Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fukushima

Chronologie du mois d’août

2 août 2011 |




<nivoslider_doc|id=4003,4001,3999,4000,3998|captionOpacity=1|controlNav=false|effect=slideInLeft|height=400|imageBackcolor=ff0000>

Mercredi 31 août


La catastrophe nucléaire de Fukushima a mis les énergies renouvelables au centre des préoccupations japonaises. Le professeur Yuji Ohya de l’Institut de recherche de mécanique appliquée de l’Université de Kyushu montre, dans le reportage de la télévision japonaise NHK ci-dessous, qu’un nouveau design des turbines éoliennes pourrait en multiplier par deux ou trois le rendement. Par analogie avec les lentilles optiques des dispositifs photovoltaïques à concentrateur, le dispositif du professeur Ohya a été nommé "lentille éolienne".

http://www.ddmagazine.com/201108312280/Actualites-du-developpement-durable/Recherche-des-eoliennes-japonaises-deux-ou-trois-fois-plus-efficaces.html


2 travailleurs sous-traitants ont été contaminés à la suite d’un accident à la centrale. Ils ont été éclaboussés par de l’eau radioactive provenant d’un container faisant partie du processus de décontamination dont la valve de sécurité n’était pas fermée. TEPCO dit que les 2 travailleurs ont été exposé à une dose de 0.16 millisieverts et enquête actuellement sur les raisons de cet accident.

http://www3.nhk.or.jp/daily/english/31_34.html


Le journaliste japonais Kazuma Obara a souhaité visiter l’intérieur de la centrale de Fukushima Daiichi afin d’y rencontrer ceux qui y vivent tous les jours, qu’il considère comme des héros. Bravant sa propre peur de la radioactivité, il a réussi à s’introduire dans le site nucléaire. Cela n’a été possible que grâce à l’aide d’un contact qui y travaille et qui veut que le monde sache dans quelles conditions lui et les autres ouvriers travaillent.

http://www.centpapiers.com/fukushima-daiichi-le-visage-des-heros/80615


Lundi 29 août

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a été désigné lundi par le parti au pouvoir pour devenir le sixième Premier ministre en cinq ans au Japon, avec pour mission de redresser un pays lourdement endetté et traumatisé par la tragédie du 11 mars.

M. Noda a fait savoir qu’il soutenait la réduction de la dépendance japonaise au nucléaire, mais a précisé qu’il n’était pas favorable à un Japon complètement dépourvu d’énergie nucléaire.

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a été désigné lundi par le parti au pouvoir pour devenir le sixième Premier ministre en cinq ans au Japon.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h1EJjy-LbOlOhFP9QFNyfHCKZ9ZA?docId=CNG.1f735cc5e5c75bdd93d34b38a37d9821.181


Rentrée à haut risque pour les écoliers japonais. L’association de protection de l’environnement Greenpeace a exhorté lundi le premier ministre japonais à reporter la date du premier jour d’école pour tous les établissement situés à 60 km de la centrale de Fukushima.

Après l’accident, le Japon avait exceptionnellement élevé la limite d’exposition pour les adultes et les enfants de 1 à 20 millisieverts par an, comme l’y autorisent les organismes internationaux en cas de situation d’urgence. La plupart des écoles des environs de Fukushima avaient limité les activités à l’extérieur, mais les parents d’écoliers exigeaient des limites d’exposition plus faibles.

"Aucun parent ne devrait avoir à choisir entre l’exposition aux radiations nucléaires et l’éducation pour son enfant", a déclaré Kazue Suzuki, responsable des activités antinucléaires de Greenpeace au Japon.


Japon : l’équipe de Greenpeace effectue des... par gpfrance Greenpeace a envoyé une équipe d’experts en radioprotection dans la zone de la centrale de Fukushima. Jan Vande Putte , et son équipe font des mesures à 35 km en moyenne de la centrale, hors zone d’évacuation.

http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/08/29/les-ecoles-japonaises-toujours-radioactives-selon-greenpeace_1565016_1492975.html


Les autorités Japonaises ont annoncé hier vouloir diminuer le taux de radiation autour de la centrale de Fukushima de moitié d’ici deux ans.

Pour cela, plusieurs choses sont prévues comme l’extraction de la terre, le nettoyage des toits des bâtiments, mais aussi le retrait de plantes et d’arbres qui ne seront certainement et malheureusement pas considérés comme des êtres vivants.

Par ailleurs, en réponse à l’inquiétude et aux protestations des parents d’élèves et des associations, le ministre de l’Éducation a abaissé les limites d’exposition aux radiations dans les établissements scolaires du pays de 3,8 microsieverts par heures à 1 millisievert par an (soit un peu moins de 1 microsievert par heure).

http://laterredabord.fr/Fukushima/2011/08/28/les-autorites-prevoient-une-diminution-par-deux-du-taux-de-radiation-dici-deux-ans/


Vendredi 26 août

Naoto Kan, premier ministre japonais, soumis à d’intenses pressions depuis des mois a fini par démissionner.

Il avait promis le 20 juin de céder sa place, à quelques conditions près. Il souhaitait en effet qu’une rallonge budgétaire soit votée par le Parlement pour financer la reconstruction des régions sinistrés, ainsi qu’une loi autorisant un emprunt national et enfin une loi encourageant les énergies renouvelables (qui oblige les grandes compagnie de racheter l’énergie solaire ou éolienne produite par les particuliers). Les deux lois ont été votées au courant du mois d’août et du mois de juillet.

Pourtant, comme l’indique l’Asahi Shimbun dans son éditorial, "il ne suffit pas de changer de tête pour que les problèmes s’arrangent. En effet, aucun des candidats au poste ne montre clairement sa position sur des questions essentielles comme celle de la politique énergétique du pays."

http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2011/08/26/naoto-kan-ex-homme-providentiel-jette-l-eponge


Des panneaux solaires en spray inventés au Japon
Alors que le Japon se tourne vers les énergies renouvelables dans le sillage de la catastrophe nucléaire déclenchée par le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars, une entreprise nippone vient de révolutionner le secteur des panneaux solaires en développant une peinture photovoltaïque en spray.

Des panneaux solaires en spray inventés au Japon Mitsubishi Chemical Corp. a développé une technologie qui permet d’appliquer par pulvérisation des cellules solaires sur tous types de surfaces. Cette technologie permet de multiplier quasiment à l’infini les sources d’énergie photovoltaïque. Les cellules photovoltaïques pulvérisées sont fabriquées à partir de composés du carbone. Une fois sèches, elles fonctionnent comme des semi-conducteurs et générent de l’électricité lorsqu’elles sont exposés à la lumière.

http://www.rtl.be/loisirs/rtellesils/news/12956/des-panneaux-solaires-en-spray-inventes-au-japon


Une fois de plus, le dispositif de décontamination de l’eau radioactive a été stoppé à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi ce vendredi 26 août. Un incident qui vient s’ajouter à la longue liste des problèmes rencontrés par Tepco, l’opérateur de la centrale, depuis la mise en route de ce système de décontamination.

Un module supplémentaire, le SARRY (Simplified Active Water Retrieve and Recovery System) fournit par Toshiba a été ajouté en août par Tepco, afin d’augmenter les capacités de décontamination. Quelques jours après son entrée en fonction, le 22 août, son activité a été stoppée. Des radiations de 3 sieverts par heure ont en effet été mesurées lors du changement de ses pièges à césium.

Photo prise le 3 juin de l'unité de traitement de l'eau à Fukushima. (TEPCO/Kyodo News) http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/20110826.OBS9256/fukushima-la-decontamination-de-l-eau-prend-du-retard.html


Dès le 1er juillet 2012, les puissantes compagnies d’électricité nippones vont devoir acheter, à un prix fixé par le ministère du Commerce et de l’industrie (et non par une commission indépendante comme prévu initialement), les kWh injectés sur le réseau par des centrales photovoltaïques, éoliennes ou à géothermie.

Selon des calculs réalisés par le parti démocrate japonais, le développement des renouvelables « électriques » devrait alourdir le montant de la facture d’électricité de 180 yens par mois (1,62 euro) de chaque foyer japonais.

Au total, l’empire du soleil levant prévoit d’investir quelques 10.000 milliards de yens (90 milliards d’euros), d’ici à 2020, dans le développement des sources de production d’énergie utilisant les ENR.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/l-empire-du-solaire-levant,24698


Jeudi 25 août

D’après le gouvernement japonais, la quantité de césium 137 dégagée par l’accident est 168,5 fois plus importante que celle dégagée durant l’explosion d’Hiroshima...

http://www.tokyo-np.co.jp/s/article/2011082590070800.html?ref=rank (en japonais)


Mardi 23 août

Avant de démissionner, le premier ministre japonais comptait faire adopter trois projets de loi pour favoriser le développement des énergies verts. Ce sera certainement chose fait d’ici la fin de la semaine. Depuis Fukushima, les Japonais n’ont plus confiance dans le nucléaire.

Alors qu’un sondage récent a révélé que 82% des Japonais veulent sortir du nucléaire, ce texte vise à accélérer le développement des énergies renouvelables. Dès juillet 2012, les distributeurs d’énergie se verront obligés d’acheter à des tarifs préférentiels toute l’électricité produite à partir de l’énergie solaire, d’éoliennes, de biomasse, de géothermie ou de petites centrales hydroélectriques.

http://www.latribune.fr/green-business/20110823trib000643984/les-energies-renouvelables-le-testament-de-naoto-kan.html


Lundi 22 août

L’institut allemand Max Planck vient d’évaluer les coûts des indemnités seules que l’accident de Fukushima va engendrer : 90 milliards d’euros, ce qui en ferait l’accident le plus couteux de l’histoire japonaise.

D’après certains spécialistes, l’expérience de Tchernobyl (250 Milliards d’Euro pour le Belarus et à peu près autant pour l’Ukraine) incite à penser que ces prévisions sont sous-estimées.

http://www.mpg.de/4397088/fukushima_haftung (en allemand)


Parmi les 80.000 personnes évacuées de la préfecture de Fukushima, dans le périmètre de 20 km autour de la centrale, certaines ne pourront pas revenir avant plusieurs décennies, a prévenu le gouvernement japonais. Un périmètre de 3 km autour de la centrale de Fukushima Daiichi restera interdit d’accès même lorsque le blocage sera levé pour la zone d’évacuation de 20 km.

