Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°54

Eté 2012

Actions et vie des groupes

Ça bouge dans le Réseau ! Quelques moments forts sur le terrain

Eté 2012




Impossible de parler de tout, mais voici en bref quelques temps forts des derniers mois. Pour alimenter cette rubrique, merci d’écrire par e-mail à mobilisations@sortirdunucleaire.fr



Des nouvelles du fond ! Maison de résistance à la poubelle souterraine de Bure

1995 : l’ANDRA implante à Bure un "laboratoire de recherche" pour l’enfouissement de 100000 m3 de déchets nucléaires à 500 mètres de profondeur.
2004 : conscients qu’il faudra être nombreux pour stopper un tel projet dans cette zone très peu peuplée, les opposants investissent à Bure une ancienne ferme qui devient la "Maison de Résistance à la poubelle nucléaire".
2011 : mauvaise nouvelle pour les opposants : le projet d’enfouissement entre en "phase de conception industrielle".
2012 : mauvaise nouvelle pour l’industrie nucléaire : nous sommes toujours là, nous ne plierons pas !

La Maison est un lieu d’accueil, d’informations, d’échanges. Pour faire connaître le projet de centre d’enfouissement et la maison de Bure, nous avons cette année mis en place une tournée d’information : nous nous déplaçons à travers toute la France pour des soirées-débats, sur des manifestations culturelles ou à la demande d’autres groupes antinucléaires.

Soutenir d’autres luttes est également une démarche dans laquelle nous souhaitons nous inscrire au maximum. En avril, nous avons participé à la campagne "Gorleben 365" en Allemagne (voir article en page 10). Dans cette même dynamique, nous recevrons, entre autres, au cours de l’été un groupe local de Trêves. Toujours dans cette idée de développer des liens avec d’autres pays, nous nous rapprochons en ce moment d’un groupe de Japonais menacés par un projet d’enfouissement similaire.

À plus petite échelle, les liens se resserrent localement : nous avons reçu au printemps plusieurs collectifs, dont un groupe des Petits Débrouillards venu développer des animations autour des énergies et un stage de "clown activiste". Cette formation conviviale et instructive a abouti à une irruption de clowns lors d’une visite guidée de l’ANDRA. Un moment savoureux... Enfin nous avons organisé en juin un départ groupé vers le Cotentin, en soutien à la lutte contre la THT (ligne Très Haute Tension).

Concernant les travaux de la Maison, l’isolation du dortoir débutera cet été, nous permettant ainsi de vous accueillir en hiver. La salle multi-activités devrait quant à elle être bien avancée en fin de saison : chauffage, habillage des murs, installation électrique.

Enfin la Maison se lance avec d’autres collectifs locaux et le soutien du Réseau "Sortir du nucléaire" dans une campagne d’information et d’actions en vue de dénoncer le débat public de 2013. Le but : faire en sorte de démasquer cette parodie démocratique et voler dans les plumes du duo CNDP-ANDRA (Commission nationale du débat public et Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) de toutes les manières possibles... En vue également, l’organisation d’un grand rassemblement national... Affaire à suivre...

Plus d’infos sur l’actualité de la Maison : burezoneblog.over-blog.com

À Bure comme ailleurs, nous avons besoin de vous ! Venez participer aux actions, aux travaux ou à la vie quotidienne du collectif ! Si vous voulez organiser des événements, souvenez-vous que cette Maison est la vôtre ! Vous pouvez aussi nous soutenir financièrement, vos dons servant à la rénovation du lieu d’accueil, à la construction de la salle et à l’organisation d’actions, ou encore organisez des soirées de soutien, à l’instar de Sortir du nucléaire Cantal en avril dernier. Enfin n’hésitez pas à nous solliciter pour venir parler de Bure et de la maison dans votre région, nous nous déplacerons volontiers !

De nouveaux groupes dans le Réseau !

Suite à la chaîne humaine du 11 mars 2012, de nouveaux collectifs ont vu le jour, notamment dans la Vallée du Rhône, venant ainsi renforcer la mobilisation et le maillage locaux. Dans ce numéro, focus sur deux nouveaux groupes du Réseau.

