Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°36

Sept-oct 2007

Vie des groupes

Ca bouge dans le Réseau ! Quelques moments forts de ces derniers mois

Sept-oct 2007




Actions contre le nucléaire militaire

Le 11 août 2007, à l’issue des Rencontres d’été du Réseau “Sortir du nucléaire”, une douzaine de militants ont déployé une banderole géante au-dessus du pont de Terenez, principal accès à la presqu’île de Crozon en Bretagne, cœur de la force de frappe nucléaire. D’autre part, 20 000 autocollants et tracts ont été distribués à l’intérieur et à l’extérieur du festival de musique “Le bout du monde”.

Près d’un mois avant, non loin de là, des militants avaient également manifesté lors de la venue de Nicolas Sarkozy à la base de l’Ile Longue, le sanctuaire des sous-marins nucléaires.

Ces actions visaient d’abord à rappeler la proximité des 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français et leurs 288 têtes nucléaires. Elles cherchaient ensuite à informer le public de la relance actuelle de l’arme nucléaire en France, relance concrétisée par les nouveaux missiles nucléaires d’attaque M51, qui doivent équiper les sous-marins d’ici 2010. Cette nouvelle posture, qui viole l’article 6 du Traité de Non Prolifération nucléaire, ne peut qu’inciter des pays tels que l’Iran, la Corée du Nord ou la Libye à se doter à leur tour de l’arme nucléaire.


Tricastin : bientôt une étude des cancers

La Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature a obtenu que soit réalisée une étude sanitaire des cancers à proximité du site nucléaire du Tricastin (Drôme) dans le cadre la commission locale d’information.
L’association déplore que les équipements nucléaires qui fonctionnent depuis plusieurs décennies ne disposent pas déjà d’outils d’évaluation de l’état de santé des populations en terme de cancer et autres maladies. La FRAPNA souligne que les travailleurs et les riverains ont le droit de connaître l’impact sanitaire de ces industries.
Contact : frapna-drome@frapna.org

Suisse : Manifestation à Berne contre une nouvelle centrale nucléaire

2500 personnes ont manifesté le 8 septembre 2007 sur la Place fédérale à Berne contre la construction d’une nouvelle centrale nucléaire en Suisse. Les participants répondaient à l’appel de plusieurs organisations anti-nucléaires, dont les Verts, et le parti chrétien-social.
A 15h30 précises, les manifestants ont fait sonner des centaines de réveils, pour annoncer symboliquement l’arrivée d’un changement énergétique. "Il s’agit de secouer les esprits", a lancé la conseillère nationale bernoise Franziska Teuscher.

Action lors des dix ans de la centrale de Chooz (Ardennes)

En réponse à la fête organisée par EDF pour les 10 ans de fonctionnement des réacteurs de Chooz B1 et Chooz B2, une marche de protestation à l’initiative de “Sortir du nucléaire Ardennes” s’est déroulée entre Chooz et Givet. Une belle réussite largement reprise dans les médias locaux.
Contact : coutant.chabert@wanadoo.fr

Une génération plus tard…

Nous étions une centaine environ ce 31 juillet 2007 dans le petit village de Faverges en Isère, devant la stèle rappelant la mort de notre frère Vital. Un jour pluvieux de 1977, Vital a été tué par une grenade offensive lors de la grande manifestation contre la construction du surgénérateur Superphénix (qui sera arrêté 20 ans plus tard suite à de nombreux dysfonctionnements et à un coût financier colossal).
Soleil éclatant, paix d’un hameau verdoyant et fleuri, rien qui rappelle les événements dramatiques d’il y a trente ans.
Réunion d’anciens combattants ?
Non, à plusieurs titres.

Certains étaient là pour se souvenir de ce qu’ils avaient vécu, comme pour secouer leur incrédulité que de telles choses aient été possibles en temps de paix dans une démocratie. Certains viennent chaque 31 juillet déposer une fleur au pied de l’inscription en une forme de pèlerinage ponctuant leur vie –ils en ressentent le besoin. D’autres, qui n’étaient pas nés en 77, découvraient en compagnie de proches cette “histoire” et peut-être par là “l’Histoire” comme elle se construit. D’autres encore tenaient à représenter une association en lien avec les questions si graves des énergies, de l’environnement, du sens à donner à notre société.
Quant à nous, la famille de Vital, comment ne pas nous rendre, de temps en temps, sur les lieux où il nous a quittés ? Non pour nous lamenter (il n’y a pas besoin de lieu pour cela) mais pour ré-entrer dans cette tranche de notre vie en la partageant avec la génération suivante. Car, qu’on le veuille ou non, la mort violente de notre frère tant aimé constitue aussi, à côté des aspects politiques de l’affaire, une sorte de patrimoine familial, douloureux mais vivace et plein de sens.