JPEG - 115.4 ko
Préfecture de Fukushima, des travailleurs tondent afin de permettre la décontamination des sols, qui nécessite d’enlever une couche de terre. (Sipa/Newscom/kyodo)

Cette annonce officielle serait la première à reconnaître que l’accident de mars dernier interdira à de nombreux habitants de la zone des 20 km autour de la centrale de rentrer chez eux pendant une période indéterminée.

L’étude ferait état d’une exposition aux radiations dépassant 500 mSv (millisievert) par an en certains endroits. Ce chiffre est à comparer à la dose de 1mSv fixée en France comme limite de la population générale pour l’exposition aux rayonnements artificiels, et 20 mSv pour les professionnels de l’industrie nucléaire.

http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/20110822.OBS8933/zone-interdite-pour-plusieurs-decennies-autour-de-fukushima.html http://www.ddmagazine.com/201108222271/Actualites-du-developpement-durable/Fukushima-la-zone-evacuee-inhabitable-pour-longtemps.html


La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a annoncé lundi l’arrêt pour maintenance d’ici à mardi matin d’un réacteur nucléaire à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, le 40ème mis hors-service au Japon sur un total de 54. Les réacteurs japonais doivent être stoppés pour des contrôles réguliers durant près 90 jours tous les treize mois environ.

http://www.romandie.com/news/n/_Japon_arret_pour_maintenance_d_un_reacteur_nucleaire_40_sur_54_stoppes220820111408.asp


Dimanche 21 août

Le gouvernement du Japon a annoncé avoir levé partiellement l’interdiction à la vente de bétail provenant de la préfecture de Miyagi. L’interdiction est toujours valide pour le bétail provenant de Fukushima. Des taux excessifs de radiation ont été mesurés dans les légumes, le thé, le lait, les crustacés et l’eau.

http://www.actualites-news-environnement.com/26972-Japon-betail-Miyagi.html


Samedi 20 août

BFM TV diffuse un court reportage sur les chantiers de décontamination dans la préfecture de fukushima


Fukushima : décontamination des écoles au Japon par BFMTV


Jeudi 18 août

Au Japon le chant strident des cigales (Semi) est toujours synonyme de l’été. Les variétés peuplant l’archipel sont de tailles assez gargantuesques et les chants exclusivement produits par le mâle pour se faire remarquer des femelles... Vivant pendant 3 ans sous terre à l’état larvaire, elle n’ont une vie d’adulte à l’extérieur qui dure seulement un mois.

Cette année des citoyens japonais n’entendent plus le chant des cigales, l’été leur parait étrangement calme. A peine 6 mois après la catastrophe, certaines photos de cigales mutantes prises dans un rayon de 120 km par rapport à la centrale commencent à circuler sur les réseaux sociaux.

JPEG - 49.5 ko
Ce cliché aurait été pris à 300km de la centrale

Rien ne prouve que ces clichés aient été pris récemment et soient donc à mettre en corrélation avec Fukushima... Cependant les tentatives de censure de toute rumeur par le gouvernement japonais laissent à penser que nous serons inévitablement tôt ou tard confrontés à la réalité des chimères génétiques que l’accident va induire.

http://ex-skf.blogspot.com/2011/08/another-baseless-rumor-cicadas-in-japan.html


Eiji Kawashima, portier international japonais, a été la cible d’insultes en rapport avec le drame de Fukushima, ce samedi, lors de la rencontre opposant les clubs de foot belges d’Anvers à Lierse. En seconde période, des supporters du GB Anvers ont lancé un projectile en direction de Kawashima, en l’insultant et en chantant « Kawashima-Fukushima ! Kawashima-Fukushima ! »

http://www.francefootball.fr/# !/news/2011/08/20/182606_kawashima-en-etat-de-choc.html


Le journal Courrier international s’interroge sur les raisons qui ont poussé un pays victime de deux bombes atomiques à devenir une puissance nucléaire. Des survivants des 2 explosions auraient notamment collaboré au développement d’une utilisation pacifique de l’atome.

« Pour eux, la technologie qui a tué nos proches pouvait non seulement traiter le cancer, mais en plus nous apporter le confort. Ce discours est apparu comme porteur d’espoir aux yeux des hibakushas [irradiés]. »

http://www.courrierinternational.com/article/2011/08/18/comment-un-pays-irradie-est-devenu-pronucleaire


Agoravox s’inquiète des observations d’ouvriers travaillant à la centrale sur la possibilité que le corium ait percé les derniers remparts de l’enceinte et s’enfonce dans le sous-sol créant des fissures par lesquelles de mortelles vapeurs radioactives s’échappent, extrait :

Un ouvrier de Fukushima témoigne :

« Des vapeurs massives sortent des fissures de la terre (…) et il semble que la réaction nucléaire arrive du sous-sol. Nous évacuons : prenez garde à la direction du vent (…) nous avons peur ! ». lien

Un autre ouvrier ajoute :

« Prés des réacteurs, il y a beaucoup de fissures dans la terre, la vapeur sort de la, et nous avons découvert 10Sv/h à 6 endroits différents, malgré les annonces du gouvernement ». lien

Alors, lorsque ces jets de vapeur se produisent, les ouvriers sont obligés d’évacuer les lieux, pour échapper au danger radioactif. lien

Paul Gunter évoquant le syndrome chinois, déclare : « 1000 rems sortent de ces fissures (500 rems c’est la dose mortelle) (…) la dose maximale pour le public c’est 100 millirems par an, et là, c’est 1 million de millirems par heure ! Ce sont des doses létales qui sortent du sol.

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fukushima-tragedie-en-sous-sol-99261

La chaîne de télévision internationale Russia Today développe également la possibilité d’un syndrome chinois.


Mercredi 17 août

Un conteneur japonais contaminé par des substances radioactives à été intercepté au port de Zeebrugge en Belgique. Bien qu’il n’y ait aucun danger pour les travailleurs du port, le public ou l’environnement, le conteneur en question a été décontaminé par des entreprises spécialisées. Le césium 137 a une durée de demi-vie (période radioactive) longue de 30 ans. Au total, depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, quinze conteneurs contaminés ont été trouvés en Belgique. http://www.rtbf.be/info/societe/detail_japon-un-conteneur-contamine-intercepte-debut-aout-a-zeebrugge?id=6605123


Le Japon a annoncé que la fermeture froide de la centrale de Fukushima, prévue en janvier 2012, risquait d’être retardée.

Tokyo Electric Power Co a déclaré mercredi qu’elle pourrait échouer à réaliser « une fermeture froide » de sa centrale nucléaire de Fukushima d’ici janvier, alors que la pire crise nucléaire que le monde ait connue depuis 25 ans est toujours incontrôlée.

http://www.actualites-news-environnement.com/26963-Japon-fermeture-froide-Fukushima.html


Pour la première fois depuis la catastrophe de Fukushima, un réacteur nucléaire a été autorisé à redémarrer sur l’île de Hokkaido. Le réacteur numéro 3 de la centrale Tomari, a été « remis en exploitation commerciale après avoir obtenu le feu vert des autorités », selon les termes de l’opérateur Hepco. Près des trois-quarts des 54 réacteurs nucléaires du Japon sont à l’arrêt

Centrale Tomari sur l'île d'Hokkaido


Mardi 16 août


Le gouvernement japonais annonce la création de silos géants dans la zone contaminée pour y stocker les sols contaminés au fur et à mesure qu’ils seront collectés. Ces silos devront ensuite être surveillés jusqu’à la fin de la radioactivité (donc dans quelques milliers d’années). Le gouvernement japonais annonce la mise en place d’une étude épidémiologique portant sur 20 000 femmes enceintes au moment de l’accident et sur la santé de leurs bébés.


Après de nombreuses défaillances, TEPCO annonce la suspension du système de recyclage des eaux radioactives mis en place depuis le 17 juin, le temps de mettre en place une nouvelle technique.


Dimanche 14 août


La télévision NHK annonce qu’une étude rendue publique par une équipe de l’Université d’Hiroshima sur 1149 enfants vivant dans la préfecture de Fukushima montre que la moitié d’entre eux avaient fixé de l’iode radioactive dans leur thyroïde fin mars 2011, dans les jours qui ont suivi l’accident. Les taux seraient toutefois restés inférieurs à ce qui est estimé nécessaire pour déclencher un cancer.


Grandes émissions de vapeurs filmées par la webcam de TEPCO braquée en permanence sur les réacteurs, semblant corroborer les propos d’un travailleur de la centrale à propos des fissures qui se sont récemment ouvertes dans le sol autour des réacteurs, ça et là.


Samedi 13 août


Le Monde rappelle que les interdictions de produits alimentaires sont nombreuses au Japon et que certaines interdictions de cueillette de champignons vont jusqu’à 360 km de la centrale.


En France, le Ministère de la Santé annonce le renouvellement des stocks de comprimés d’iode. La France en dispose de 110 millions… au cas où. Mais, en cas d’accident, l’iode ne protège (au mieux) que de l’iode radioactif, pas des autres radionucléides libérés.


Vendredi 12 août


Parution d’un article très complet sur le corium, matériau mystérieux, incontrôlable, extrêmement toxique, corrosif et très chaud, en train de se frayer un passage dans le sous-sol de plusieurs réacteurs à Fukushima.
http://fukushima.over-blog.fr/article-le-corium-de-fukushima-1-description-et-donnees-81378535.html

JPEG - 25.9 ko
corium de tchernobyl

La préfecture de Fukushima annonce que les cours de recréation de 584 écoles maternelles, primaires ou secondaires ont été nettoyées en profondeur… mais elle ne sait pas quoi faire des 180 000 m3 de sols contaminés ainsi récupérés.

Le gouvernement veut dresser une carte précise de la contamination pour connaître les zones évacuées qui pourraient être décontaminées et réoccupées et les zones éloignées qu’il faudrait évacuer. La gestion de ce travail serait confié… à TEPCO ! Un conflit d’intérêt évident.


Jeudi 11 août


Cela fait maintenant cinq mois que les réacteurs 1, 2 et 3 de Fukushima échappent à tout contrôle, que la piscine du réacteur n°4 est refroidie sans cesse. La radioactivité sur le site est toujours intense et s’amplifie. A défaut de pouvoir arrêter quoi que ce soit, TEPCO annonce la mise en place de chapiteaux sur les réacteurs pour confiner la radioactivité sur place.

Le gouvernement japonais n’a toujours pas pris la mesure de l’accident. Des millions de personnes vivent en zone hautement contaminée. Le gouvernement a publié une carte avec 500 000 mesures. Les associations indépendants publient aussi leurs propres mesures… qui presque systématiquement sont plus élevées que les officielles. La pollution maritime a maintenant touché les côtes de Chine et de Russie…

Quelle est la suite, M'man ?