En Ardèche, un groupe actif existe déjà depuis plusieurs années : SDN 26-07. Mais les réunions avait toujours lieu à Valence et le groupe couvrait surtout la partie nord du département ardéchois. Depuis le mardi 27 mars, date de l’AG constitutive de l’association "Sortir du Nucléaire Sud Ardèche", cette zone de l’Ardèche est désormais couverte par notre réseau. Cette première réunion a été l’occasion pour les militants de faire le bilan de la chaîne humaine, d’adopter les statuts de l’association, d’élaborer des projets d’actions et de s’organiser : afin d’assurer un relai de l’information au plus près des habitants, des sous-groupes ont été mis en place à Aubenas, Joyeuse, Les Vans et Vallon Pont d’Arc.

Comment ? Vous habitez dans le sud de l’Ardèche et n’avez pas encore rejoint le groupe ? Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire !

Claude J. 04 75 88 51 48
Guillaume V. 06 64 44 10 60
Véronique S. 06 15 21 65 74
Alain J. 06 75 50 29 86
sortirnucleairesud07@gmail.com

Dans la Drôme cette fois, une association dont le but est de favoriser l’autonomie énergétique de la région du Diois vient d’être créée pour prolonger localement les effets de la chaîne humaine et proposer des alternatives concrètes au nucléaire. La réunion de constitution a eu lieu le vendredi 20 avril dernier à Die et des groupes de travail spécifiques ont été mis en place, dont un sur la recherche de techniques de production d’énergie locales. Si vous avez des idées, un projet d’énergie renouvelable, ou souhaitez participer aux réflexions, contactez l’association.

Marc Isoard : 04 75 21 19 10

Présidentielles : actions d’interpellation lors des meetings électoraux

Au cours de la campagne des présidentielles, vous avez été nombreux à organiser des actions d’interpellation lors des meetings électoraux, notamment ceux de François Hollande.

À Lyon et Toulouse par exemple, où des milliers de tracts ont été diffusés aux sympathisants du PS. À Rouen, encore, où des militants ont déployé une banderole STOP EPR pour dénoncer le soutien de François Hollande à la filière dite de 3ème génération. À Narbonne encore, où des membres du collectif Sortir du nucléaire 11 ont assuré une présence visuelle à l’aide de masques et drapeaux. À Tours également, où une action d’interpellation a été organisée par des membres de SDN Touraine. À Saint-Dizier enfin, où Michel Marie, un des porte-paroles de la Fédération Grand-Est STOP déchets Nucléaires, a eu l’occasion de s’entretenir directement avec le candidat socialiste et de lui rappeler la question épineuse du devenir des déchets nucléaires.

Une grève de la faim pour un référendum pour l’abolition des armes nucléaires

Jean-Marie Matagne est entré en grève de la faim le 15 mai dernier pour obtenir, en France, l’abolition des armes nucléaires [à l’heure où nous bouclions cette revue, sa grève était toujours en cours]. Un comité a été mis en place pour le soutenir et a lancé un appel que vous trouverez ci-dessous. N’hésitez pas à prendre contact, Jean-Marie a besoin de votre soutien.

Appel du Comité de Soutien à la Grève de la Faim de Jean-Marie Matagne pour un Référendum et l’Abolition Historique des Armes Nucléaires (CSGF-RAHAN)

Le peuple français n’a jamais été consulté sur la question des armes nucléaires, armes de crimes contre l’humanité construites en son nom et avec ses subsides – 300 milliards d’euros –, et cela continue.

50 ans d’omerta militaire et nucléaire, ça suffit.
Le changement, c’est maintenant.

Exigeons du nouveau Président, du nouveau gouvernement et des candidats à la députation qu’ils engagent la France dans la négociation d’une Convention d’élimination de toutes les armes nucléaires. Cette question est inscrite à l’agenda international, elle doit être posée aux Français : "Approuvez-vous que la France participe avec les autres États concernés à l’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ?"

