Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Agenda

31
oct
Actions


Non à l’EPR de Flamanville

Devant EDF contre la mise en service de l'EPR

Nantes (44) - Pays de la Loire


Mardi 31 octobre 2017


Devant l'agence EDF de Nantes, 16 allée des Tanneurs, à 12H



EPR de Flamanville : l’incroyable désinvolture de la mafia atomique (EDF, Areva, ASN, Etat,…)

2006 : Areva fabrique la cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville à la forge du Creusot

2014 : on s’aperçoit qu’elle n’est pas conforme aux normes de sécurité POURTANT… dès 2005 : EDF et Areva avaient été alertés par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) :

Lettre de l’Autorité de Sûreté Nucléaire à EDF du 16 décembre 2005 : « Dans le cadre du contrôle des installations nucléaires, on a constaté de nombreux écarts chez Creusot Forge. Cela met en cause la qualité des travaux et la surveillance des sous-traitants. »

La forge du Creusot connaissait de gros problèmes de qualité

« Toutes les expertises qui sont intervenues après concluent qu’en fait, au moment où est lancée la fabrication du couvercle et du fond de cuve de Flamanville 3, les usines du Creusot n’avaient pas la capacité nécessaire à la réalisation de ces pièces. », Jean-François Victor, ancien PDG de la société UIGM, un des deux ateliers constituant depuis 2013 Creusot Forge

Résultat : l’acier de la cuve contient trop de carbone, il risque de céder en cas de changement brutal de température.

« Forger une pièce, c’est quelque chose de complexe. Pour que ce soit un succès, il y a un certain nombre de parades, de mesures de prévention à mettre [en place]. Et, ce qu’on constate, c’est qu’elles n’étaient pas toujours en place [au Creusot]. », Julien Collet, directeur général adjoint de l’ASN

EDF, Areva, l’ASN et in fine l’Etat ont pris un énorme risque industriel en toute connaissance de cause. Surtout, le risque principal qui est encouru est celui d’une catastrophe qui aurait des conséquences majeures et irréversibles sur la population (comme Tchernobyl, Fukushima,..).

Le 16 octobre 2017 dernier, le Conseil d’État a rejeté les recours du CRILAN, de « Notre affaire à tous », du Réseau Sortir du nucléaire, de Greenpeace et de FNE contre un arrêté du 30 décembre 2015 relatif aux équipements sous pression nucléaires (arrêté prévoyant une procédure dérogatoire pour les équipements ne répondant pas aux exigences de qualité (!?), sur autorisation de l’ASN) en s’en remettant largement à l’ASN, justement.

Or, comment peut-on encore s’en remettre à l’ASN qui était au courant des problèmes dès 2005 et qui a pourtant laissé EDF et Areva installer la cuve de l’EPR dans le réacteur en janvier 2014 ?

D’autant que l’ASN s’en remet à Areva elle-même pour les contrôles, et d’autant plus qu’Areva a falsifié des dossiers d’assurance qualité !!!

L’Observatoire du nucléaire a saisi en référé le TGI de Paris pour empêcher l’ASN de valider la cuve. L’audience a eu lieu le 10 octobre 2017 et le verdict a été renvoyé au 31 octobre 2017. Entre temps, le 11 octobre 2017, l’ASN s’est empressée de publier son avis définitif qui est identique à son projet d’avis de juin 2017 et qui est favorable à la mise en service de la cuve malgré sa non-conformité, alors que toute rupture de la cuve devrait normalement être exclue (ce qui ne veut pas dire qu’elle est impossible mais qu’elle ne doit surtout pas se produire sous peine d’accident majeur inéluctable). Pour autant, la juge des référés est encore parfaitement en capacité d’intervenir. _

En juillet 2003, Areva avait laissé Michel-Yves Bolloré racheter Creusot Mécanique et Creusot Forge avant de les lui racheter en octobre 2006 pour 170 millions d’euros soit plus de 100 millions d’euros supplémentaires ! Survalorisation qu’Areva a sans doute essayé de justifier par le démarrage de la production des pièces d’EPR, malgré une incapacité de cette usine à les produire correctement, et malgré les pertes ultérieures : un euro de perte par euro de chiffre d’affaires !