Mercredi 10 août


19h22 : nouveau tremblement de terre de magnitude 6,0 à quelques kilomètres de la centrale de Fukushima.


Mardi 9 août


Polémique sur la gestion de la catastrophe

Le système de prévision de la menace radioactive fonctionnait depuis la première heure de la catastrophe de Fukushima. Ce système appelé SPEEDI a fourni des informations fiables sur la trajectoire du nuage radioactif.

Certaines villes n’ont pas été évacuées, tout simplement à cause d’un problème de rétention d’informations, soit au niveau de l’agence japonaise de sûreté nucléaire ou des autorités. C’est le cas de Namie, située juste au-delà de la zone de dix kilomètres autour de la centrale.

http://fr.euronews.net/2011/08/09/japon-polemiques-sur-la-gestion-de-la-catastrophe-de-fukushima/


Fukushima : révision constitutionnelle pour limiter le droit d’expression

A Tokyo, où trois haut fonctionnaires ont été limogés, le gouvernement prépare une révision de la constitution visant à limiter le droit d’expression en cas de catastrophe naturelle grâce à un régime d’état d’urgence.

Le gouvernement nippon est confronté à une colère de moins en moins retenue de la population vivant dans des zonesmais non évacuées bien que contaminées et à Tokyo. Ainsi un représentant officiel a battu en retraite devant les question pressante des habitant de Fukushima qui lui demandaient des comptes sur les normes spécifiques (révisées à la hausse) appliquées à leur région qui permettait au gouvernement de ne pas evacuer d’avantage de gens. http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/fukushima-revision-98717


Areva voit sa note baisser à BBB+ par les agences de notation en bourse.


Selon les autorités de la ville de Fukushima, seuls 300 enfants ont quitté les écoles depuis l’accident… ce qui indique que seulement un millier de personnes (sur 300 000) ont quitté la ville… alors que plus de 60 % souhaitent le faire.


Lundi 8 août

La Chine annonce la mise en route d’un réacteur à Lingao. La propagande se vante que cela équivaut à économiser en charbon l’équivalent C02 de 300 000 hectares de forêt. Le Réseau Sortir du nucléaire rappelle que la zone interdire autour de Tchernobyl a détruit 66 fois plus de surfaces en forêt !


TEPCO annonce une perte record de 5 milliards d’euros pour le 2e trimestre 2011. Un quart de cette somme a été utilisé sur le site de Fukushima, le reste du déficit provient des dédommagements versés aux victimes.

Toshio Nishizawa, président de Tepco, le 9 août 2011 à Tokyo


L’ONU vole au secours du nucléaire : Ban Ki-Moon, secrétaire national de l’ONU, en visite au Japon, a estimé sur la chaîne de télévision NHK que la sortie du nucléaire pour le Japon n’est pas évidente. Il a cru bon d’affirmer que le nucléaire restait un moyen efficace de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.


Samedi 6 août

A l’occasion de la commémoration des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, les discours au Japon ont tous fait le lien avec Fukushima pour demander le renoncement au nucléaire militaire et civil. Naoto Kan, le premier ministre, a une nouvelle fois demandé une sortie du nucléaire tout comme les maires d’Hiroshima et de Nagasaki. La plupart des quotidiens japonais titrent sur la sortie du nucléaire.


Vendredi 5 août

Le gouvernement allemand lance un appel d’offres pour la construction de 10 000 MW en éolien offshore dans la mer Baltique. Ces éoliennes fonctionneront avant 2020.


Jeudi 4 août

TEPCO annonce vouloir couler une chape de plomb là où la radioactivité a été mesurée à plus de 10 Sv/h. Seuls des robots peuvent effectuer ce travail.

Trois hauts responsables du nucléaire sont remerciés par le gouvernement japonais.


L’Autorité de Sûreté nucléaire française autorise la centrale de Cruas à relâcher de l’eau dans le Rhône à une température plus élevée que normale, sécheresse oblige. Normalement, si le débit du Rhône descend en-dessous du 500 m3/s, la centrale devrait être arrêtée. La dérogation baisse le seuil à 350 m3/s.


Parution d’une compilation vidéo de scientifiques japonais essayant de faire gober au public que le plutonium est inoffensif :
http://www.youtube.com/watch?v=RTNKFHQexSI (possibilité de sous-titrer la vidéo en appuyant sur le bouton CC )

 


Mercredi 3 août

• La Grande-Bretagne ferme son usine de Mox à Sellefield. Cette usine avait comme principal client les compagnies d’électricité japonaises. Le Mox (mélange uranium-plutonium) était présent dans le réacteur n°3 de Fukushima a titre expérimental. Il provoque une pollution pire que le combustible uranium en cas d’accident.


Mardi 2 août

Les journalistes Takashi Hirose and Shojiro Akashi ont déclaré avoir engagé des poursuites pénales contre 32 personnes, incluant des cadres de TEPCO, les ministres de l‘éducation, des sports, des sciences et technologies, et les conseillers à Fukushima, en gestion de santé et risques radiologiques, dont M. Shunichi Yamashita. Ils les accusent d’avoir désinformé leurs concitoyens et fait prendre de gros risques aux enfants. En réponse à une question d’un participant, l’un des journalistes rappelle également que les mesures des taux de strontium 90 rejetés en mer ne sont pas effectuées par TEPCO, contrairement au césium 134 et 137.
Le poisson péché au large de Fukushima est vendu à l’ouest du pays à l’insu des acheteurs.



Actualités news environnement : suite à la découverte d’une émanation radioactive à plus de10 Sv/h (dix Sieverts par heure) sur une conduite entre les bâtiments 1 et 2, le fournisseur d’électricité s’est mis en quête d’autres points chauds susceptibles de mettre en danger ses employés. Cette conduite aurait permis à des gaz hautement radioactifs de s’échapper du coeur du réacteur après que celui-ci a commencé à fondre, dès les premières heures qui ont suivi le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars dernier.
http://www.actualites-news-environnement.com/26926-radiation-Fukushima.html

Ce schéma désigne l’endroit ou la détection d’un taux de radioactivité de plus de 10 Sv/h a été détécté.

NHK World English : une source de radiation à 5 Sv/h a également été détectée dans une pièce, du deuxième étage, du bâtiment réacteur n°1. TEPCO explique ce niveau par le fait que des tuyaux traversant cette pièce ont servi à la ventilation de matières radioactives du réacteur le 12 mars.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/02_32.html


Toujours à Fukushima Daiichi, TEPCO a également déclaré avoir trouvé, samedi, 700 t d’eau fortement radioactive dans les sous-sols, près de l’installation de stockage d’eau contaminée. Des niveaux élevés de césium 134 et 137, atteignant respectivement 19 000 Bq/kg et 22 000 Bq/kg ont été mesurés dans cette eau.


NewScientist : le récent séisme de 6,1, ressentit lundi près de Shizuoka a rappelé les craintes de l’opérateur de la centrale d’Hamaoka situé à 40 km de l’épicentre. Lors de ce séisme, la centrale n’a bougé que de 40 à 50 cm/s2 (Gal) or elle ne s’arrête automatiquement qu’à partir de 120 Gal et est construite pour supporter jusqu’à 300 Gal.
Le Premier Ministre Naoto Kan avait exigé l’arrêt de cette centrale, située sur deux importantes failles sismiques, après le 11 mars dernier. Précédemment, lors un séisme de 6,4 en août 2009, des équipements avaient été endommagés et les réacteurs 4 et 5 arrêtés.
Le Gal est une unité d’accélération, donc en cm par seconde carrée et non en cm par seconde comme indiqué dans l’article (ndr).http://www.newscientist.com/blogs/shortsharpscience/2011/08/japan-earthquake-gently-rocks.html


NHK World French : la NISA (agence de sûreté de l’industrie et du nucléaire) est une nouvelle fois mise en cause dans une affaire de trafic d’influence, lors d’un moratoire public sur le nucléaire dans la préfecture d’Ehime. C’est un ex chef de département de la NISA qui à fait cette révélation, impliquant la compagnie d’électricité du Shikoku qui a mobilisé pour la cause ses retraités et des employés des ses filiales, auxquels ont été fournis des questionnaires et des arguments types.
Lien désactivé car le système de classification des articles de NHK World French ne permet pas de retrouver les anciennes parutions. 


The Mainichi Daily News : la NISA réprimande TEPCO pour des négligences dans la gestion de son personnel. Incapable de retrouver 180 employés pour effectuer des contrôles de dosimétrie, l’opérateur s’est également vu reprocher d’avoir engagé des employés avec une simple photocopie du permis de conduire en guise de contrôle. Dangereuse brèche dans les règles de sécurité encadrant le nucléaire permettant principalement d’éviter les vols de matières sensibles telles l’uranium ou le plutonium. http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110802p2g00m0dm012000c.html

Des employés de TEPCO au coeur de l’unité 2 du réacteur n°1 de Fukushima


The Mainichi Daily News : le ministre chargé de la crise nucléaire Goshi Hosono a annoncé que d’importants travaux de décontamination allaient commencer, en septembre, à l’intérieur de la zone d’exclusion des 20 km, pour préparer le retour des personnes évacuées.
Le ministre a ajouté que le savoir-faire acquis lors de tests permettait de lancer ces opérations sur une plus grande échelle.
http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110802p2g00m0dm010000c.html



The Mainichi Daily news : une station de mesure de la radioactivité a été implantée à Fukushima par une organisation indépendante, elle draine de nombreuses personnes insatisfaites des trop rares contrôles effectués par le gouvernement. C’est en réaction aux informations de M. Shunichi Yamashita, spécialiste patenté du gouvernement, défendant l’innocuité de doses inférieures à 100 mSv, que le groupe de volontaires à l’origine de cette initiative a pour objectif de former désormais un organisme à l’image de la CRIIRAD française.
Ils ont également diffusé des journaux dans 35 sites différents de Fukushima, tirés à 100 000 exemplaires, ils renseignent sur les moyens de se prémunir des radiations et contaminations.
http://mdn.mainichi.jp/features/news/20110802p2g00m0fe093000c.html


