Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Législatives 2017 : interpellons les candidat-e-s !

Une plateforme web pour dénoncer les candidats les plus radio-actifs et appeler les candidats à s’engager pour une France sans nucléaire.


Les 10 candidats les plus radio-actifs

Christophe BOUILLON

Parti Socialiste




Candidat Parti Socialiste dans la 5ème circonscription de Seine-Maritime

SIGNE DISTINCTIF
 VRP de l’ANDRA auprès de l’Etat français



Député de la 5ème circonscription, Christophe Bouillon désire briguer un second mandat dans sa circonscription de Seine Maritime. Le député socialiste a été nommé en 2015 président du conseil d’administration de l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). En parallèle de son activité de président de l’ANDRA, il a été nommé rapporteur pour la proposition de loi sur l’enfouissement des déchets radioactifs en couche géologique profonde ! Anticipant les remarques sur un conflit d’intérêt manifeste, M. Bouillon a alors saisi le déontologue de l’Assemblée Nationale, affirmant que celui-ci ne voyait pas d’"incompatibilité formelle" entre ses deux fonctions [1]. Toutefois, cet avis n’a jamais été rendu public malgré de nombreuses réclamations. À l’été 2016, nous faisions parvenir à Christophe Bouillon une lettre ouverte dans laquelle était rappelé que "l’agent public doit éviter que ses intérêts privés entrent en conflit avec ses fonctions publiques". [2]

La loi relative à la création du centre de stockage CIGÉO a finalement été adoptée par l’Assemblée Nationale le 11 juillet, en plein cœur de l’été, et dans un hémicycle historiquement vide (25 députés). Pour aller plus vite, Christophe Bouillon et le Gouvernement ont rejeté tous les amendements proposés par les députés, afin que la proposition de loi d’origine sénatoriale – déposée par les Républicains Gérard Longuet et Christian Namy, élus de la Meuse et pro-nucléaires notoires – soit votée « conforme », c’est-à-dire telle quelle. M. Bouillon s’est notamment opposé à un amendement proposant que les électeurs des collectivités territoriales concernées par le projet CIGÉO soient consultés.

Il a également voté pour l’ensemble du projet de loi de finances pour 2017 et pour la programmation militaire pour les années 2015 à 2019 [3], deux textes qui entérinent la modernisation des deux composantes de la dissuasion nucléaire pour des sommes astronomiques.

J’interpelle CHRISTOPHE BOUILLON par message électronique

J’interpelle CHRISTOPHE BOUILLON sur Twitter

Député de la 5ème circonscription, Christophe Bouillon désire briguer un second mandat dans sa circonscription de Seine Maritime. Le député socialiste a été nommé en 2015 président du conseil d’administration de l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). En parallèle de son activité de président de l’ANDRA, il a été nommé rapporteur pour la proposition de loi sur l’enfouissement des déchets radioactifs en couche géologique profonde ! Anticipant les remarques sur un conflit d’intérêt manifeste, M. Bouillon a alors saisi le déontologue de l’Assemblée Nationale, affirmant que celui-ci ne voyait pas d’"incompatibilité formelle" entre ses deux fonctions [1]. Toutefois, cet avis n’a jamais été rendu public malgré de nombreuses réclamations. À l’été 2016, nous faisions parvenir à Christophe Bouillon une lettre ouverte dans laquelle était rappelé que "l’agent public doit éviter que ses intérêts privés entrent en conflit avec ses fonctions publiques". [2]

La loi relative à la création du centre de stockage CIGÉO a finalement été adoptée par l’Assemblée Nationale le 11 juillet, en plein cœur de l’été, et dans un hémicycle historiquement vide (25 députés). Pour aller plus vite, Christophe Bouillon et le Gouvernement ont rejeté tous les amendements proposés par les députés, afin que la proposition de loi d’origine sénatoriale – déposée par les Républicains Gérard Longuet et Christian Namy, élus de la Meuse et pro-nucléaires notoires – soit votée « conforme », c’est-à-dire telle quelle. M. Bouillon s’est notamment opposé à un amendement proposant que les électeurs des collectivités territoriales concernées par le projet CIGÉO soient consultés.

Il a également voté pour l’ensemble du projet de loi de finances pour 2017 et pour la programmation militaire pour les années 2015 à 2019 [3], deux textes qui entérinent la modernisation des deux composantes de la dissuasion nucléaire pour des sommes astronomiques.

J’interpelle CHRISTOPHE BOUILLON par message électronique

J’interpelle CHRISTOPHE BOUILLON sur Twitter




Commandez des autocollants !