Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Australie : Marche "Walk away from uranium mining"

Dernière ligne droite (Jocelyn)




La dernière semaine de marche fut pluvieuse alors que depuis le départ, fin aout, on nous annonçait des températures en constants hausse. Ce fut l’inverse !



Apres la “ceinture de blé” et ses milliers d’hectares d’agriculture intensive, les cent derniers kilomètres furent des plus réjouissants. Nous avons suivi une ancienne voie ferrée, transformée en chemin de randonnée, qui traverse des collines boisées surplombant Perth. Et ce fut ainsi jusqu’à trois jours de l’arrivée quand, petit a petit, nous avons mis les pieds dans le monde urbain. Heureusement nous avons emprunte des détours pour éviter les voies de circulation surcharges et, le jeudi 27 octobre, veille du finale et du rassemblement contre la réunion du Commonwealth, nous sommes ainsi arrivée a la “City Farm” (la ferme en ville) en ayant évité le plus gros du trafic urbain.

La “City Farm” est un lieu paisible, bien qu’en plein centre-ville, ou on trouve un potager, un bar et un marche, le tout biologique. C’est la que le vendredi matin nous ont rejoint une centaine de personnes et que nous avons marche sur Perth. Le Rendez-vous était donne a 10h au rassemblement militant des altermondialistes locaux. Notre cortège fut des plus remarque car contenant, et de loin, le plus de manifestants. En effet sur un total de six cents nous devions représenter un cinquième du rassemblement.

Malgré les interdictions nombreuses, mais rassurez-vous exceptionnelles, en cette occasion (aucune hampe pour drapeau ne devait ainsi dépasser les 1 mètre de long), nous sommes arrives portant fièrement des dizaines de drapeaux et un flambeau, symbole de la paix, lui aussi interdit. Nous avons alors pris place sur le promontoire qui servait de podium et avons laisse la parole a nos représentants aborigènes. Kado, Maryann et Oncle Kev’ furent éloquent dans leurs prises de paroles et leur engagement respectif depuis des années témoignait de notre propre volonté d’en finir avec les mines d’uranium et le nucléaire civil et militaire. Apres une déambulation dans les rues du centre-ville, le groupe de marcheurs s’est retrouvé pour une dernière nuit d’hébergement collectif dans un autre lieu alternatif, Earthwise.

Puis le lendemain, nous nous sommes petit a petit dispersés en se donnant rendez-vous un de ces jours.

Au Canada en 2012 ou en France en 2013 ?

Apres la “ceinture de blé” et ses milliers d’hectares d’agriculture intensive, les cent derniers kilomètres furent des plus réjouissants. Nous avons suivi une ancienne voie ferrée, transformée en chemin de randonnée, qui traverse des collines boisées surplombant Perth. Et ce fut ainsi jusqu’à trois jours de l’arrivée quand, petit a petit, nous avons mis les pieds dans le monde urbain. Heureusement nous avons emprunte des détours pour éviter les voies de circulation surcharges et, le jeudi 27 octobre, veille du finale et du rassemblement contre la réunion du Commonwealth, nous sommes ainsi arrivée a la “City Farm” (la ferme en ville) en ayant évité le plus gros du trafic urbain.

La “City Farm” est un lieu paisible, bien qu’en plein centre-ville, ou on trouve un potager, un bar et un marche, le tout biologique. C’est la que le vendredi matin nous ont rejoint une centaine de personnes et que nous avons marche sur Perth. Le Rendez-vous était donne a 10h au rassemblement militant des altermondialistes locaux. Notre cortège fut des plus remarque car contenant, et de loin, le plus de manifestants. En effet sur un total de six cents nous devions représenter un cinquième du rassemblement.

Malgré les interdictions nombreuses, mais rassurez-vous exceptionnelles, en cette occasion (aucune hampe pour drapeau ne devait ainsi dépasser les 1 mètre de long), nous sommes arrives portant fièrement des dizaines de drapeaux et un flambeau, symbole de la paix, lui aussi interdit. Nous avons alors pris place sur le promontoire qui servait de podium et avons laisse la parole a nos représentants aborigènes. Kado, Maryann et Oncle Kev’ furent éloquent dans leurs prises de paroles et leur engagement respectif depuis des années témoignait de notre propre volonté d’en finir avec les mines d’uranium et le nucléaire civil et militaire. Apres une déambulation dans les rues du centre-ville, le groupe de marcheurs s’est retrouvé pour une dernière nuit d’hébergement collectif dans un autre lieu alternatif, Earthwise.

Puis le lendemain, nous nous sommes petit a petit dispersés en se donnant rendez-vous un de ces jours.

Au Canada en 2012 ou en France en 2013 ?