La Croix.com : la contestation monte au Japon, « 82 % des Japonais, toutes générations confondues, ont déclaré dans un sondage pour le Tokyo Shimbun souhaiter sortir du nucléaire », des critiques contre le gouvernement s’expriment de façon plus ouverte et plus violente. Les Japonais ont réalisé grâce aux médias étrangers l’ampleur de la catastrophe nucléaire et les taux réels de contamination d’une partie de leur territoire. Le commencement de la fin d’années de lobbying pour tenter d’annihiler toute pensée contestataire.
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/La-defiance-du-nucleaire-prend-de-l-ampleur-au-Japon-_EG_-2011-08-02-695165

Manifestation le 2 août devant les locaux de TEPCO

NHK World English : l’université d’Hiroshima va créer un comité d’une quarantaine de chercheurs pour effectuer une étude centrée sur les effets des faibles doses de radioactivité sur la santé. Ce comité va étudier trois thèmes, effets de l’exposition aux faibles doses sur les gènes, réponses médicales aux expositions internes et expositions en cas d’urgences, et soutien à une enquête de santé menée par la préfecture de Fukushima. L’université déclare ne pas avoir de données sur les expositions en dessous de 100 milli Sieverts.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/03_02.html


Yves Lenoir par un contact en Suisse, nous rapporte les vidéos du professeur Kodama, avec des sous-titres en anglais première traduction des originaux en japonais.
Note : en cliquant sur CC en bas à droite du lecteur on peut choisir une traduction en français.
Sans discréditer pour autant l’initiative de l’université d’Hiroshima, ne devrait-elle pas écouter les invectives du professeur Kodama, nées de ses longues années passées à étudier les faibles doses en question ? (ndr).
1ére partie :

http://www.youtube.com/watch?v=Dlf4gOvzxYc&feature=share

2éme partie :
http://www.youtube.com/watch?v=mDlEOmcALwQ
Ou textes en français sur bistro bar blog, transmis par Sabine Li.
http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-13.html
http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-23.html
http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-33.html


EX-SKF : dans la région du Tôhoku (nord du Japon comprenant Fukushima) certaines petites annonces paraissent bien énigmatiques. Le tarif horaire attractif, l’absence de précisions sur les compétences requises, sur le lieu de travail et la petite formation de 2 jours, laissent à penser à un recrutement sauvage de la sous traitance à plusieurs degrés, des dangereuses besognes pratiquées par TEPCO. Avis aux amateurs.
http://ex-skf.blogspot.com/2011/08/wanted-20-healthy-males-who-want-over.html

une annonce énigmatique

The Japan Times Online : les objectifs d’économie d’énergies ont été atteints pour le mois de juillet. À la demande du gouvernement, les particuliers et les industries étaient sollicitées pour réduire leur consommation électrique de 15 % pour éviter un éventuel « black-out » dans la région de Tokyo (le Kanto). TEPCO a précisé que cela a été rendu possible grâce à un mois de juillet plus frais et aux initiatives des constructeurs automobiles qui ont déplacé le planning de leurs activités vers les jours où la consommation était plus faible.
http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110802a7.html


Asahi.com : les estimations de consommation d’électricité commandés par le gouvernement, pour la région couverte par TEPCO, auraient été surestimées de 20 %. En conséquences les demandes d’économie d’énergies de l’ordre de 15 % faites aux usagers auraient été trop importantes voire inutiles. TEPCO base ses chiffres sur la consommation des ménages dans des maisons individuelles plutôt que sur des habitations collectives moins gourmandes, et conserverait le secret sus ses données par peur de la concurrence.
Ce n’est pas parce que des économies ne sont pas nécessaires pour éviter la coupure de courant qu’elles sont inutiles (ndr).
http://www.asahi.com/english/TKY201108010185.html


Lundi 1er août

Actualité météoconsult : C’est un super typhon qui a frappé le Japon ce dimanche. De catégorie 5 sur une échelle de 5, « Muifa » a soufflé à 300 km/h levant une houle importante, il se dirigerait maintenant au sud vers Okinawa, mais sa trajectoire reste encore imprévisible.
http://actualite.meteoconsult.fr/actualite/meteo/muifa---super-typhon-au-large-du-japon_13234_2011-07-31.php


Kyodo News : nouveau séisme de magnitude 6,4 près de Shizuoka, légère montée des eaux attendue par l’agence météorologique. Rectifié à 5,9 le séisme a été évalué à 7 près des municipalités de Higashiizu, Shizuoka et Yaizu, et à 4 près des préfectures de Kanagawa, Yamanashi, Nagano et Shizuoka.
http://english.kyodonews.jp/news/2011/08/106540.html


10 Sv/h - dix Sieverts par heure entre les bâtiments 1 et 2 dans des débris, c’est le relevé qui a été effectué récemment sans plus d’explications pour l’instant sur l’origine du « hot spot ».
De tels niveaux n’ont été atteints qu’à proximité des réacteurs quelques temps après le début de la catastrophe, quand les barres combustibles venaient de commencer à fondre.
DPA annonce même « plus de 10 Sieverts par heure » selon un porte-parole de TEPCO.
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/08/01/niveau-record-de-radiations-mesure-a-fukushima_1555109_3216.html
http://www.facebook.com/photo.php?fbid=263536033660182&set=a.263535960326856.82993.232255093454943&type=1&theater
http://www.berlinonline.de/berliner-zeitung/vermischtes/detail_dpa_31717446.php


Le petit journal de TEPCO présente le détail des opérations du jour avec des travaux de transfert d’eau à l’unité n°6, ses résultats d’analyse de l’air et de l’eau de mer en divers endroits du site. Mais aussi l’arrivée du système SARRY qui devrait palier aux défaillances du système de décontamination Kurion/AREVA.
http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11080101-e.html
http://bit.ly/p3NFQH
http://bit.ly/omAqpy
http://bit.ly/ngUTcw

NHK World English : les niveaux de césium relevés dans l’eau de mer près du réacteur n°3 n’ont pas augmenté, les niveaux en césium 134 et 137 dépassent respectivement le maximum légal de 22 et 17 fois. Ce qui confirme une décrue, le césium 134 atteignait 20 000 fois la norme en mai.
Prés du n°2 l’iode 131 n’est plus détectée alors qu’elle dépassait 7,5 millions de fois la limite en avril. Au vu de ces résultats la TEPCO conclut que les fuites d’eau radioactive diminuent.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/01_01.html


TEPCO a également prévu dans son plan de mise en sécurité, la construction d’un mur de protection pour empêcher les eaux radioactives de se déverser dans l’océan. Sur cette ébauche il est prévu que ce mur face front aux quatre bâtiments réacteurs et descende à 30 m de profondeur pour atteindre une couche de terrain imperméable.
http://www.facebook.com/photo.php?fbid=263677413646044&set=a.263336700346782.82950.232255093454943&type=1&theater


NHK World English : les préfectures de Chiba et Tochigi vont procéder à des tests de radiations sur leurs riz avant commercialisation. Situées entre Tokyo et Fukushima ces préfectures sont les premières à annoncer des tests sur leurs récoltes. La préfecture de Tochigi souhaite contrôler toutes ses parcelles avant la récolte qui commence en septembre.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/01_12.html


Japan Times : les interdictions de commercialisation de bœuf s’étendent désormais à la préfecture d’Iwate, située sur la cote nord-est, avant dernière préfecture avant la septentrionale Hokkaido. Cette mesure a été prise suite au contrôle positif de six bovins, soit plus de 500 Bq/kg. Toutefois cette interdiction pourrait être suspendue si de nouvelles mesures étaient conformes à la norme sanitaire en vigueur.
http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110801x1.html


The Mainichi Daily News : peu de perspectives s’offrent aux pêcheurs sinistrés, sur les 12 ports que comptait Onagawa, seuls 7 ont été proposés pour un plan de reconstruction.
Les fermes d’algues wakamé font l’objet de plus d’attention et ont bénéficié de plus de levées de fond pour assurer leur redémarrage et de bonnes récoltes la saison venue.
http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110801p2a00m0na009000c.html


Japan Today : Yoshitaka Narita est le mieux placé pour parler de la crise de confiance envers le sushi, le marché a diminué de 50% après l’accident de Fukushima, actuellement il est encore de 30% inférieur à avant. L’entrepreneur de 54 ans fait confiance au gouvernement pour effectuer les contrôles nécessaires sur tous les poissons vendus au marché de Tsukiji.
Pour David Brenner, directeur au Centre de l’Université de Columbia pour la recherche radiologique à New York, les risques sont faibles car dilués dans l’immensité des océans, c’est plutôt près de la côte et dans les rivières qu’il y a danger immédiat. Mais ces risques vont s’exprimer sur le long terme avec des doses qui mêmes faibles vont s’accumuler d’années en années dans les organismes, difficiles à appréhender pour les invétérés gourmets de poissons du marché de Tsukiji.
http://www.japantoday.com/category/national/view/sushi-industry-hurting-from-radiation-scare


TFRinfo.ch : présente un reportage d’investigation sur la zone chaude de Fukushima, suivant des agriculteurs qui viennent ravitailler leurs troupeaux dont l’abattage avait été programmé, les journalistes suisses s’aventurent dans le village de Namié qui a été abandonné sans même attendre l’ordre des autorités, plus loin on aperçoit les cheminées de la centrale à 3 km.
http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/3300320-le-grand-format-reportage-dans-la-zone-interdite-de-la-centrale-nucleaire-accidentee-de-fukushima.html#id=3300320


The Mainichi Daily News : le parti démocrate japonais (DPJ) veut clarifier la législation en matière de responsabilités partagées entre l’état et les fournisseurs d’électricité, initiative qui fait l’unanimité au sein des autres partis approuvant la révision de textes vieux de 50 ans basés sur le mythe d’un nucléaire sûr. Seul le président du DPJ et également Premier Ministre Naoto Kan désapprouve, expédie ces révisions en voulant rejeter toute la faute sur TEPCO, contrairement au projet de loi qui inclus des conditions de sauvegarde de l’opérateur.
http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110801p2a00m0na019000c.html


Asahi.com : en 1984 le ministère des affaires étrangères avait imaginé une attaque sur les centrales nucléaires, et simulé les pires scénarios. De la perte d’alimentation du circuit de refroidissement à la rupture de l’enceinte de confinement par une bombe guidée directement vers le cœur du réacteur. Une estimation fait état de 18 000 morts, d’un rayon rendu inhabitable allant de 30 à 87 km autour de l’installation endommagée. Ce rapport est resté confidentiel et n’a pas été transmis au Premier Ministre, par crainte de fuites susceptibles de réveiller les velléités antinucléaires.
http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201108015118


