nos actions.

J’aimerai pouvoir travailler à rendre possible la mutualisation de nos différences, en participant au comité de médiation.

Note : Le Comité de Médiation est actuellement composé de Patrice Bouveret et Hervé Ott. Conformément à l’article 39 du Règlement intérieur – et en vertu des propositions du Comité de Médiation quant à sa composition-, le Comité de Médiation doit être composé d’entre 3 et 5 membres.


Élection d’Agnès Le Coutour au comité de médiation au cours de l’AG 2012 du Réseau "Sortir du nucléaire"


Candidature au Comité de Médiation du Réseau "Sortir du nucléaire"

PRÉSENTATION DE AGNÈS LE COUTOUR

Habitante de la Hague, je suis militante antinucléaire depuis 1985. J’ai participé aux jeûnes de la Maison de Vigilance avec Théodore Monod et Solange Fernex. En 2006, j’ai initié le jeûne « Nagasaki-Hiroshima-Flamanville, c’est nos villes » près de Flamanville, pour marquer le lien existant entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire. En tant que psychologue clinicienne, je suis consciente de l’intérêt qu’il y a à échanger les arguments dans une écoute réciproque. C’est de notre intérêt à tous d’arriver à dépasser les conflits inhérents aux groupes humains car nous sommes tous différents les uns des autres. Il nous importe donc de rendre compatibles nos différences qui doivent nous apporter au final, plus de force et de compétences et renforcer nos actions.

J’aimerai pouvoir travailler à rendre possible la mutualisation de nos différences, en participant au comité de médiation.

Note : Le Comité de Médiation est actuellement composé de Patrice Bouveret et Hervé Ott. Conformément à l’article 39 du Règlement intérieur – et en vertu des propositions du Comité de Médiation quant à sa composition-, le Comité de Médiation doit être composé d’entre 3 et 5 membres.