Pour obtenir le référendum qui nous permettra de la trancher démocratiquement, Jean-Marie Matagne, 68 ans, président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN), est entré en grève de la faim le 15 mai 2012.

Soutenons son action, et rejoignons-la par tous moyens à notre disposition.

 Adhérez au Comité de soutien : csgf.rahan@gmail.com ou 05 16 22 01 39
 Écrivez au président de la République (lettre type disponible sur www.acdn.net)
 Invitez le maire de votre commune à écrire au Président (tous les maires ont reçu un courriel d’information)
 Créez, en liaison avec le CSGF, un comité de soutien local, ou rejoignez-le s’il existe déjà
 Suivez l’information sur www.acdn.net et diffusez- la dans vos réseaux d’amis
 Inscrivez-vous dans un mouvement tournant de jeûne symbolique (1 jour ou plus)
 Interpellez votre député pour qu’il demande au gouvernement un projet de loi ou qu’il dépose lui-même avec ses pairs une proposition de loi portant organisation d’un référendum sur cette question précise, et pour qu’il s’engage à le voter.

Retombées des "ballons radioactifs" lâchés au Bugey en octobre 2011

Le 15 octobre 2011, le collectif Stop Bugey, organisait une manifestation près de la centrale nucléaire du Bugey. À cette occasion, un lâcher de ballons, symbolisant une dissémination de particules radioactives générée par un accident d’origine nucléaire, avait été organisé.

Les retours reçus sont éloquents et illustrent l’imprévisibilité d’une contamination radioactive, s’étendant bien au-delà du périmètre de 10 km prévu par les Plans Particuliers d’Intervention (PPI) : des ballons ont été retrouvés, comme on pouvait s’y attendre, un peu partout dans les départements limitrophes. Plus inquiétant, des personnes nous ont signalé avoir trouvé des ballons en Haute-Loire, dans les Alpes Maritimes et même en Dordogne !

Actions à venir – Pour un été militant

De nombreuses actions vont avoir lieu tout au long de cet été. Voici une petite sélection de celles qui auront lieu en août, la revue ne paraissant qu’en milieu d’été. Bien entendu, nous ne pouvons pas tout annoncer, aussi pour connaître les actions près de chez vous, consultez notre agenda en ligne.

6-9 août 2012 à Paris : jeûnez pour l’abolition des armes nucléaires

Du 6 au 9 août 2012 nous serons plusieurs dizaines à jeûner à Paris, au Mur pour la Paix, devant la Tour Eiffel, pour demander l’abolition des armes nucléaires et en souvenir des victimes de Hiroshima et Nagasaki.

La sécurité par la dissuasion nucléaire est un mythe absurde. Une frappe nucléaire aurait des conséquences humanitaires catastrophiques pour nous tous. Nous vivons sous la menace mondiale de 20 000 armes nucléaires dont 2000 en état d’alerte prêtes à partir, dont 300 pour la France et 96 en état d’alerte permanente. L’abolition de toutes les armes nucléaires est un impératif de survie. Nous voulons le désarmement total et complet sous contrôle international dans le cadre d’une Convention d’élimination des armes nucléaires. Nous voulons que les États nucléaires cessent de moderniser leurs armes de destruction massive et engagent des mesures réelles de désarmement dès maintenant.

Abolir les armes nucléaires, nous le devons et nous le pouvons ! Venez nous rejoindre pour jeûner et participer aux actions d’interpellation dans Paris. Un hébergement collectif gratuit nous est offert par la Mairie de Paris 2ème. Quatre jours passionnants pour vos "vacances d’été". Ne manquez pas de vous inscrire !