Les mots échangés à l’ombre du chêne nous ont tous convaincus que les inquiétudes et les colères des années 70, après trente ans de perdus, restaient pleinement d’actualité. N’assistons-nous pas à la relance des politiques nucléaires, y compris sous des justifications environnementales ?
La réflexion a-t-elle progressé depuis trente ans ? Au niveau politique, on peut sérieusement en douter, mais le travail remarquable fait patiemment et de façon pédagogique par le milieu associatif –dont le Réseau “Sortir du Nucléaire”- a certainement contribué à un éveil de l’opinion publique ; celle-ci commence en outre à repenser ses exigences de mode et de niveau de vie.
Merci de tout cœur à ceux et celles, étonnamment nombreux, qui ont fait le déplacement à Faverges-Malville ce 31 juillet 2007, à leur amitié, leur gravité, leur conviction. Le souvenir de Vital nous appartient, mais pas sa mémoire, et au vu de cette belle journée il semble qu’elle soutienne quelque chose comme un élan… vital, forcément vital.

Paul Michalon

Occupation du siège régional EDF à Rennes les 17 et 18 septembre 2007 par des militants du GANVA.

Le but : protester contre la parodie de concertation menée par RTE (Réseau de transport de l’électricité, filiale d’EDF) au sujet du projet de ligne Très Haute Tension (THT) Cotentin/Maine qui découle de la décision de construire un nouveau réacteur nucléaire - EPR – à Flamanville dans la Manche.
Contact Ganva en Bretagne :
François, erminig35@yahoo.fr 06.68.02.24.23
Site : http://www.stop-tht.org
Un coordinateur national des groupes et actions à votre service !

Vous participez à un groupe local ? Vous organisez des initiatives locales en lien avec le nucléaire ou les alternatives énergétiques ? A vous de nous transmettre vos photos et un court article pour alimenter la rubrique “Vie des groupes”.

Envoyez votre contribution à :
Jocelyn PEYRET mobilisations@sortirdunucleaire.fr
Tel. 04 79 36 13 19

N’hésitez pas à le contacter également si vous souhaitez que nous annoncions vos infos locales sur notre site internet et sur nos listes de diffusion départementales qui contiennent des centaines de mails de militants actifs près de chez vous.
Si vous souhaitez créer un groupe local “Sortir du nucléaire”, Jocelyn pourra également vous aider dans vos démarches statutaires, sur l’organisation du groupe, etc.

Actions contre le nucléaire militaire

Le 11 août 2007, à l’issue des Rencontres d’été du Réseau “Sortir du nucléaire”, une douzaine de militants ont déployé une banderole géante au-dessus du pont de Terenez, principal accès à la presqu’île de Crozon en Bretagne, cœur de la force de frappe nucléaire. D’autre part, 20 000 autocollants et tracts ont été distribués à l’intérieur et à l’extérieur du festival de musique “Le bout du monde”.

Près d’un mois avant, non loin de là, des militants avaient également manifesté lors de la venue de Nicolas Sarkozy à la base de l’Ile Longue, le sanctuaire des sous-marins nucléaires.

Ces actions visaient d’abord à rappeler la proximité des 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français et leurs 288 têtes nucléaires. Elles cherchaient ensuite à informer le public de la relance actuelle de l’arme nucléaire en France, relance concrétisée par les nouveaux missiles nucléaires d’attaque M51, qui doivent équiper les sous-marins d’ici 2010. Cette nouvelle posture, qui viole l’article 6 du Traité de Non Prolifération nucléaire, ne peut qu’inciter des pays tels que l’Iran, la Corée du Nord ou la Libye à se doter à leur tour de l’arme nucléaire.


Tricastin : bientôt une étude des cancers

La Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature a obtenu que soit réalisée une étude sanitaire des cancers à proximité du site nucléaire du Tricastin (Drôme) dans le cadre la commission locale d’information.
L’association déplore que les équipements nucléaires qui fonctionnent depuis plusieurs décennies ne disposent pas déjà d’outils d’évaluation de l’état de santé des populations en terme de cancer et autres maladies. La FRAPNA souligne que les travailleurs et les riverains ont le droit de connaître l’impact sanitaire de ces industries.
Contact : frapna-drome@frapna.org

Suisse : Manifestation à Berne contre une nouvelle centrale nucléaire

2500 personnes ont manifesté le 8 septembre 2007 sur la Place fédérale à Berne contre la construction d’une nouvelle centrale nucléaire en Suisse. Les participants répondaient à l’appel de plusieurs organisations anti-nucléaires, dont les Verts, et le parti chrétien-social.
A 15h30 précises, les manifestants ont fait sonner des centaines de réveils, pour annoncer symboliquement l’arrivée d’un changement énergétique. "Il s’agit de secouer les esprits", a lancé la conseillère nationale bernoise Franziska Teuscher.

