Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Surveillance citoyenne des installations nucléaires

Les nombreux incidents qui surviennent sur les sites sont très souvent révélateurs d’infractions ou de problèmes de gestion qui peuvent entraîner de graves conséquences pour la santé et l’environnement. Nous avons donc mis en place un réseau d’informateurs, afin de permettre une véritable circulation des informations relatives au fonctionnement des installations et afin de surveiller efficacement les exploitants délinquants.


Bréviaire du militant antinucléaire




Souvent nous nous posons tout un tas de question pour décrypter le jargon de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, voire certaines informations au demeurant très techniques qui circulent.

Il ne faut pas être impressionné par le côté « spécialisé » de la chose, quelques sources faciles d’accès peuvent aider à s’y retrouver, voire à débusquer quelques jolis lièvres.



Réflexe n°1 : se constituer des archives

Il s’agit d’aller se constituer un dossier avec les lettres de suite d’inspection, les courriers de position et les arrêts publiés par l’ASN, c’est-à-dire vider la page spécifique du site de l’ASN consacrée à votre INB (ca prend un peu de temps mais ce n’est pas compliqué)

Une revue de presse est un outil complémentaire utile… pour cela les outils de recherche se révèlent être une aide précieuse pour la décennie qui vient de s’écouler au-delà il y a le site http://www.dissident-media.org/stop_nogent/ et bien évidemment le site du Réseau, les pages thématiques comme celles consacrées à la Surveillance citoyenne des installations nucléaires (SCIN).

Réflexe n°2 : être attentif à la disponibilité du site si c’est un réacteur

Il faut prendre l’habitude d’aller voir régulièrement le site de RTE qui présente la production d’électricité et présente les arrêts.

Réflexe n°3 : aide-toi le ciel, t’aidera… et apprends par toi-même !

Reste bien évidemment l’interprétation de toutes les données éparses que l’on peut recueillir. Pour cela quelques documents de base me semblent indispensables :

Alors que le rapport annuel de l’ASN sur la sûreté et la radioprotection en France en 2016 vient de sortir, je pense que personne ne peut faire l’économie d’en lire au moins un dans sa totalité. C’est une mine d’informations, de schémas et le glossaire vaut le détour. Vous pourrez trouver sur le blog de STOP-EPR quelques versions commentées des précédentes années [ http://stopeprpenly.org/?p=544 ]. Et vous trouverez ici la présentation et les résumés par chapitre du rapport 2016

Les pages thématiques de l’IRSN sont pas mal non plus et il ne faut pas oublier les rapports annuels qui présentent des analyses détaillées de problèmes spécifiques en 3e partie (par exemple http://www.irsn.fr/FR/expertise/rapports_expertise/surete/Pages/Surete-radioprotection-parc-electronucleaire-2015.aspx#.WRDZoeWLSUk )

Pour tous les sujets concernant la radioprotection, les rejets et les impacts sur l’environnement, EDF nous a fourni un joli document de tonalité clairement pro-nuke mais qui offre des informations factuelles incontournables http://energie.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/En_Direct_Centrales/Nucleaire/General/ebookedfbassedef.pdf

Et si vous êtes en bons termes avec votre Commission Locale d’Information (Cli ou Clin) essayez d’en avoir un exemplaire papier !

Sur les déchets et l’aval du cycle, le Réseau propose des infographies bien faites. Pour plus de détail je vous invite à consulter le site de Global chance en particulier cette page qu’on n’a jamais fini de découvrir http://www.global-chance.org/Le-casse-tete-des-matieres-et-dechets-nucleaires Reste bien évidemment le geste d’ultime salut antinucléaire s’abonner à la Gazette du nucléaire… … en attente bien évidemment du site de Wise-Paris qui permette d’accéder à tous les rapports, études et autres articles réalisés depuis des années

Réflexe n°4 : puisque l’ASN est là autant qu’elle serve

Je pense que l’interpellation cordiale des chefs de divisions régionales de l’Autorité de contrôle est un outil à ne jamais négliger… d’abord parce qu’il est bon de rappeler que les associations veillent, ensuite parce que l’ASN a une mission d’information.

Reste qu’elle ne peut pas tout dire au vu de la formidable réglementation en vigueur et que l’on doit compléter par des courriers réguliers à l’exploitant directement ou via sa Cli… Toujours est-il qu’il est bon de préparer le pantouflage à la SFEN des chargé(e)s de communication des centrales. Généralement, les centrales répondent avec une prose du même tonneau que les rapports annuels… on en apprend plus par l’ASN et l’IRSN mais au moins on se rappelle à leur bon souvenir.

Réflexe n°5 : jamais oublier l’ANCCLI

Pour ceux et celles qui appartiennent à une Cli ou qui pourraient l’intégrer, il faut noter que les groupes de travail de l’ANCCLI sont très importants : d’abord parce que ce sont des lieux où l’on trouve de l’information et des contacts, et ensuite parce que c’est une formidable formation ne serait-ce que pour voir comment les « expert(e)s indépendant(e)s » malmènent EDF avec une maestria qui force le respect.

