Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°32

Septembre 2006

Du 22 au 24 septembre 2006 : On demande des Inspecteurs Citoyens, pour chercher les armes de destruction massive... en France !!!

Septembre 2006




Pour la première fois en France, une Inspection Citoyenne de masse est organisée pour inspecter le Centre d’Essais des Landes, où sont testés les futurs missiles M51, porteurs de mini-bombes nucléaires...



C’est le secret le mieux gardé de la République atomique...
Au milieu des années 90, le monde pousse un soupir de soulagement : la guerre froide s’achève, et la menace de l’apocalypse nucléaire recule. La moitié des armes nucléaires mondiales ont été détruites, conformément au Traité de Non-Prolifération, signé par la quasi totalité des Etats de la planète (sauf 3 : Israël, l’Inde et le Pakistan)... Pourtant, dans le secret des laboratoires, la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne entreprennent de développer une nouvelle génération d’armes nucléaires, les mini-nukes...

La France opèrera des “frappes nucléaires préventives”...
Comme l’a reconnu à demi-mots Jacques Chirac en janvier dernier, dans un discours prononcé à la base nucléaire de l’Ile Longue, la France rompt avec la doctrine traditionnelle de la dissuasion nucléaire, et entend désormais utiliser les bombes nucléaires non plus pour se défendre mais pour attaquer ! Pour “protéger nos ressources stratégiques”, par exemple. Et pour ça, rien de tel que des mini-bombes nucléaires : en faisant un peu moins de morts que la bombe d’Hiroshima, elles rendront plus acceptables aux yeux des opinions publiques leur emploi à titre “chirurgical”, et éviteront d’avoir à déployer trop de troupes sur le terrain. Quel cynisme !

Mini-bombes et maxi-missiles
Les mini-bombes sont déjà en France, mais la France ne dispose pas encore de quoi les porter vers leurs futures cibles, depuis les sous-marins hébergés à la base nucléaire de l’Ile Longue, à Brest. Il lui faut se doter d’un missile adapté aux mini-bombes. C’est la fonction du missile M51, en cours de construction à Bordeaux, sous le contrôle d’EADS. Avec une portée de 10 000 km (et un coût de plus de 10 milliards d’euros), il menacera la planète entière, avec une précision de tir jamais égalée. Juste ce qu’il fallait pour pouvoir utiliser des mini-bombes nucléaires...

On demande des milliers d’inspecteurs citoyens
Au lendemain de la première guerre du Golfe, les inspecteurs de l’ONU sont envoyés en Irak pour chercher des armes nucléaires et faire appliquer le Traité de Non-Prolifération. Mais voilà : il n’y a plus d’armes de destruction massive en Irak ! Au même moment, des pacifistes européens font remarquer qu’il y a en Europe des armes de destruction massive, et que bizarrement, les inspecteurs de l’ONU ne viennent jamais les chercher par chez nous...

Devant cette carence, des associations (*) ont décidé de recruter des milliers d’inspecteurs citoyens pour inspecter le Centre d’Essais des Landes. Ce Centre ultra-secret est situé sur un terrain militaire gigantesque qui borde l’océan, entre Biscarosse et Mimizan, à 50 km de Bordeaux. C’est là que le M51 doit subir cette année les tests ultimes avant fabrication industrielle...

22-24 septembre 2006 : tous dans les Landes !
A Biscarosse se tiendra donc en septembre prochain la première grande inspection citoyenne en France, avec des forums, des concerts (Mouss et Hakim des Motivés, Marcel et son Orchestre, La Phaze, Désert Rebel, 113, Enhancer, la Ruda Salska, les Ogres de Barback, Tagada Jones, etc. et une surprise musicale et militante de taille...) et des actions symboliques de type “inspections citoyennes” contre le Centre d’Essais des Landes. Pour participer, soutenir, organiser un départ collectif : www.nonaumissileM51.org

Xavier Renou
Campagne Désarmement nucléaire
Greenpeace France

(*) Partenaires de l’inspection citoyenne :
Réseau Sortir du Nucléaire, Greenpeace, Abolition 2000 France, Attac, Mouvement de la Paix, MAN, Maires pour la paix, Union Pacifiste, Agir Ici, Amis de la Terre, ACDN, Quakers, Pax Christi, Faucheurs volontaires, AMFPGN...