Toutes les informations pour participer sur : www.vigilancehiroshimanagasaki.over-blog.com

Par mail : lamaisondevigilance@orange.fr
Contact tel : Jocelyn - 06 20 36 57 17

Le Jeûne international est organisé par La Maison de Vigilance, Armes Nucléaires Stop, et le Réseau "Sortir du nucléaire" en soutien à la campagne internationale ICAN

Rencontres d’été antinucléaires à La Féclaz du 17 au 19 août 2012

Du 17 au 19 août 2012, la coordination régionale Stop Bugey et Sortir du nucléaire Savoie organisent des rencontres d’été antinucléaires à La Féclaz (73), au cœur du Parc naturel régional des Bauges.

L’objectif est de proposer un lieu d’échange et de rencontre ouvert à tou-te-s les militant-e-s œuvrant aujourd’hui en France pour un arrêt le plus rapide possible du programme électronucléaire français. Ces rencontres se proposent d’approfondir les analyses sur des sujets mal connus, sur lesquels il y a parfois désaccord par manque d’informations ou sur lesquels de nouvelles actions peuvent être entreprises (ICEDA, THT, travailleurs du nucléaire, etc.), mais aussi de réfléchir aux stratégies à mettre en œuvre afin de permettre une montée en puissance du mouvement anti-nucléaire au-delà de ses clivages actuels.

La liste précise et le nombre des ateliers seront établis en fonction des propositions d’intervention reçues. Pour l’hébergement, 42 lits sont d’ores et déjà réservés dans une maison familiale, quelques tentes pourront être plantées autour, possibilité également de réservation de studios ou de chambres d’hôtel auprès de l’office du tourisme de Savoie Grand Revard. Les repas seront pris en charge et seront préparés à partir de produits locaux et/ou bio, les végétarien-ne-s doivent se signaler au moment de leur inscription.

Renseignement et inscription : SDN73@no-log.org

Une Marche pour la Vie, au cœur du triangle de la mort du 18 ou 25 août

À l’appel du Collectif antinucléaire de Vaucluse (CAN84) une "Marche pour la Vie" aura lieu du 18 au 25 août 2012 sur les routes du Vaucluse, du Gard et de la Drôme, au coeur du triangle de la mort nucléaire Cadarache-Marcoule-Tricastin. Un seul mot d’ordre réunira les marcheurs à pied, à vélo, à cheval, en rollers, qui relieront les trois sites nucléaires civils et militaires... : arrêt immédiat du nucléaire ! Oui à la vie !
En finir sans attendre et une bonne fois pour toutes avec le crime quotidien de la destruction atomique : tel est le sens et l’objectif de la "Marche pour la Vie" initiée par le CAN 84. Les citoyennes et citoyens relieront par étapes sur huit jours les trois sites emblématiques de l’obscurantisme scientiste et des atteintes à la santé et à la vie qu’ils imposent aux populations et aux territoires. Le trajet pourra s’accomplir en totalité ou par étape le matin ou l’après-midi et selon les modalités de chacun : à pied, à cheval, à vélo, en rollers, à dos d’âne, ou par tout autre moyen.

À chaque étape, une "escouade" de volontaires se rendra dans le village ou la ville-étape pour rencontrer la population locale, l’informer, la documenter et l’appeler à l’action contre le crime nucléaire. Des photos de victimes du nucléaire seront exposées.

À chaque étape, les élu-e-s locaux seront interpellé-e-s pour prendre position, par une délibération du Conseil municipal, pour la mise à l’arrêt des installations nucléaires qui portent atteinte au quotidien, par leurs contaminations radioactives, à la santé et à la vie.

À chaque étape sur les lieux nucléaires, une rencontre-discussion sera proposée aux salarié-e-s du nucléaire et à leurs organisations syndicales.

À l’étape du soir sera organisée une rencontre favorisant les discussions, projets d’actions, concertations (les musiciens sont invités à apporter leur instrument de musique à cordes, à vent et percussions).

L’auto-gestion est le principe de base de cette initiative, chacun-e étant invité-e à se "gérer" personnellement au niveau de la nourriture, de l’habillement, de sa pharmacie personnelle : un véhicule d’accompagnement permettant le transport des matériels et le soin des petits "bobos" servira de voiture-ressource.