<nivoslider_doc|id=4003,4001,3999,4000,3998|captionOpacity=1|controlNav=false|effect=slideInLeft|height=400|imageBackcolor=ff0000>

Mercredi 31 août


La catastrophe nucléaire de Fukushima a mis les énergies renouvelables au centre des préoccupations japonaises. Le professeur Yuji Ohya de l’Institut de recherche de mécanique appliquée de l’Université de Kyushu montre, dans le reportage de la télévision japonaise NHK ci-dessous, qu’un nouveau design des turbines éoliennes pourrait en multiplier par deux ou trois le rendement. Par analogie avec les lentilles optiques des dispositifs photovoltaïques à concentrateur, le dispositif du professeur Ohya a été nommé "lentille éolienne".

http://www.ddmagazine.com/201108312280/Actualites-du-developpement-durable/Recherche-des-eoliennes-japonaises-deux-ou-trois-fois-plus-efficaces.html


2 travailleurs sous-traitants ont été contaminés à la suite d’un accident à la centrale. Ils ont été éclaboussés par de l’eau radioactive provenant d’un container faisant partie du processus de décontamination dont la valve de sécurité n’était pas fermée. TEPCO dit que les 2 travailleurs ont été exposé à une dose de 0.16 millisieverts et enquête actuellement sur les raisons de cet accident.

http://www3.nhk.or.jp/daily/english/31_34.html


Le journaliste japonais Kazuma Obara a souhaité visiter l’intérieur de la centrale de Fukushima Daiichi afin d’y rencontrer ceux qui y vivent tous les jours, qu’il considère comme des héros. Bravant sa propre peur de la radioactivité, il a réussi à s’introduire dans le site nucléaire. Cela n’a été possible que grâce à l’aide d’un contact qui y travaille et qui veut que le monde sache dans quelles conditions lui et les autres ouvriers travaillent.

http://www.centpapiers.com/fukushima-daiichi-le-visage-des-heros/80615


Lundi 29 août

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a été désigné lundi par le parti au pouvoir pour devenir le sixième Premier ministre en cinq ans au Japon, avec pour mission de redresser un pays lourdement endetté et traumatisé par la tragédie du 11 mars.

M. Noda a fait savoir qu’il soutenait la réduction de la dépendance japonaise au nucléaire, mais a précisé qu’il n’était pas favorable à un Japon complètement dépourvu d’énergie nucléaire.

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a été désigné lundi par le parti au pouvoir pour devenir le sixième Premier ministre en cinq ans au Japon.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h1EJjy-LbOlOhFP9QFNyfHCKZ9ZA?docId=CNG.1f735cc5e5c75bdd93d34b38a37d9821.181


Rentrée à haut risque pour les écoliers japonais. L’association de protection de l’environnement Greenpeace a exhorté lundi le premier ministre japonais à reporter la date du premier jour d’école pour tous les établissement situés à 60 km de la centrale de Fukushima.

Après l’accident, le Japon avait exceptionnellement élevé la limite d’exposition pour les adultes et les enfants de 1 à 20 millisieverts par an, comme l’y autorisent les organismes internationaux en cas de situation d’urgence. La plupart des écoles des environs de Fukushima avaient limité les activités à l’extérieur, mais les parents d’écoliers exigeaient des limites d’exposition plus faibles.

"Aucun parent ne devrait avoir à choisir entre l’exposition aux radiations nucléaires et l’éducation pour son enfant", a déclaré Kazue Suzuki, responsable des activités antinucléaires de Greenpeace au Japon.


Japon : l’équipe de Greenpeace effectue des... par gpfrance Greenpeace a envoyé une équipe d’experts en radioprotection dans la zone de la centrale de Fukushima. Jan Vande Putte , et son équipe font des mesures à 35 km en moyenne de la centrale, hors zone d’évacuation.

http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/08/29/les-ecoles-japonaises-toujours-radioactives-selon-greenpeace_1565016_1492975.html


Les autorités Japonaises ont annoncé hier vouloir diminuer le taux de radiation autour de la centrale de Fukushima de moitié d’ici deux ans.

Pour cela, plusieurs choses sont prévues comme l’extraction de la terre, le nettoyage des toits des bâtiments, mais aussi le retrait de plantes et d’arbres qui ne seront certainement et malheureusement pas considérés comme des êtres vivants.

Par ailleurs, en réponse à l’inquiétude et aux protestations des parents d’élèves et des associations, le ministre de l’Éducation a abaissé les limites d’exposition aux radiations dans les établissements scolaires du pays de 3,8 microsieverts par heures à 1 millisievert par an (soit un peu moins de 1 microsievert par heure).

http://laterredabord.fr/Fukushima/2011/08/28/les-autorites-prevoient-une-diminution-par-deux-du-taux-de-radiation-dici-deux-ans/


Vendredi 26 août

Naoto Kan, premier ministre japonais, soumis à d’intenses pressions depuis des mois a fini par démissionner.

Il avait promis le 20 juin de céder sa place, à quelques conditions près. Il souhaitait en effet qu’une rallonge budgétaire soit votée par le Parlement pour financer la reconstruction des régions sinistrés, ainsi qu’une loi autorisant un emprunt national et enfin une loi encourageant les énergies renouvelables (qui oblige les grandes compagnie de racheter l’énergie solaire ou éolienne produite par les particuliers). Les deux lois ont été votées au courant du mois d’août et du mois de juillet.

Pourtant, comme l’indique l’Asahi Shimbun dans son éditorial, "il ne suffit pas de changer de tête pour que les problèmes s’arrangent. En effet, aucun des candidats au poste ne montre clairement sa position sur des questions essentielles comme celle de la politique énergétique du pays."

http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2011/08/26/naoto-kan-ex-homme-providentiel-jette-l-eponge


Des panneaux solaires en spray inventés au Japon
Alors que le Japon se tourne vers les énergies renouvelables dans le sillage de la catastrophe nucléaire déclenchée par le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars, une entreprise nippone vient de révolutionner le secteur des panneaux solaires en développant une peinture photovoltaïque en spray.

Des panneaux solaires en spray inventés au Japon Mitsubishi Chemical Corp. a développé une technologie qui permet d’appliquer par pulvérisation des cellules solaires sur tous types de surfaces. Cette technologie permet de multiplier quasiment à l’infini les sources d’énergie photovoltaïque. Les cellules photovoltaïques pulvérisées sont fabriquées à partir de composés du carbone. Une fois sèches, elles fonctionnent comme des semi-conducteurs et générent de l’électricité lorsqu’elles sont exposés à la lumière.

http://www.rtl.be/loisirs/rtellesils/news/12956/des-panneaux-solaires-en-spray-inventes-au-japon


Une fois de plus, le dispositif de décontamination de l’eau radioactive a été stoppé à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi ce vendredi 26 août. Un incident qui vient s’ajouter à la longue liste des problèmes rencontrés par Tepco, l’opérateur de la centrale, depuis la mise en route de ce système de décontamination.

Un module supplémentaire, le SARRY (Simplified Active Water Retrieve and Recovery System) fournit par Toshiba a été ajouté en août par Tepco, afin d’augmenter les capacités de décontamination. Quelques jours après son entrée en fonction, le 22 août, son activité a été stoppée. Des radiations de 3 sieverts par heure ont en effet été mesurées lors du changement de ses pièges à césium.

Photo prise le 3 juin de l'unité de traitement de l'eau à Fukushima. (TEPCO/Kyodo News) http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/20110826.OBS9256/fukushima-la-decontamination-de-l-eau-prend-du-retard.html


Dès le 1er juillet 2012, les puissantes compagnies d’électricité nippones vont devoir acheter, à un prix fixé par le ministère du Commerce et de l’industrie (et non par une commission indépendante comme prévu initialement), les kWh injectés sur le réseau par des centrales photovoltaïques, éoliennes ou à géothermie.

Selon des calculs réalisés par le parti démocrate japonais, le développement des renouvelables « électriques » devrait alourdir le montant de la facture d’électricité de 180 yens par mois (1,62 euro) de chaque foyer japonais.

Au total, l’empire du soleil levant prévoit d’investir quelques 10.000 milliards de yens (90 milliards d’euros), d’ici à 2020, dans le développement des sources de production d’énergie utilisant les ENR.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/l-empire-du-solaire-levant,24698


Jeudi 25 août

D’après le gouvernement japonais, la quantité de césium 137 dégagée par l’accident est 168,5 fois plus importante que celle dégagée durant l’explosion d’Hiroshima...

http://www.tokyo-np.co.jp/s/article/2011082590070800.html?ref=rank (en japonais)


Mardi 23 août

Avant de démissionner, le premier ministre japonais comptait faire adopter trois projets de loi pour favoriser le développement des énergies verts. Ce sera certainement chose fait d’ici la fin de la semaine. Depuis Fukushima, les Japonais n’ont plus confiance dans le nucléaire.

Alors qu’un sondage récent a révélé que 82% des Japonais veulent sortir du nucléaire, ce texte vise à accélérer le développement des énergies renouvelables. Dès juillet 2012, les distributeurs d’énergie se verront obligés d’acheter à des tarifs préférentiels toute l’électricité produite à partir de l’énergie solaire, d’éoliennes, de biomasse, de géothermie ou de petites centrales hydroélectriques.

http://www.latribune.fr/green-business/20110823trib000643984/les-energies-renouvelables-le-testament-de-naoto-kan.html


Lundi 22 août

L’institut allemand Max Planck vient d’évaluer les coûts des indemnités seules que l’accident de Fukushima va engendrer : 90 milliards d’euros, ce qui en ferait l’accident le plus couteux de l’histoire japonaise.

D’après certains spécialistes, l’expérience de Tchernobyl (250 Milliards d’Euro pour le Belarus et à peu près autant pour l’Ukraine) incite à penser que ces prévisions sont sous-estimées.

http://www.mpg.de/4397088/fukushima_haftung (en allemand)


Parmi les 80.000 personnes évacuées de la préfecture de Fukushima, dans le périmètre de 20 km autour de la centrale, certaines ne pourront pas revenir avant plusieurs décennies, a prévenu le gouvernement japonais. Un périmètre de 3 km autour de la centrale de Fukushima Daiichi restera interdit d’accès même lorsque le blocage sera levé pour la zone d’évacuation de 20 km.

JPEG - 115.4 ko
Préfecture de Fukushima, des travailleurs tondent afin de permettre la décontamination des sols, qui nécessite d’enlever une couche de terre. (Sipa/Newscom/kyodo)

Cette annonce officielle serait la première à reconnaître que l’accident de mars dernier interdira à de nombreux habitants de la zone des 20 km autour de la centrale de rentrer chez eux pendant une période indéterminée.