C’est le secret le mieux gardé de la République atomique...
Au milieu des années 90, le monde pousse un soupir de soulagement : la guerre froide s’achève, et la menace de l’apocalypse nucléaire recule. La moitié des armes nucléaires mondiales ont été détruites, conformément au Traité de Non-Prolifération, signé par la quasi totalité des Etats de la planète (sauf 3 : Israël, l’Inde et le Pakistan)... Pourtant, dans le secret des laboratoires, la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne entreprennent de développer une nouvelle génération d’armes nucléaires, les mini-nukes...

La France opèrera des “frappes nucléaires préventives”...
Comme l’a reconnu à demi-mots Jacques Chirac en janvier dernier, dans un discours prononcé à la base nucléaire de l’Ile Longue, la France rompt avec la doctrine traditionnelle de la dissuasion nucléaire, et entend désormais utiliser les bombes nucléaires non plus pour se défendre mais pour attaquer ! Pour “protéger nos ressources stratégiques”, par exemple. Et pour ça, rien de tel que des mini-bombes nucléaires : en faisant un peu moins de morts que la bombe d’Hiroshima, elles rendront plus acceptables aux yeux des opinions publiques leur emploi à titre “chirurgical”, et éviteront d’avoir à déployer trop de troupes sur le terrain. Quel cynisme !

Mini-bombes et maxi-missiles
Les mini-bombes sont déjà en France, mais la France ne dispose pas encore de quoi les porter vers leurs futures cibles, depuis les sous-marins hébergés à la base nucléaire de l’Ile Longue, à Brest. Il lui faut se doter d’un missile adapté aux mini-bombes. C’est la fonction du missile M51, en cours de construction à Bordeaux, sous le contrôle d’EADS. Avec une portée de 10 000 km (et un coût de plus de 10 milliards d’euros), il menacera la planète entière, avec une précision de tir jamais égalée. Juste ce qu’il fallait pour pouvoir utiliser des mini-bombes nucléaires...

On demande des milliers d’inspecteurs citoyens
Au lendemain de la première guerre du Golfe, les inspecteurs de l’ONU sont envoyés en Irak pour chercher des armes nucléaires et faire appliquer le Traité de Non-Prolifération. Mais voilà : il n’y a plus d’armes de destruction massive en Irak ! Au même moment, des pacifistes européens font remarquer qu’il y a en Europe des armes de destruction massive, et que bizarrement, les inspecteurs de l’ONU ne viennent jamais les chercher par chez nous...

Devant cette carence, des associations (*) ont décidé de recruter des milliers d’inspecteurs citoyens pour inspecter le Centre d’Essais des Landes. Ce Centre ultra-secret est situé sur un terrain militaire gigantesque qui borde l’océan, entre Biscarosse et Mimizan, à 50 km de Bordeaux. C’est là que le M51 doit subir cette année les tests ultimes avant fabrication industrielle...

22-24 septembre 2006 : tous dans les Landes !
A Biscarosse se tiendra donc en septembre prochain la première grande inspection citoyenne en France, avec des forums, des concerts (Mouss et Hakim des Motivés, Marcel et son Orchestre, La Phaze, Désert Rebel, 113, Enhancer, la Ruda Salska, les Ogres de Barback, Tagada Jones, etc. et une surprise musicale et militante de taille...) et des actions symboliques de type “inspections citoyennes” contre le Centre d’Essais des Landes. Pour participer, soutenir, organiser un départ collectif : www.nonaumissileM51.org

Xavier Renou
Campagne Désarmement nucléaire
Greenpeace France

(*) Partenaires de l’inspection citoyenne :
Réseau Sortir du Nucléaire, Greenpeace, Abolition 2000 France, Attac, Mouvement de la Paix, MAN, Maires pour la paix, Union Pacifiste, Agir Ici, Amis de la Terre, ACDN, Quakers, Pax Christi, Faucheurs volontaires, AMFPGN...


MENU

Thèmes
Luttes et actions