Les personnes qui souhaitent participer à cette "Marche pour la vie" sont invitées, au regard du programme ci-dessous, à préciser par courriel aux organisateurs les étapes auxquelles elles envisagent de participer.

Contact : collectifantinucleaire84@hotmail.fr

Des nouvelles du fond ! Maison de résistance à la poubelle souterraine de Bure

1995 : l’ANDRA implante à Bure un "laboratoire de recherche" pour l’enfouissement de 100000 m3 de déchets nucléaires à 500 mètres de profondeur.
2004 : conscients qu’il faudra être nombreux pour stopper un tel projet dans cette zone très peu peuplée, les opposants investissent à Bure une ancienne ferme qui devient la "Maison de Résistance à la poubelle nucléaire".
2011 : mauvaise nouvelle pour les opposants : le projet d’enfouissement entre en "phase de conception industrielle".
2012 : mauvaise nouvelle pour l’industrie nucléaire : nous sommes toujours là, nous ne plierons pas !

La Maison est un lieu d’accueil, d’informations, d’échanges. Pour faire connaître le projet de centre d’enfouissement et la maison de Bure, nous avons cette année mis en place une tournée d’information : nous nous déplaçons à travers toute la France pour des soirées-débats, sur des manifestations culturelles ou à la demande d’autres groupes antinucléaires.

Soutenir d’autres luttes est également une démarche dans laquelle nous souhaitons nous inscrire au maximum. En avril, nous avons participé à la campagne "Gorleben 365" en Allemagne (voir article en page 10). Dans cette même dynamique, nous recevrons, entre autres, au cours de l’été un groupe local de Trêves. Toujours dans cette idée de développer des liens avec d’autres pays, nous nous rapprochons en ce moment d’un groupe de Japonais menacés par un projet d’enfouissement similaire.

À plus petite échelle, les liens se resserrent localement : nous avons reçu au printemps plusieurs collectifs, dont un groupe des Petits Débrouillards venu développer des animations autour des énergies et un stage de "clown activiste". Cette formation conviviale et instructive a abouti à une irruption de clowns lors d’une visite guidée de l’ANDRA. Un moment savoureux... Enfin nous avons organisé en juin un départ groupé vers le Cotentin, en soutien à la lutte contre la THT (ligne Très Haute Tension).

Concernant les travaux de la Maison, l’isolation du dortoir débutera cet été, nous permettant ainsi de vous accueillir en hiver. La salle multi-activités devrait quant à elle être bien avancée en fin de saison : chauffage, habillage des murs, installation électrique.

Enfin la Maison se lance avec d’autres collectifs locaux et le soutien du Réseau "Sortir du nucléaire" dans une campagne d’information et d’actions en vue de dénoncer le débat public de 2013. Le but : faire en sorte de démasquer cette parodie démocratique et voler dans les plumes du duo CNDP-ANDRA (Commission nationale du débat public et Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) de toutes les manières possibles... En vue également, l’organisation d’un grand rassemblement national... Affaire à suivre...

Plus d’infos sur l’actualité de la Maison : burezoneblog.over-blog.com

À Bure comme ailleurs, nous avons besoin de vous ! Venez participer aux actions, aux travaux ou à la vie quotidienne du collectif ! Si vous voulez organiser des événements, souvenez-vous que cette Maison est la vôtre ! Vous pouvez aussi nous soutenir financièrement, vos dons servant à la rénovation du lieu d’accueil, à la construction de la salle et à l’organisation d’actions, ou encore organisez des soirées de soutien, à l’instar de Sortir du nucléaire Cantal en avril dernier. Enfin n’hésitez pas à nous solliciter pour venir parler de Bure et de la maison dans votre région, nous nous déplacerons volontiers !

De nouveaux groupes dans le Réseau !

Suite à la chaîne humaine du 11 mars 2012, de nouveaux collectifs ont vu le jour, notamment dans la Vallée du Rhône, venant ainsi renforcer la mobilisation et le maillage locaux. Dans ce numéro, focus sur deux nouveaux groupes du Réseau.