Action lors des dix ans de la centrale de Chooz (Ardennes)

En réponse à la fête organisée par EDF pour les 10 ans de fonctionnement des réacteurs de Chooz B1 et Chooz B2, une marche de protestation à l’initiative de “Sortir du nucléaire Ardennes” s’est déroulée entre Chooz et Givet. Une belle réussite largement reprise dans les médias locaux.
Contact : coutant.chabert@wanadoo.fr

Une génération plus tard…

Nous étions une centaine environ ce 31 juillet 2007 dans le petit village de Faverges en Isère, devant la stèle rappelant la mort de notre frère Vital. Un jour pluvieux de 1977, Vital a été tué par une grenade offensive lors de la grande manifestation contre la construction du surgénérateur Superphénix (qui sera arrêté 20 ans plus tard suite à de nombreux dysfonctionnements et à un coût financier colossal).
Soleil éclatant, paix d’un hameau verdoyant et fleuri, rien qui rappelle les événements dramatiques d’il y a trente ans.
Réunion d’anciens combattants ?
Non, à plusieurs titres.

Certains étaient là pour se souvenir de ce qu’ils avaient vécu, comme pour secouer leur incrédulité que de telles choses aient été possibles en temps de paix dans une démocratie. Certains viennent chaque 31 juillet déposer une fleur au pied de l’inscription en une forme de pèlerinage ponctuant leur vie –ils en ressentent le besoin. D’autres, qui n’étaient pas nés en 77, découvraient en compagnie de proches cette “histoire” et peut-être par là “l’Histoire” comme elle se construit. D’autres encore tenaient à représenter une association en lien avec les questions si graves des énergies, de l’environnement, du sens à donner à notre société.
Quant à nous, la famille de Vital, comment ne pas nous rendre, de temps en temps, sur les lieux où il nous a quittés ? Non pour nous lamenter (il n’y a pas besoin de lieu pour cela) mais pour ré-entrer dans cette tranche de notre vie en la partageant avec la génération suivante. Car, qu’on le veuille ou non, la mort violente de notre frère tant aimé constitue aussi, à côté des aspects politiques de l’affaire, une sorte de patrimoine familial, douloureux mais vivace et plein de sens.

Les mots échangés à l’ombre du chêne nous ont tous convaincus que les inquiétudes et les colères des années 70, après trente ans de perdus, restaient pleinement d’actualité. N’assistons-nous pas à la relance des politiques nucléaires, y compris sous des justifications environnementales ?
La réflexion a-t-elle progressé depuis trente ans ? Au niveau politique, on peut sérieusement en douter, mais le travail remarquable fait patiemment et de façon pédagogique par le milieu associatif –dont le Réseau “Sortir du Nucléaire”- a certainement contribué à un éveil de l’opinion publique ; celle-ci commence en outre à repenser ses exigences de mode et de niveau de vie.
Merci de tout cœur à ceux et celles, étonnamment nombreux, qui ont fait le déplacement à Faverges-Malville ce 31 juillet 2007, à leur amitié, leur gravité, leur conviction. Le souvenir de Vital nous appartient, mais pas sa mémoire, et au vu de cette belle journée il semble qu’elle soutienne quelque chose comme un élan… vital, forcément vital.

Paul Michalon

Occupation du siège régional EDF à Rennes les 17 et 18 septembre 2007 par des militants du GANVA.

Le but : protester contre la parodie de concertation menée par RTE (Réseau de transport de l’électricité, filiale d’EDF) au sujet du projet de ligne Très Haute Tension (THT) Cotentin/Maine qui découle de la décision de construire un nouveau réacteur nucléaire - EPR – à Flamanville dans la Manche.
Contact Ganva en Bretagne :
François, erminig35@yahoo.fr 06.68.02.24.23
Site : http://www.stop-tht.org
Un coordinateur national des groupes et actions à votre service !

Vous participez à un groupe local ? Vous organisez des initiatives locales en lien avec le nucléaire ou les alternatives énergétiques ? A vous de nous transmettre vos photos et un court article pour alimenter la rubrique “Vie des groupes”.

Envoyez votre contribution à :
Jocelyn PEYRET mobilisations@sortirdunucleaire.fr
Tel. 04 79 36 13 19

N’hésitez pas à le contacter également si vous souhaitez que nous annoncions vos infos locales sur notre site internet et sur nos listes de diffusion départementales qui contiennent des centaines de mails de militants actifs près de chez vous.
Si vous souhaitez créer un groupe local “Sortir du nucléaire”, Jocelyn pourra également vous aider dans vos démarches statutaires, sur l’organisation du groupe, etc.



Thèmes
Luttes et actions