L’étude ferait état d’une exposition aux radiations dépassant 500 mSv (millisievert) par an en certains endroits. Ce chiffre est à comparer à la dose de 1mSv fixée en France comme limite de la population générale pour l’exposition aux rayonnements artificiels, et 20 mSv pour les professionnels de l’industrie nucléaire.

http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/20110822.OBS8933/zone-interdite-pour-plusieurs-decennies-autour-de-fukushima.html http://www.ddmagazine.com/201108222271/Actualites-du-developpement-durable/Fukushima-la-zone-evacuee-inhabitable-pour-longtemps.html


La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a annoncé lundi l’arrêt pour maintenance d’ici à mardi matin d’un réacteur nucléaire à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, le 40ème mis hors-service au Japon sur un total de 54. Les réacteurs japonais doivent être stoppés pour des contrôles réguliers durant près 90 jours tous les treize mois environ.

http://www.romandie.com/news/n/_Japon_arret_pour_maintenance_d_un_reacteur_nucleaire_40_sur_54_stoppes220820111408.asp


Dimanche 21 août

Le gouvernement du Japon a annoncé avoir levé partiellement l’interdiction à la vente de bétail provenant de la préfecture de Miyagi. L’interdiction est toujours valide pour le bétail provenant de Fukushima. Des taux excessifs de radiation ont été mesurés dans les légumes, le thé, le lait, les crustacés et l’eau.

http://www.actualites-news-environnement.com/26972-Japon-betail-Miyagi.html


Samedi 20 août

BFM TV diffuse un court reportage sur les chantiers de décontamination dans la préfecture de fukushima


Fukushima : décontamination des écoles au Japon par BFMTV


Jeudi 18 août

Au Japon le chant strident des cigales (Semi) est toujours synonyme de l’été. Les variétés peuplant l’archipel sont de tailles assez gargantuesques et les chants exclusivement produits par le mâle pour se faire remarquer des femelles... Vivant pendant 3 ans sous terre à l’état larvaire, elle n’ont une vie d’adulte à l’extérieur qui dure seulement un mois.

Cette année des citoyens japonais n’entendent plus le chant des cigales, l’été leur parait étrangement calme. A peine 6 mois après la catastrophe, certaines photos de cigales mutantes prises dans un rayon de 120 km par rapport à la centrale commencent à circuler sur les réseaux sociaux.

JPEG - 49.5 ko
Ce cliché aurait été pris à 300km de la centrale

Rien ne prouve que ces clichés aient été pris récemment et soient donc à mettre en corrélation avec Fukushima... Cependant les tentatives de censure de toute rumeur par le gouvernement japonais laissent à penser que nous serons inévitablement tôt ou tard confrontés à la réalité des chimères génétiques que l’accident va induire.

http://ex-skf.blogspot.com/2011/08/another-baseless-rumor-cicadas-in-japan.html


Eiji Kawashima, portier international japonais, a été la cible d’insultes en rapport avec le drame de Fukushima, ce samedi, lors de la rencontre opposant les clubs de foot belges d’Anvers à Lierse. En seconde période, des supporters du GB Anvers ont lancé un projectile en direction de Kawashima, en l’insultant et en chantant « Kawashima-Fukushima ! Kawashima-Fukushima ! »

http://www.francefootball.fr/# !/news/2011/08/20/182606_kawashima-en-etat-de-choc.html


Le journal Courrier international s’interroge sur les raisons qui ont poussé un pays victime de deux bombes atomiques à devenir une puissance nucléaire. Des survivants des 2 explosions auraient notamment collaboré au développement d’une utilisation pacifique de l’atome.

« Pour eux, la technologie qui a tué nos proches pouvait non seulement traiter le cancer, mais en plus nous apporter le confort. Ce discours est apparu comme porteur d’espoir aux yeux des hibakushas [irradiés]. »

http://www.courrierinternational.com/article/2011/08/18/comment-un-pays-irradie-est-devenu-pronucleaire


Agoravox s’inquiète des observations d’ouvriers travaillant à la centrale sur la possibilité que le corium ait percé les derniers remparts de l’enceinte et s’enfonce dans le sous-sol créant des fissures par lesquelles de mortelles vapeurs radioactives s’échappent, extrait :

Un ouvrier de Fukushima témoigne :

« Des vapeurs massives sortent des fissures de la terre (…) et il semble que la réaction nucléaire arrive du sous-sol. Nous évacuons : prenez garde à la direction du vent (…) nous avons peur ! ». lien

Un autre ouvrier ajoute :

« Prés des réacteurs, il y a beaucoup de fissures dans la terre, la vapeur sort de la, et nous avons découvert 10Sv/h à 6 endroits différents, malgré les annonces du gouvernement ». lien

Alors, lorsque ces jets de vapeur se produisent, les ouvriers sont obligés d’évacuer les lieux, pour échapper au danger radioactif. lien

Paul Gunter évoquant le syndrome chinois, déclare : « 1000 rems sortent de ces fissures (500 rems c’est la dose mortelle) (…) la dose maximale pour le public c’est 100 millirems par an, et là, c’est 1 million de millirems par heure ! Ce sont des doses létales qui sortent du sol.

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fukushima-tragedie-en-sous-sol-99261

La chaîne de télévision internationale Russia Today développe également la possibilité d’un syndrome chinois.


Mercredi 17 août

Un conteneur japonais contaminé par des substances radioactives à été intercepté au port de Zeebrugge en Belgique. Bien qu’il n’y ait aucun danger pour les travailleurs du port, le public ou l’environnement, le conteneur en question a été décontaminé par des entreprises spécialisées. Le césium 137 a une durée de demi-vie (période radioactive) longue de 30 ans. Au total, depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, quinze conteneurs contaminés ont été trouvés en Belgique. http://www.rtbf.be/info/societe/detail_japon-un-conteneur-contamine-intercepte-debut-aout-a-zeebrugge?id=6605123


Le Japon a annoncé que la fermeture froide de la centrale de Fukushima, prévue en janvier 2012, risquait d’être retardée.

Tokyo Electric Power Co a déclaré mercredi qu’elle pourrait échouer à réaliser « une fermeture froide » de sa centrale nucléaire de Fukushima d’ici janvier, alors que la pire crise nucléaire que le monde ait connue depuis 25 ans est toujours incontrôlée.

http://www.actualites-news-environnement.com/26963-Japon-fermeture-froide-Fukushima.html


Pour la première fois depuis la catastrophe de Fukushima, un réacteur nucléaire a été autorisé à redémarrer sur l’île de Hokkaido. Le réacteur numéro 3 de la centrale Tomari, a été « remis en exploitation commerciale après avoir obtenu le feu vert des autorités », selon les termes de l’opérateur Hepco. Près des trois-quarts des 54 réacteurs nucléaires du Japon sont à l’arrêt

Centrale Tomari sur l'île d'Hokkaido


Mardi 16 août


Le gouvernement japonais annonce la création de silos géants dans la zone contaminée pour y stocker les sols contaminés au fur et à mesure qu’ils seront collectés. Ces silos devront ensuite être surveillés jusqu’à la fin de la radioactivité (donc dans quelques milliers d’années). Le gouvernement japonais annonce la mise en place d’une étude épidémiologique portant sur 20 000 femmes enceintes au moment de l’accident et sur la santé de leurs bébés.


Après de nombreuses défaillances, TEPCO annonce la suspension du système de recyclage des eaux radioactives mis en place depuis le 17 juin, le temps de mettre en place une nouvelle technique.


Dimanche 14 août


La télévision NHK annonce qu’une étude rendue publique par une équipe de l’Université d’Hiroshima sur 1149 enfants vivant dans la préfecture de Fukushima montre que la moitié d’entre eux avaient fixé de l’iode radioactive dans leur thyroïde fin mars 2011, dans les jours qui ont suivi l’accident. Les taux seraient toutefois restés inférieurs à ce qui est estimé nécessaire pour déclencher un cancer.


Grandes émissions de vapeurs filmées par la webcam de TEPCO braquée en permanence sur les réacteurs, semblant corroborer les propos d’un travailleur de la centrale à propos des fissures qui se sont récemment ouvertes dans le sol autour des réacteurs, ça et là.


Samedi 13 août


Le Monde rappelle que les interdictions de produits alimentaires sont nombreuses au Japon et que certaines interdictions de cueillette de champignons vont jusqu’à 360 km de la centrale.


En France, le Ministère de la Santé annonce le renouvellement des stocks de comprimés d’iode. La France en dispose de 110 millions… au cas où. Mais, en cas d’accident, l’iode ne protège (au mieux) que de l’iode radioactif, pas des autres radionucléides libérés.


Vendredi 12 août


Parution d’un article très complet sur le corium, matériau mystérieux, incontrôlable, extrêmement toxique, corrosif et très chaud, en train de se frayer un passage dans le sous-sol de plusieurs réacteurs à Fukushima.
http://fukushima.over-blog.fr/article-le-corium-de-fukushima-1-description-et-donnees-81378535.html

JPEG - 25.9 ko
corium de tchernobyl

La préfecture de Fukushima annonce que les cours de recréation de 584 écoles maternelles, primaires ou secondaires ont été nettoyées en profondeur… mais elle ne sait pas quoi faire des 180 000 m3 de sols contaminés ainsi récupérés.

Le gouvernement veut dresser une carte précise de la contamination pour connaître les zones évacuées qui pourraient être décontaminées et réoccupées et les zones éloignées qu’il faudrait évacuer. La gestion de ce travail serait confié… à TEPCO ! Un conflit d’intérêt évident.


Jeudi 11 août


Cela fait maintenant cinq mois que les réacteurs 1, 2 et 3 de Fukushima échappent à tout contrôle, que la piscine du réacteur n°4 est refroidie sans cesse. La radioactivité sur le site est toujours intense et s’amplifie. A défaut de pouvoir arrêter quoi que ce soit, TEPCO annonce la mise en place de chapiteaux sur les réacteurs pour confiner la radioactivité sur place.

Le gouvernement japonais n’a toujours pas pris la mesure de l’accident. Des millions de personnes vivent en zone hautement contaminée. Le gouvernement a publié une carte avec 500 000 mesures. Les associations indépendants publient aussi leurs propres mesures… qui presque systématiquement sont plus élevées que les officielles. La pollution maritime a maintenant touché les côtes de Chine et de Russie…

Quelle est la suite, M'man ?


