Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Areva et FFA

AREVA et le sport : un mariage contre nature




Communiqué de presse du 19 avril 2010



AREVA et le sport : un mariage contre nature

La Fédération Française d’Athlétisme (FFA) tient son Assemblée Générale financière cette semaine, au moment même où la catastrophe de Tchernobyl entre dans sa vingt-cinquième année. À cette occasion, le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce le financement de l’athlétisme français par AREVA, grand champion de la pollution radioactive.

Au nom de la protection de la santé, la loi interdit aux marchands de tabac ou d’alcool de financer le sport. Mais l’un des principaux sponsors de l’athlétisme français est AREVA, multinationale française du nucléaire. Or rien n’est plus éloigné des bienfaits et des valeurs traditionnelles du sport que l’industrie nucléaire, responsable, entre autres, de contaminations à répétition des travailleurs du nucléaire, de leucémies infantiles à proximité de différentes installations nucléaires, ou de la contamination irréversible de l’environnement. L’industrie nucléaire veut profiter de l’image positive de l’athlétisme pour redorer son blason à peu de frais. Où sont passées les valeurs de l’athlétisme, vecteur de paix et de fraternité depuis l’Antiquité ? Tant que ce partenariat scandaleux durera, le Réseau « Sortir du nucléaire » le dénoncera auprès des athlètes et du public. Une cyberaction de protestation démarre cette semaine auprès de Bernard Amsalem, président de la FFA : « combien de temps encore allez-vous laisser AREVA s’acheter une respectabilité en ternissant l’image et l’éthique de votre fédération, de nos athlètes donc de notre pays, et du sport en général ? »

AREVA nuit gravement à la santé comme à l’environnement AREVA a abandonné des centaines de millions de tonnes de déchets miniers radioactifs en France. Ses usines de retraitement à La Hague (Manche) rejettent dans l’air et dans l’eau les plus importantes quantités de radioactivité au monde. AREVA transporte du plutonium, le matériau de la bombe A, sur tous les océans, sur les routes de France et d’ailleurs. AREVA cherche à exporter son futur réacteur EPR, dont les experts soulignent différents défauts de sûreté et de sécurité. AREVA exploite des mines d’uranium au Niger, au mépris des populations locales, et dans des conditions sanitaires insupportables...

Chernobyl Day, 24-26 avril : manifestation internationale rappelant au monde la catastrophe de Tchernobyl, qui a commencé le 26 avril 1986. L’édition 2010 du Chernobyl Day finance les actions en faveur des enfants victimes de Tchernobyl : 24 ans après l’explosion du réacteur, 4 enfants sur 5 sont contaminés en Biélorussie, victimes d’une pollution invisible, totalement niée par les autorités. http://chernobyl-day.org/

AREVA et le sport : un mariage contre nature

La Fédération Française d’Athlétisme (FFA) tient son Assemblée Générale financière cette semaine, au moment même où la catastrophe de Tchernobyl entre dans sa vingt-cinquième année. À cette occasion, le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce le financement de l’athlétisme français par AREVA, grand champion de la pollution radioactive.

Au nom de la protection de la santé, la loi interdit aux marchands de tabac ou d’alcool de financer le sport. Mais l’un des principaux sponsors de l’athlétisme français est AREVA, multinationale française du nucléaire. Or rien n’est plus éloigné des bienfaits et des valeurs traditionnelles du sport que l’industrie nucléaire, responsable, entre autres, de contaminations à répétition des travailleurs du nucléaire, de leucémies infantiles à proximité de différentes installations nucléaires, ou de la contamination irréversible de l’environnement. L’industrie nucléaire veut profiter de l’image positive de l’athlétisme pour redorer son blason à peu de frais. Où sont passées les valeurs de l’athlétisme, vecteur de paix et de fraternité depuis l’Antiquité ? Tant que ce partenariat scandaleux durera, le Réseau « Sortir du nucléaire » le dénoncera auprès des athlètes et du public. Une cyberaction de protestation démarre cette semaine auprès de Bernard Amsalem, président de la FFA : « combien de temps encore allez-vous laisser AREVA s’acheter une respectabilité en ternissant l’image et l’éthique de votre fédération, de nos athlètes donc de notre pays, et du sport en général ? »

AREVA nuit gravement à la santé comme à l’environnement AREVA a abandonné des centaines de millions de tonnes de déchets miniers radioactifs en France. Ses usines de retraitement à La Hague (Manche) rejettent dans l’air et dans l’eau les plus importantes quantités de radioactivité au monde. AREVA transporte du plutonium, le matériau de la bombe A, sur tous les océans, sur les routes de France et d’ailleurs. AREVA cherche à exporter son futur réacteur EPR, dont les experts soulignent différents défauts de sûreté et de sécurité. AREVA exploite des mines d’uranium au Niger, au mépris des populations locales, et dans des conditions sanitaires insupportables...

Chernobyl Day, 24-26 avril : manifestation internationale rappelant au monde la catastrophe de Tchernobyl, qui a commencé le 26 avril 1986. L’édition 2010 du Chernobyl Day finance les actions en faveur des enfants victimes de Tchernobyl : 24 ans après l’explosion du réacteur, 4 enfants sur 5 sont contaminés en Biélorussie, victimes d’une pollution invisible, totalement niée par les autorités. http://chernobyl-day.org/