Nucléaire ou transition énergétique, il faut choisir !
Fédération de 928 associations et de 60 230 personnes Accueil > Dossiers > Contamination au tritium


Rechercher dans les dossiers
Dernière mise à jour : décembre 2013
 

L’industrie nucléaire rejette des millions de milliards de becquerels de tritium dans l’eau et dans l’air : « Plus on produit d’électricité, plus on produit du tritium. C’est pourquoi depuis plusieurs années, la production de tritium est proche de la limite annuelle réglementaire » a déclaré EDF en 2006, à propos de ses réacteurs nucléaires. Le tritium étant difficile à contenir, des pollutions accidentelles se produisent également.

 

Saint Maur - Bondoufle

En novembre 2010, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Valduc a connu un événement grave ayant entraîné une contamination au tritium de plusieurs salariés de la société 2M Process à Saint-Maur-des-Fossés, ainsi que de riverains et de l’environnement.

Golfech (Tarn-et-Garonne)

Les Amis de la Terre Midi Pyrénées et Stop Golfech ont démontré la présence de tritium et de carbone 14 dans des plantes aquatiques en aval de la centrale nucléaire de Golfech.

Flamanville (Manche)

L’autorité de sûreté nucléaire (ASN) va augmenter les rejets en tritium de la centrale nucléaire. Quatre associations de protection de l’environnement tentent de s’y opposer.

Civaux (Vienne)
Bugey (Ain)
Penly (Seine-Maritime)
Tricastin (Drôme)
Qu’est-ce que le tritium ? Documents

Le tritium, forme radioactive de l’hydrogène, est un élément gazeux ou liquide. Très difficilement confinable, il traverse les métaux et le béton. L’industrie nucléaire a longtemps considéré cet élément radioactif comme inoffensif, mais des études récentes montrent que la toxicité du tritium a été sous-évaluée, notamment quand il est absorbé par l’organisme. Il pénètre alors dans l’ADN des cellules.

Nos communiqués de presse sur la contamination au tritium
Reportages





Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contacts | Réseau "Sortir du nucléaire"