Mercredi 10 août


19h22 : nouveau tremblement de terre de magnitude 6,0 à quelques kilomètres de la centrale de Fukushima.


Mardi 9 août


Polémique sur la gestion de la catastrophe

Le système de prévision de la menace radioactive fonctionnait depuis la première heure de la catastrophe de Fukushima. Ce système appelé SPEEDI a fourni des informations fiables sur la trajectoire du nuage radioactif.

Certaines villes n’ont pas été évacuées, tout simplement à cause d’un problème de rétention d’informations, soit au niveau de l’agence japonaise de sûreté nucléaire ou des autorités. C’est le cas de Namie, située juste au-delà de la zone de dix kilomètres autour de la centrale.

http://fr.euronews.net/2011/08/09/japon-polemiques-sur-la-gestion-de-la-catastrophe-de-fukushima/


Fukushima : révision constitutionnelle pour limiter le droit d’expression

A Tokyo, où trois haut fonctionnaires ont été limogés, le gouvernement prépare une révision de la constitution visant à limiter le droit d’expression en cas de catastrophe naturelle grâce à un régime d’état d’urgence.

Le gouvernement nippon est confronté à une colère de moins en moins retenue de la population vivant dans des zonesmais non évacuées bien que contaminées et à Tokyo. Ainsi un représentant officiel a battu en retraite devant les question pressante des habitant de Fukushima qui lui demandaient des comptes sur les normes spécifiques (révisées à la hausse) appliquées à leur région qui permettait au gouvernement de ne pas evacuer d’avantage de gens. http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/fukushima-revision-98717


Areva voit sa note baisser à BBB+ par les agences de notation en bourse.


Selon les autorités de la ville de Fukushima, seuls 300 enfants ont quitté les écoles depuis l’accident… ce qui indique que seulement un millier de personnes (sur 300 000) ont quitté la ville… alors que plus de 60 % souhaitent le faire.


Lundi 8 août

La Chine annonce la mise en route d’un réacteur à Lingao. La propagande se vante que cela équivaut à économiser en charbon l’équivalent C02 de 300 000 hectares de forêt. Le Réseau Sortir du nucléaire rappelle que la zone interdire autour de Tchernobyl a détruit 66 fois plus de surfaces en forêt !


TEPCO annonce une perte record de 5 milliards d’euros pour le 2e trimestre 2011. Un quart de cette somme a été utilisé sur le site de Fukushima, le reste du déficit provient des dédommagements versés aux victimes.

Toshio Nishizawa, président de Tepco, le 9 août 2011 à Tokyo


L’ONU vole au secours du nucléaire : Ban Ki-Moon, secrétaire national de l’ONU, en visite au Japon, a estimé sur la chaîne de télévision NHK que la sortie du nucléaire pour le Japon n’est pas évidente. Il a cru bon d’affirmer que le nucléaire restait un moyen efficace de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.


Samedi 6 août

A l’occasion de la commémoration des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, les discours au Japon ont tous fait le lien avec Fukushima pour demander le renoncement au nucléaire militaire et civil. Naoto Kan, le premier ministre, a une nouvelle fois demandé une sortie du nucléaire tout comme les maires d’Hiroshima et de Nagasaki. La plupart des quotidiens japonais titrent sur la sortie du nucléaire.


Vendredi 5 août

Le gouvernement allemand lance un appel d’offres pour la construction de 10 000 MW en éolien offshore dans la mer Baltique. Ces éoliennes fonctionneront avant 2020.


Jeudi 4 août

TEPCO annonce vouloir couler une chape de plomb là où la radioactivité a été mesurée à plus de 10 Sv/h. Seuls des robots peuvent effectuer ce travail.

Trois hauts responsables du nucléaire sont remerciés par le gouvernement japonais.


L’Autorité de Sûreté nucléaire française autorise la centrale de Cruas à relâcher de l’eau dans le Rhône à une température plus élevée que normale, sécheresse oblige. Normalement, si le débit du Rhône descend en-dessous du 500 m3/s, la centrale devrait être arrêtée. La dérogation baisse le seuil à 350 m3/s.


Parution d’une compilation vidéo de scientifiques japonais essayant de faire gober au public que le plutonium est inoffensif :
http://www.youtube.com/watch?v=RTNKFHQexSI (possibilité de sous-titrer la vidéo en appuyant sur le bouton CC )

 


Mercredi 3 août

• La Grande-Bretagne ferme son usine de Mox à Sellefield. Cette usine avait comme principal client les compagnies d’électricité japonaises. Le Mox (mélange uranium-plutonium) était présent dans le réacteur n°3 de Fukushima a titre expérimental. Il provoque une pollution pire que le combustible uranium en cas d’accident.


Mardi 2 août

Les journalistes Takashi Hirose and Shojiro Akashi ont déclaré avoir engagé des poursuites pénales contre 32 personnes, incluant des cadres de TEPCO, les ministres de l‘éducation, des sports, des sciences et technologies, et les conseillers à Fukushima, en gestion de santé et risques radiologiques, dont M. Shunichi Yamashita. Ils les accusent d’avoir désinformé leurs concitoyens et fait prendre de gros risques aux enfants. En réponse à une question d’un participant, l’un des journalistes rappelle également que les mesures des taux de strontium 90 rejetés en mer ne sont pas effectuées par TEPCO, contrairement au césium 134 et 137.
Le poisson péché au large de Fukushima est vendu à l’ouest du pays à l’insu des acheteurs.



Actualités news environnement : suite à la découverte d’une émanation radioactive à plus de10 Sv/h (dix Sieverts par heure) sur une conduite entre les bâtiments 1 et 2, le fournisseur d’électricité s’est mis en quête d’autres points chauds susceptibles de mettre en danger ses employés. Cette conduite aurait permis à des gaz hautement radioactifs de s’échapper du coeur du réacteur après que celui-ci a commencé à fondre, dès les premières heures qui ont suivi le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars dernier.
http://www.actualites-news-environnement.com/26926-radiation-Fukushima.html

Ce schéma désigne l’endroit ou la détection d’un taux de radioactivité de plus de 10 Sv/h a été détécté.

NHK World English : une source de radiation à 5 Sv/h a également été détectée dans une pièce, du deuxième étage, du bâtiment réacteur n°1. TEPCO explique ce niveau par le fait que des tuyaux traversant cette pièce ont servi à la ventilation de matières radioactives du réacteur le 12 mars.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/02_32.html


Toujours à Fukushima Daiichi, TEPCO a également déclaré avoir trouvé, samedi, 700 t d’eau fortement radioactive dans les sous-sols, près de l’installation de stockage d’eau contaminée. Des niveaux élevés de césium 134 et 137, atteignant respectivement 19 000 Bq/kg et 22 000 Bq/kg ont été mesurés dans cette eau.


NewScientist : le récent séisme de 6,1, ressentit lundi près de Shizuoka a rappelé les craintes de l’opérateur de la centrale d’Hamaoka situé à 40 km de l’épicentre. Lors de ce séisme, la centrale n’a bougé que de 40 à 50 cm/s2 (Gal) or elle ne s’arrête automatiquement qu’à partir de 120 Gal et est construite pour supporter jusqu’à 300 Gal.
Le Premier Ministre Naoto Kan avait exigé l’arrêt de cette centrale, située sur deux importantes failles sismiques, après le 11 mars dernier. Précédemment, lors un séisme de 6,4 en août 2009, des équipements avaient été endommagés et les réacteurs 4 et 5 arrêtés.
Le Gal est une unité d’accélération, donc en cm par seconde carrée et non en cm par seconde comme indiqué dans l’article (ndr).http://www.newscientist.com/blogs/shortsharpscience/2011/08/japan-earthquake-gently-rocks.html


NHK World French : la NISA (agence de sûreté de l’industrie et du nucléaire) est une nouvelle fois mise en cause dans une affaire de trafic d’influence, lors d’un moratoire public sur le nucléaire dans la préfecture d’Ehime. C’est un ex chef de département de la NISA qui à fait cette révélation, impliquant la compagnie d’électricité du Shikoku qui a mobilisé pour la cause ses retraités et des employés des ses filiales, auxquels ont été fournis des questionnaires et des arguments types.
Lien désactivé car le système de classification des articles de NHK World French ne permet pas de retrouver les anciennes parutions. 


The Mainichi Daily News : la NISA réprimande TEPCO pour des négligences dans la gestion de son personnel. Incapable de retrouver 180 employés pour effectuer des contrôles de dosimétrie, l’opérateur s’est également vu reprocher d’avoir engagé des employés avec une simple photocopie du permis de conduire en guise de contrôle. Dangereuse brèche dans les règles de sécurité encadrant le nucléaire permettant principalement d’éviter les vols de matières sensibles telles l’uranium ou le plutonium. http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110802p2g00m0dm012000c.html

Des employés de TEPCO au coeur de l’unité 2 du réacteur n°1 de Fukushima


The Mainichi Daily News : le ministre chargé de la crise nucléaire Goshi Hosono a annoncé que d’importants travaux de décontamination allaient commencer, en septembre, à l’intérieur de la zone d’exclusion des 20 km, pour préparer le retour des personnes évacuées.
Le ministre a ajouté que le savoir-faire acquis lors de tests permettait de lancer ces opérations sur une plus grande échelle.
http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110802p2g00m0dm010000c.html



The Mainichi Daily news : une station de mesure de la radioactivité a été implantée à Fukushima par une organisation indépendante, elle draine de nombreuses personnes insatisfaites des trop rares contrôles effectués par le gouvernement. C’est en réaction aux informations de M. Shunichi Yamashita, spécialiste patenté du gouvernement, défendant l’innocuité de doses inférieures à 100 mSv, que le groupe de volontaires à l’origine de cette initiative a pour objectif de former désormais un organisme à l’image de la CRIIRAD française.
Ils ont également diffusé des journaux dans 35 sites différents de Fukushima, tirés à 100 000 exemplaires, ils renseignent sur les moyens de se prémunir des radiations et contaminations.
http://mdn.mainichi.jp/features/news/20110802p2g00m0fe093000c.html