En Ardèche, un groupe actif existe déjà depuis plusieurs années : SDN 26-07. Mais les réunions avait toujours lieu à Valence et le groupe couvrait surtout la partie nord du département ardéchois. Depuis le mardi 27 mars, date de l’AG constitutive de l’association "Sortir du Nucléaire Sud Ardèche", cette zone de l’Ardèche est désormais couverte par notre réseau. Cette première réunion a été l’occasion pour les militants de faire le bilan de la chaîne humaine, d’adopter les statuts de l’association, d’élaborer des projets d’actions et de s’organiser : afin d’assurer un relai de l’information au plus près des habitants, des sous-groupes ont été mis en place à Aubenas, Joyeuse, Les Vans et Vallon Pont d’Arc.

Comment ? Vous habitez dans le sud de l’Ardèche et n’avez pas encore rejoint le groupe ? Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire !

Claude J. 04 75 88 51 48
Guillaume V. 06 64 44 10 60
Véronique S. 06 15 21 65 74
Alain J. 06 75 50 29 86
sortirnucleairesud07@gmail.com

Dans la Drôme cette fois, une association dont le but est de favoriser l’autonomie énergétique de la région du Diois vient d’être créée pour prolonger localement les effets de la chaîne humaine et proposer des alternatives concrètes au nucléaire. La réunion de constitution a eu lieu le vendredi 20 avril dernier à Die et des groupes de travail spécifiques ont été mis en place, dont un sur la recherche de techniques de production d’énergie locales. Si vous avez des idées, un projet d’énergie renouvelable, ou souhaitez participer aux réflexions, contactez l’association.

Marc Isoard : 04 75 21 19 10

Présidentielles : actions d’interpellation lors des meetings électoraux

Au cours de la campagne des présidentielles, vous avez été nombreux à organiser des actions d’interpellation lors des meetings électoraux, notamment ceux de François Hollande.

À Lyon et Toulouse par exemple, où des milliers de tracts ont été diffusés aux sympathisants du PS. À Rouen, encore, où des militants ont déployé une banderole STOP EPR pour dénoncer le soutien de François Hollande à la filière dite de 3ème génération. À Narbonne encore, où des membres du collectif Sortir du nucléaire 11 ont assuré une présence visuelle à l’aide de masques et drapeaux. À Tours également, où une action d’interpellation a été organisée par des membres de SDN Touraine. À Saint-Dizier enfin, où Michel Marie, un des porte-paroles de la Fédération Grand-Est STOP déchets Nucléaires, a eu l’occasion de s’entretenir directement avec le candidat socialiste et de lui rappeler la question épineuse du devenir des déchets nucléaires.

Une grève de la faim pour un référendum pour l’abolition des armes nucléaires

Jean-Marie Matagne est entré en grève de la faim le 15 mai dernier pour obtenir, en France, l’abolition des armes nucléaires [à l’heure où nous bouclions cette revue, sa grève était toujours en cours]. Un comité a été mis en place pour le soutenir et a lancé un appel que vous trouverez ci-dessous. N’hésitez pas à prendre contact, Jean-Marie a besoin de votre soutien.

Appel du Comité de Soutien à la Grève de la Faim de Jean-Marie Matagne pour un Référendum et l’Abolition Historique des Armes Nucléaires (CSGF-RAHAN)

Le peuple français n’a jamais été consulté sur la question des armes nucléaires, armes de crimes contre l’humanité construites en son nom et avec ses subsides – 300 milliards d’euros –, et cela continue.

50 ans d’omerta militaire et nucléaire, ça suffit.
Le changement, c’est maintenant.

Exigeons du nouveau Président, du nouveau gouvernement et des candidats à la députation qu’ils engagent la France dans la négociation d’une Convention d’élimination de toutes les armes nucléaires. Cette question est inscrite à l’agenda international, elle doit être posée aux Français : "Approuvez-vous que la France participe avec les autres États concernés à l’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ?"

Pour obtenir le référendum qui nous permettra de la trancher démocratiquement, Jean-Marie Matagne, 68 ans, président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN), est entré en grève de la faim le 15 mai 2012.