Réflexe n°6 : la liste SCIN est là pour aider chacun(e)

Alors n’hésitez pas à solliciter la liste pour poser des questions, partager des expériences, lancer une discussion etc.

En espérant avoir été utile,

Guillaume Blavette,

Collectif Stop-EPR, administrateur du Réseau Sortir du nucléaire.

Réflexe n°1 : se constituer des archives

Il s’agit d’aller se constituer un dossier avec les lettres de suite d’inspection, les courriers de position et les arrêts publiés par l’ASN, c’est-à-dire vider la page spécifique du site de l’ASN consacrée à votre INB (ca prend un peu de temps mais ce n’est pas compliqué)

Une revue de presse est un outil complémentaire utile… pour cela les outils de recherche se révèlent être une aide précieuse pour la décennie qui vient de s’écouler au-delà il y a le site http://www.dissident-media.org/stop_nogent/ et bien évidemment le site du Réseau, les pages thématiques comme celles consacrées à la Surveillance citoyenne des installations nucléaires (SCIN).

Réflexe n°2 : être attentif à la disponibilité du site si c’est un réacteur

Il faut prendre l’habitude d’aller voir régulièrement le site de RTE qui présente la production d’électricité et présente les arrêts.

Réflexe n°3 : aide-toi le ciel, t’aidera… et apprends par toi-même !

Reste bien évidemment l’interprétation de toutes les données éparses que l’on peut recueillir. Pour cela quelques documents de base me semblent indispensables :

Alors que le rapport annuel de l’ASN sur la sûreté et la radioprotection en France en 2016 vient de sortir, je pense que personne ne peut faire l’économie d’en lire au moins un dans sa totalité. C’est une mine d’informations, de schémas et le glossaire vaut le détour. Vous pourrez trouver sur le blog de STOP-EPR quelques versions commentées des précédentes années [ http://stopeprpenly.org/?p=544 ]. Et vous trouverez ici la présentation et les résumés par chapitre du rapport 2016

Les pages thématiques de l’IRSN sont pas mal non plus et il ne faut pas oublier les rapports annuels qui présentent des analyses détaillées de problèmes spécifiques en 3e partie (par exemple http://www.irsn.fr/FR/expertise/rapports_expertise/surete/Pages/Surete-radioprotection-parc-electronucleaire-2015.aspx#.WRDZoeWLSUk )

Pour tous les sujets concernant la radioprotection, les rejets et les impacts sur l’environnement, EDF nous a fourni un joli document de tonalité clairement pro-nuke mais qui offre des informations factuelles incontournables http://energie.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/En_Direct_Centrales/Nucleaire/General/ebookedfbassedef.pdf

Et si vous êtes en bons termes avec votre Commission Locale d’Information (Cli ou Clin) essayez d’en avoir un exemplaire papier !

Sur les déchets et l’aval du cycle, le Réseau propose des infographies bien faites. Pour plus de détail je vous invite à consulter le site de Global chance en particulier cette page qu’on n’a jamais fini de découvrir http://www.global-chance.org/Le-casse-tete-des-matieres-et-dechets-nucleaires Reste bien évidemment le geste d’ultime salut antinucléaire s’abonner à la Gazette du nucléaire… … en attente bien évidemment du site de Wise-Paris qui permette d’accéder à tous les rapports, études et autres articles réalisés depuis des années

Réflexe n°4 : puisque l’ASN est là autant qu’elle serve

Je pense que l’interpellation cordiale des chefs de divisions régionales de l’Autorité de contrôle est un outil à ne jamais négliger… d’abord parce qu’il est bon de rappeler que les associations veillent, ensuite parce que l’ASN a une mission d’information.

Reste qu’elle ne peut pas tout dire au vu de la formidable réglementation en vigueur et que l’on doit compléter par des courriers réguliers à l’exploitant directement ou via sa Cli… Toujours est-il qu’il est bon de préparer le pantouflage à la SFEN des chargé(e)s de communication des centrales. Généralement, les centrales répondent avec une prose du même tonneau que les rapports annuels… on en apprend plus par l’ASN et l’IRSN mais au moins on se rappelle à leur bon souvenir.

Réflexe n°5 : jamais oublier l’ANCCLI

Pour ceux et celles qui appartiennent à une Cli ou qui pourraient l’intégrer, il faut noter que les groupes de travail de l’ANCCLI sont très importants : d’abord parce que ce sont des lieux où l’on trouve de l’information et des contacts, et ensuite parce que c’est une formidable formation ne serait-ce que pour voir comment les « expert(e)s indépendant(e)s » malmènent EDF avec une maestria qui force le respect.

Réflexe n°6 : la liste SCIN est là pour aider chacun(e)

Alors n’hésitez pas à solliciter la liste pour poser des questions, partager des expériences, lancer une discussion etc.

En espérant avoir été utile,

Guillaume Blavette,

Collectif Stop-EPR, administrateur du Réseau Sortir du nucléaire.