La Croix.com : la contestation monte au Japon, « 82 % des Japonais, toutes générations confondues, ont déclaré dans un sondage pour le Tokyo Shimbun souhaiter sortir du nucléaire », des critiques contre le gouvernement s’expriment de façon plus ouverte et plus violente. Les Japonais ont réalisé grâce aux médias étrangers l’ampleur de la catastrophe nucléaire et les taux réels de contamination d’une partie de leur territoire. Le commencement de la fin d’années de lobbying pour tenter d’annihiler toute pensée contestataire.
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/La-defiance-du-nucleaire-prend-de-l-ampleur-au-Japon-_EG_-2011-08-02-695165

Manifestation le 2 août devant les locaux de TEPCO

NHK World English : l’université d’Hiroshima va créer un comité d’une quarantaine de chercheurs pour effectuer une étude centrée sur les effets des faibles doses de radioactivité sur la santé. Ce comité va étudier trois thèmes, effets de l’exposition aux faibles doses sur les gènes, réponses médicales aux expositions internes et expositions en cas d’urgences, et soutien à une enquête de santé menée par la préfecture de Fukushima. L’université déclare ne pas avoir de données sur les expositions en dessous de 100 milli Sieverts.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/03_02.html


Yves Lenoir par un contact en Suisse, nous rapporte les vidéos du professeur Kodama, avec des sous-titres en anglais première traduction des originaux en japonais.
Note : en cliquant sur CC en bas à droite du lecteur on peut choisir une traduction en français.
Sans discréditer pour autant l’initiative de l’université d’Hiroshima, ne devrait-elle pas écouter les invectives du professeur Kodama, nées de ses longues années passées à étudier les faibles doses en question ? (ndr).
1ére partie :

http://www.youtube.com/watch?v=Dlf4gOvzxYc&feature=share

2éme partie :
http://www.youtube.com/watch?v=mDlEOmcALwQ
Ou textes en français sur bistro bar blog, transmis par Sabine Li.
http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-13.html
http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-23.html
http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/07/politiciens-du-japon-que-faites-vous-33.html


EX-SKF : dans la région du Tôhoku (nord du Japon comprenant Fukushima) certaines petites annonces paraissent bien énigmatiques. Le tarif horaire attractif, l’absence de précisions sur les compétences requises, sur le lieu de travail et la petite formation de 2 jours, laissent à penser à un recrutement sauvage de la sous traitance à plusieurs degrés, des dangereuses besognes pratiquées par TEPCO. Avis aux amateurs.
http://ex-skf.blogspot.com/2011/08/wanted-20-healthy-males-who-want-over.html

une annonce énigmatique

The Japan Times Online : les objectifs d’économie d’énergies ont été atteints pour le mois de juillet. À la demande du gouvernement, les particuliers et les industries étaient sollicitées pour réduire leur consommation électrique de 15 % pour éviter un éventuel « black-out » dans la région de Tokyo (le Kanto). TEPCO a précisé que cela a été rendu possible grâce à un mois de juillet plus frais et aux initiatives des constructeurs automobiles qui ont déplacé le planning de leurs activités vers les jours où la consommation était plus faible.
http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110802a7.html


Asahi.com : les estimations de consommation d’électricité commandés par le gouvernement, pour la région couverte par TEPCO, auraient été surestimées de 20 %. En conséquences les demandes d’économie d’énergies de l’ordre de 15 % faites aux usagers auraient été trop importantes voire inutiles. TEPCO base ses chiffres sur la consommation des ménages dans des maisons individuelles plutôt que sur des habitations collectives moins gourmandes, et conserverait le secret sus ses données par peur de la concurrence.
Ce n’est pas parce que des économies ne sont pas nécessaires pour éviter la coupure de courant qu’elles sont inutiles (ndr).
http://www.asahi.com/english/TKY201108010185.html


Lundi 1er août

Actualité météoconsult : C’est un super typhon qui a frappé le Japon ce dimanche. De catégorie 5 sur une échelle de 5, « Muifa » a soufflé à 300 km/h levant une houle importante, il se dirigerait maintenant au sud vers Okinawa, mais sa trajectoire reste encore imprévisible.
http://actualite.meteoconsult.fr/actualite/meteo/muifa---super-typhon-au-large-du-japon_13234_2011-07-31.php


Kyodo News : nouveau séisme de magnitude 6,4 près de Shizuoka, légère montée des eaux attendue par l’agence météorologique. Rectifié à 5,9 le séisme a été évalué à 7 près des municipalités de Higashiizu, Shizuoka et Yaizu, et à 4 près des préfectures de Kanagawa, Yamanashi, Nagano et Shizuoka.
http://english.kyodonews.jp/news/2011/08/106540.html


10 Sv/h - dix Sieverts par heure entre les bâtiments 1 et 2 dans des débris, c’est le relevé qui a été effectué récemment sans plus d’explications pour l’instant sur l’origine du « hot spot ».
De tels niveaux n’ont été atteints qu’à proximité des réacteurs quelques temps après le début de la catastrophe, quand les barres combustibles venaient de commencer à fondre.
DPA annonce même « plus de 10 Sieverts par heure » selon un porte-parole de TEPCO.
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/08/01/niveau-record-de-radiations-mesure-a-fukushima_1555109_3216.html
http://www.facebook.com/photo.php?fbid=263536033660182&set=a.263535960326856.82993.232255093454943&type=1&theater
http://www.berlinonline.de/berliner-zeitung/vermischtes/detail_dpa_31717446.php


Le petit journal de TEPCO présente le détail des opérations du jour avec des travaux de transfert d’eau à l’unité n°6, ses résultats d’analyse de l’air et de l’eau de mer en divers endroits du site. Mais aussi l’arrivée du système SARRY qui devrait palier aux défaillances du système de décontamination Kurion/AREVA.
http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11080101-e.html
http://bit.ly/p3NFQH
http://bit.ly/omAqpy
http://bit.ly/ngUTcw

NHK World English : les niveaux de césium relevés dans l’eau de mer près du réacteur n°3 n’ont pas augmenté, les niveaux en césium 134 et 137 dépassent respectivement le maximum légal de 22 et 17 fois. Ce qui confirme une décrue, le césium 134 atteignait 20 000 fois la norme en mai.
Prés du n°2 l’iode 131 n’est plus détectée alors qu’elle dépassait 7,5 millions de fois la limite en avril. Au vu de ces résultats la TEPCO conclut que les fuites d’eau radioactive diminuent.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/01_01.html


TEPCO a également prévu dans son plan de mise en sécurité, la construction d’un mur de protection pour empêcher les eaux radioactives de se déverser dans l’océan. Sur cette ébauche il est prévu que ce mur face front aux quatre bâtiments réacteurs et descende à 30 m de profondeur pour atteindre une couche de terrain imperméable.
http://www.facebook.com/photo.php?fbid=263677413646044&set=a.263336700346782.82950.232255093454943&type=1&theater


NHK World English : les préfectures de Chiba et Tochigi vont procéder à des tests de radiations sur leurs riz avant commercialisation. Situées entre Tokyo et Fukushima ces préfectures sont les premières à annoncer des tests sur leurs récoltes. La préfecture de Tochigi souhaite contrôler toutes ses parcelles avant la récolte qui commence en septembre.
http://www3.nhk.or.jp/daily/english/01_12.html


Japan Times : les interdictions de commercialisation de bœuf s’étendent désormais à la préfecture d’Iwate, située sur la cote nord-est, avant dernière préfecture avant la septentrionale Hokkaido. Cette mesure a été prise suite au contrôle positif de six bovins, soit plus de 500 Bq/kg. Toutefois cette interdiction pourrait être suspendue si de nouvelles mesures étaient conformes à la norme sanitaire en vigueur.
http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110801x1.html


The Mainichi Daily News : peu de perspectives s’offrent aux pêcheurs sinistrés, sur les 12 ports que comptait Onagawa, seuls 7 ont été proposés pour un plan de reconstruction.
Les fermes d’algues wakamé font l’objet de plus d’attention et ont bénéficié de plus de levées de fond pour assurer leur redémarrage et de bonnes récoltes la saison venue.
http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110801p2a00m0na009000c.html


Japan Today : Yoshitaka Narita est le mieux placé pour parler de la crise de confiance envers le sushi, le marché a diminué de 50% après l’accident de Fukushima, actuellement il est encore de 30% inférieur à avant. L’entrepreneur de 54 ans fait confiance au gouvernement pour effectuer les contrôles nécessaires sur tous les poissons vendus au marché de Tsukiji.
Pour David Brenner, directeur au Centre de l’Université de Columbia pour la recherche radiologique à New York, les risques sont faibles car dilués dans l’immensité des océans, c’est plutôt près de la côte et dans les rivières qu’il y a danger immédiat. Mais ces risques vont s’exprimer sur le long terme avec des doses qui mêmes faibles vont s’accumuler d’années en années dans les organismes, difficiles à appréhender pour les invétérés gourmets de poissons du marché de Tsukiji.
http://www.japantoday.com/category/national/view/sushi-industry-hurting-from-radiation-scare


TFRinfo.ch : présente un reportage d’investigation sur la zone chaude de Fukushima, suivant des agriculteurs qui viennent ravitailler leurs troupeaux dont l’abattage avait été programmé, les journalistes suisses s’aventurent dans le village de Namié qui a été abandonné sans même attendre l’ordre des autorités, plus loin on aperçoit les cheminées de la centrale à 3 km.
http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/3300320-le-grand-format-reportage-dans-la-zone-interdite-de-la-centrale-nucleaire-accidentee-de-fukushima.html#id=3300320


The Mainichi Daily News : le parti démocrate japonais (DPJ) veut clarifier la législation en matière de responsabilités partagées entre l’état et les fournisseurs d’électricité, initiative qui fait l’unanimité au sein des autres partis approuvant la révision de textes vieux de 50 ans basés sur le mythe d’un nucléaire sûr. Seul le président du DPJ et également Premier Ministre Naoto Kan désapprouve, expédie ces révisions en voulant rejeter toute la faute sur TEPCO, contrairement au projet de loi qui inclus des conditions de sauvegarde de l’opérateur.
http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/national/news/20110801p2a00m0na019000c.html


Asahi.com : en 1984 le ministère des affaires étrangères avait imaginé une attaque sur les centrales nucléaires, et simulé les pires scénarios. De la perte d’alimentation du circuit de refroidissement à la rupture de l’enceinte de confinement par une bombe guidée directement vers le cœur du réacteur. Une estimation fait état de 18 000 morts, d’un rayon rendu inhabitable allant de 30 à 87 km autour de l’installation endommagée. Ce rapport est resté confidentiel et n’a pas été transmis au Premier Ministre, par crainte de fuites susceptibles de réveiller les velléités antinucléaires.
http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201108015118