Soutenons son action, et rejoignons-la par tous moyens à notre disposition.

 Adhérez au Comité de soutien : csgf.rahan@gmail.com ou 05 16 22 01 39
 Écrivez au président de la République (lettre type disponible sur www.acdn.net)
 Invitez le maire de votre commune à écrire au Président (tous les maires ont reçu un courriel d’information)
 Créez, en liaison avec le CSGF, un comité de soutien local, ou rejoignez-le s’il existe déjà
 Suivez l’information sur www.acdn.net et diffusez- la dans vos réseaux d’amis
 Inscrivez-vous dans un mouvement tournant de jeûne symbolique (1 jour ou plus)
 Interpellez votre député pour qu’il demande au gouvernement un projet de loi ou qu’il dépose lui-même avec ses pairs une proposition de loi portant organisation d’un référendum sur cette question précise, et pour qu’il s’engage à le voter.

Retombées des "ballons radioactifs" lâchés au Bugey en octobre 2011

Le 15 octobre 2011, le collectif Stop Bugey, organisait une manifestation près de la centrale nucléaire du Bugey. À cette occasion, un lâcher de ballons, symbolisant une dissémination de particules radioactives générée par un accident d’origine nucléaire, avait été organisé.

Les retours reçus sont éloquents et illustrent l’imprévisibilité d’une contamination radioactive, s’étendant bien au-delà du périmètre de 10 km prévu par les Plans Particuliers d’Intervention (PPI) : des ballons ont été retrouvés, comme on pouvait s’y attendre, un peu partout dans les départements limitrophes. Plus inquiétant, des personnes nous ont signalé avoir trouvé des ballons en Haute-Loire, dans les Alpes Maritimes et même en Dordogne !

Actions à venir – Pour un été militant

De nombreuses actions vont avoir lieu tout au long de cet été. Voici une petite sélection de celles qui auront lieu en août, la revue ne paraissant qu’en milieu d’été. Bien entendu, nous ne pouvons pas tout annoncer, aussi pour connaître les actions près de chez vous, consultez notre agenda en ligne.

6-9 août 2012 à Paris : jeûnez pour l’abolition des armes nucléaires

Du 6 au 9 août 2012 nous serons plusieurs dizaines à jeûner à Paris, au Mur pour la Paix, devant la Tour Eiffel, pour demander l’abolition des armes nucléaires et en souvenir des victimes de Hiroshima et Nagasaki.

La sécurité par la dissuasion nucléaire est un mythe absurde. Une frappe nucléaire aurait des conséquences humanitaires catastrophiques pour nous tous. Nous vivons sous la menace mondiale de 20 000 armes nucléaires dont 2000 en état d’alerte prêtes à partir, dont 300 pour la France et 96 en état d’alerte permanente. L’abolition de toutes les armes nucléaires est un impératif de survie. Nous voulons le désarmement total et complet sous contrôle international dans le cadre d’une Convention d’élimination des armes nucléaires. Nous voulons que les États nucléaires cessent de moderniser leurs armes de destruction massive et engagent des mesures réelles de désarmement dès maintenant.

Abolir les armes nucléaires, nous le devons et nous le pouvons ! Venez nous rejoindre pour jeûner et participer aux actions d’interpellation dans Paris. Un hébergement collectif gratuit nous est offert par la Mairie de Paris 2ème. Quatre jours passionnants pour vos "vacances d’été". Ne manquez pas de vous inscrire !

Toutes les informations pour participer sur : www.vigilancehiroshimanagasaki.over-blog.com

Par mail : lamaisondevigilance@orange.fr
Contact tel : Jocelyn - 06 20 36 57 17

Le Jeûne international est organisé par La Maison de Vigilance, Armes Nucléaires Stop, et le Réseau "Sortir du nucléaire" en soutien à la campagne internationale ICAN

Rencontres d’été antinucléaires à La Féclaz du 17 au 19 août 2012

Du 17 au 19 août 2012, la coordination régionale Stop Bugey et Sortir du nucléaire Savoie organisent des rencontres d’été antinucléaires à La Féclaz (73), au cœur du Parc naturel régional des Bauges.