Ce scandale s’ajoute à ceux d’UraMin (mines d’uranium au Niger) et de l’EPR d’Olkiluoto (Finlande).

Problème pour la mafia atomique : cela commence à se voir : Areva est en faillite ; ce qu’il en reste, ainsi qu’EDF, ont été recapitalisés par l’Etat et cela pèse sur les comptes publics car ce sera en pure perte. Les contribuables payent déjà.

Le Ministre de l’Economie et des Finances dans une récente prise de position exceptionnellement colérique est tout à fait fondé à parler de « connivences sans contrôle de l’Etat ». Et Bruno Le Maire de préciser à cette occasion que le sauvetage d’Areva correspondait à des montants "supérieurs à l'intégralité des économies que le ministre des Comptes publics doit trouver en 2017 pour nous ramener sous les 3% (de déficit public par rapport au PIB)".

L’EPR de Flamanville ne doit pas être démarré. Il ne fera alors que s’ajouter à la liste des réacteurs construits mais non mis en service, qui ne généreront pas d’accident nucléaire et qui, non contaminés, n’auront pas à être démantelés : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Projet_de_r%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_abandonn%C3%A9

Sources : https://www.franceinter.fr/sciences/cuve-de-l-epr-de-flamanville-l-incroyable-legerete-d-areva-et-edf http://www.sortirdunucleaire.org/Arrete-du-30-decembre-2015-ESPN http://www.observatoire-du-nucleaire.org https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-victor/blog http://transparence-nucleaire.eu.org/chronologie/ https://www.youtube.com/watch?v=dD4xX2aIpqI https://www.can-ouest.org/

Réacteurs nucléaires EPR : stop ! N’ajoutons pas la catastrophe aux scandales ! Halte à la mafia atomique !

Association Sortir du nucléaire Pays nantais, https://sdn44.wordpress.com/, 06 70 11 77 27, sortirdunucleairepaysnantais@laposte.net

Rejoignez-nous ! … et changez de fournisseur d’électricité pour Enercoop (www.enercoop.fr)

Sortir du nucléaire Pays nantais

sortirdunucleairepaysnantais@laposte.net

06 70 11 77 27

EPR de Flamanville : l’incroyable désinvolture de la mafia atomique (EDF, Areva, ASN, Etat,…)

2006 : Areva fabrique la cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville à la forge du Creusot

2014 : on s’aperçoit qu’elle n’est pas conforme aux normes de sécurité POURTANT… dès 2005 : EDF et Areva avaient été alertés par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) :

Lettre de l’Autorité de Sûreté Nucléaire à EDF du 16 décembre 2005 : « Dans le cadre du contrôle des installations nucléaires, on a constaté de nombreux écarts chez Creusot Forge. Cela met en cause la qualité des travaux et la surveillance des sous-traitants. »

La forge du Creusot connaissait de gros problèmes de qualité

« Toutes les expertises qui sont intervenues après concluent qu’en fait, au moment où est lancée la fabrication du couvercle et du fond de cuve de Flamanville 3, les usines du Creusot n’avaient pas la capacité nécessaire à la réalisation de ces pièces. », Jean-François Victor, ancien PDG de la société UIGM, un des deux ateliers constituant depuis 2013 Creusot Forge

Résultat : l’acier de la cuve contient trop de carbone, il risque de céder en cas de changement brutal de température.

« Forger une pièce, c’est quelque chose de complexe. Pour que ce soit un succès, il y a un certain nombre de parades, de mesures de prévention à mettre [en place]. Et, ce qu’on constate, c’est qu’elles n’étaient pas toujours en place [au Creusot]. », Julien Collet, directeur général adjoint de l’ASN

EDF, Areva, l’ASN et in fine l’Etat ont pris un énorme risque industriel en toute connaissance de cause. Surtout, le risque principal qui est encouru est celui d’une catastrophe qui aurait des conséquences majeures et irréversibles sur la population (comme Tchernobyl, Fukushima,..).

