Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Campagnes et mobilisations 2010

Campagnes et mobilisations nationales du Réseau "Sortir du nucléaire" en 2010


27 avril - 7 mai 2010 : Jeûne-action pour l’abolition des armes nucléaires

Communiqué de fin de jeûne des jeûneurs




Le groupe des jeûneurs du 26 avril au 7 mai 2010 à Paris, représentatifs de plusieurs collectifs d’associations, ont pu obtenir un échange avec le service de communication des Armées, ce qui a permis d’obtenir un rendez-vous aujourd’hui au Ministère de la Défense avec Mr Niemtchinow, Conseiller diplomatique auprès du Cabinet du Ministre Hervé Morin.



Il en ressort que nous sommes confortés dans notre analyse que la France, qui se pose en tête du file exemplaire du désarmement nucléaire, nous semble poursuivre un tout autre objectif : continuer à se surarmer par la recherche et la mise au point de nouvelles têtes nucléaires et de missiles de plus en plus performants.

Nous relevons une contradiction fondamentale avec l’esprit et la lettre du TNP qu’il convient de révéler au plein jour :

 Vingt ans après la fin de la guerre froide, l’engagement d’un réel processus de désarmement nucléaire n’est toujours pas amorcé.
 Le TNP a été pendant quarante ans un véritable ‘marché de dupes’ du fait de l’hypocrisie des Etats dotés.
Cette frustration continue à générer une exaspération de plusieurs pays, ce qui amène à les considérer comme des ennemis potentiels.

Nous constatons également un désir d’imposer au monde la Loi des plus forts. Le risque insensé de l’utilisation préventive de ces armes s’accroît. Il indique que nos dirigeants ont perdu le sens de toute référence éthique, ont perdu le sens de la dignité de toute personne humains.

Comme nous le démontrait le Gal Bernard Norlain lors de la conférence d’ouverture de notre jeûne, les armes nucléaires sont inutiles et inutilisables. Elles procurent une illusion de défense et accroissent l’insécurité mondiale.

Alors que Mr Sarkozy invite au Panthéon Albert CAMUS, nous nous souvenons qu’il écrivit l’éditorial du journal Combat du 8 août 1945 : « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques. (…) Ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison. »

Les jeûneurs

Il en ressort que nous sommes confortés dans notre analyse que la France, qui se pose en tête du file exemplaire du désarmement nucléaire, nous semble poursuivre un tout autre objectif : continuer à se surarmer par la recherche et la mise au point de nouvelles têtes nucléaires et de missiles de plus en plus performants.

Nous relevons une contradiction fondamentale avec l’esprit et la lettre du TNP qu’il convient de révéler au plein jour :

 Vingt ans après la fin de la guerre froide, l’engagement d’un réel processus de désarmement nucléaire n’est toujours pas amorcé.
 Le TNP a été pendant quarante ans un véritable ‘marché de dupes’ du fait de l’hypocrisie des Etats dotés.
Cette frustration continue à générer une exaspération de plusieurs pays, ce qui amène à les considérer comme des ennemis potentiels.

Nous constatons également un désir d’imposer au monde la Loi des plus forts. Le risque insensé de l’utilisation préventive de ces armes s’accroît. Il indique que nos dirigeants ont perdu le sens de toute référence éthique, ont perdu le sens de la dignité de toute personne humains.

Comme nous le démontrait le Gal Bernard Norlain lors de la conférence d’ouverture de notre jeûne, les armes nucléaires sont inutiles et inutilisables. Elles procurent une illusion de défense et accroissent l’insécurité mondiale.

Alors que Mr Sarkozy invite au Panthéon Albert CAMUS, nous nous souvenons qu’il écrivit l’éditorial du journal Combat du 8 août 1945 : « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques. (…) Ce n’est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison. »

Les jeûneurs


MENU