L’objectif est de proposer un lieu d’échange et de rencontre ouvert à tou-te-s les militant-e-s œuvrant aujourd’hui en France pour un arrêt le plus rapide possible du programme électronucléaire français. Ces rencontres se proposent d’approfondir les analyses sur des sujets mal connus, sur lesquels il y a parfois désaccord par manque d’informations ou sur lesquels de nouvelles actions peuvent être entreprises (ICEDA, THT, travailleurs du nucléaire, etc.), mais aussi de réfléchir aux stratégies à mettre en œuvre afin de permettre une montée en puissance du mouvement anti-nucléaire au-delà de ses clivages actuels.

La liste précise et le nombre des ateliers seront établis en fonction des propositions d’intervention reçues. Pour l’hébergement, 42 lits sont d’ores et déjà réservés dans une maison familiale, quelques tentes pourront être plantées autour, possibilité également de réservation de studios ou de chambres d’hôtel auprès de l’office du tourisme de Savoie Grand Revard. Les repas seront pris en charge et seront préparés à partir de produits locaux et/ou bio, les végétarien-ne-s doivent se signaler au moment de leur inscription.

Renseignement et inscription : SDN73@no-log.org

Une Marche pour la Vie, au cœur du triangle de la mort du 18 ou 25 août

À l’appel du Collectif antinucléaire de Vaucluse (CAN84) une "Marche pour la Vie" aura lieu du 18 au 25 août 2012 sur les routes du Vaucluse, du Gard et de la Drôme, au coeur du triangle de la mort nucléaire Cadarache-Marcoule-Tricastin. Un seul mot d’ordre réunira les marcheurs à pied, à vélo, à cheval, en rollers, qui relieront les trois sites nucléaires civils et militaires... : arrêt immédiat du nucléaire ! Oui à la vie !
En finir sans attendre et une bonne fois pour toutes avec le crime quotidien de la destruction atomique : tel est le sens et l’objectif de la "Marche pour la Vie" initiée par le CAN 84. Les citoyennes et citoyens relieront par étapes sur huit jours les trois sites emblématiques de l’obscurantisme scientiste et des atteintes à la santé et à la vie qu’ils imposent aux populations et aux territoires. Le trajet pourra s’accomplir en totalité ou par étape le matin ou l’après-midi et selon les modalités de chacun : à pied, à cheval, à vélo, en rollers, à dos d’âne, ou par tout autre moyen.

À chaque étape, une "escouade" de volontaires se rendra dans le village ou la ville-étape pour rencontrer la population locale, l’informer, la documenter et l’appeler à l’action contre le crime nucléaire. Des photos de victimes du nucléaire seront exposées.

À chaque étape, les élu-e-s locaux seront interpellé-e-s pour prendre position, par une délibération du Conseil municipal, pour la mise à l’arrêt des installations nucléaires qui portent atteinte au quotidien, par leurs contaminations radioactives, à la santé et à la vie.

À chaque étape sur les lieux nucléaires, une rencontre-discussion sera proposée aux salarié-e-s du nucléaire et à leurs organisations syndicales.

À l’étape du soir sera organisée une rencontre favorisant les discussions, projets d’actions, concertations (les musiciens sont invités à apporter leur instrument de musique à cordes, à vent et percussions).

L’auto-gestion est le principe de base de cette initiative, chacun-e étant invité-e à se "gérer" personnellement au niveau de la nourriture, de l’habillement, de sa pharmacie personnelle : un véhicule d’accompagnement permettant le transport des matériels et le soin des petits "bobos" servira de voiture-ressource.

Les personnes qui souhaitent participer à cette "Marche pour la vie" sont invitées, au regard du programme ci-dessous, à préciser par courriel aux organisateurs les étapes auxquelles elles envisagent de participer.

Contact : collectifantinucleaire84@hotmail.fr