Le 16 octobre 2017 dernier, le Conseil d’État a rejeté les recours du CRILAN, de « Notre affaire à tous », du Réseau Sortir du nucléaire, de Greenpeace et de FNE contre un arrêté du 30 décembre 2015 relatif aux équipements sous pression nucléaires (arrêté prévoyant une procédure dérogatoire pour les équipements ne répondant pas aux exigences de qualité (!?), sur autorisation de l’ASN) en s’en remettant largement à l’ASN, justement.

Or, comment peut-on encore s’en remettre à l’ASN qui était au courant des problèmes dès 2005 et qui a pourtant laissé EDF et Areva installer la cuve de l’EPR dans le réacteur en janvier 2014 ?

D’autant que l’ASN s’en remet à Areva elle-même pour les contrôles, et d’autant plus qu’Areva a falsifié des dossiers d’assurance qualité !!!

L’Observatoire du nucléaire a saisi en référé le TGI de Paris pour empêcher l’ASN de valider la cuve. L’audience a eu lieu le 10 octobre 2017 et le verdict a été renvoyé au 31 octobre 2017. Entre temps, le 11 octobre 2017, l’ASN s’est empressée de publier son avis définitif qui est identique à son projet d’avis de juin 2017 et qui est favorable à la mise en service de la cuve malgré sa non-conformité, alors que toute rupture de la cuve devrait normalement être exclue (ce qui ne veut pas dire qu’elle est impossible mais qu’elle ne doit surtout pas se produire sous peine d’accident majeur inéluctable). Pour autant, la juge des référés est encore parfaitement en capacité d’intervenir. _

En juillet 2003, Areva avait laissé Michel-Yves Bolloré racheter Creusot Mécanique et Creusot Forge avant de les lui racheter en octobre 2006 pour 170 millions d’euros soit plus de 100 millions d’euros supplémentaires ! Survalorisation qu’Areva a sans doute essayé de justifier par le démarrage de la production des pièces d’EPR, malgré une incapacité de cette usine à les produire correctement, et malgré les pertes ultérieures : un euro de perte par euro de chiffre d’affaires !

Ce scandale s’ajoute à ceux d’UraMin (mines d’uranium au Niger) et de l’EPR d’Olkiluoto (Finlande).

Problème pour la mafia atomique : cela commence à se voir : Areva est en faillite ; ce qu’il en reste, ainsi qu’EDF, ont été recapitalisés par l’Etat et cela pèse sur les comptes publics car ce sera en pure perte. Les contribuables payent déjà.

Le Ministre de l’Economie et des Finances dans une récente prise de position exceptionnellement colérique est tout à fait fondé à parler de « connivences sans contrôle de l’Etat ». Et Bruno Le Maire de préciser à cette occasion que le sauvetage d’Areva correspondait à des montants "supérieurs à l'intégralité des économies que le ministre des Comptes publics doit trouver en 2017 pour nous ramener sous les 3% (de déficit public par rapport au PIB)".

L’EPR de Flamanville ne doit pas être démarré. Il ne fera alors que s’ajouter à la liste des réacteurs construits mais non mis en service, qui ne généreront pas d’accident nucléaire et qui, non contaminés, n’auront pas à être démantelés : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Projet_de_r%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_abandonn%C3%A9

Sources : https://www.franceinter.fr/sciences/cuve-de-l-epr-de-flamanville-l-incroyable-legerete-d-areva-et-edf http://www.sortirdunucleaire.org/Arrete-du-30-decembre-2015-ESPN http://www.observatoire-du-nucleaire.org https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-victor/blog http://transparence-nucleaire.eu.org/chronologie/ https://www.youtube.com/watch?v=dD4xX2aIpqI https://www.can-ouest.org/

Réacteurs nucléaires EPR : stop ! N’ajoutons pas la catastrophe aux scandales ! Halte à la mafia atomique !

Association Sortir du nucléaire Pays nantais, https://sdn44.wordpress.com/, 06 70 11 77 27, sortirdunucleairepaysnantais@laposte.net

Rejoignez-nous ! … et changez de fournisseur d’électricité pour Enercoop (www.enercoop.fr)

Sortir du nucléaire Pays nantais

sortirdunucleairepaysnantais@laposte.net

06 70 11 77 27




Proposer votre événement