Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

La sortie du nucléaire marque des points

Avril 2014 - Aux États-Unis, le nucléaire continue son déclin

22 mai 2014 |




Faute de financements, les projets de centrales nucléaires annulés se multiplient aux États-Unis.



En 2013, les États-Unis ont connu des fermetures de centrales pour raisons économiques en cascade, ainsi que l’échec d’un projet de construction de deux réacteurs EPR à Calvert Cliff (Maryland) (rétrospective). Fin 2013, la firme UniStar, qui avait déposé une demande de licence pour un autre projet de réacteur EPR à Nine Mile Point, près du lac Ontario, a fini par en demander l’annulation, qui vient de lui être accordée en avril 2014.

Ces projets avortés illustrent bien le déclin irréversible de l’industrie nucléaire américaine, confirmé même par un ancien responsable de la sûreté, Gregory Jaczko. Par ailleurs très critique sue le niveau de sûreté des centrales américaines (voir en vidéo), celui-ci époque une industrie en voie de disparition. "Quatre réacteurs sont en cours de construction, mais il n’y a plus d’argent et aucun désir de financer de nouvelles centrales. En conséquence, d’ici 20 ou 30 ans, nous allons avoir très peu de centrales dans ce pays - c’est juste un fait", déclare-t-il dans une interview ].

Les 104 réacteurs commerciaux en fonctionnement aux États-Unis vieillissent. Pour Jaczko, même ceux qui ont reçu une autorisation de fonctionner jusqu’à 60 ans n’atteindront probablement pas ce terme. Confronté à des conditions économiques de plus en plus difficiles et à des dépenses importantes liées au vieillissement et aux remises à niveau de sûreté, le nucléaire a fortement perdu en compétitivité.

En 2013, les États-Unis ont connu des fermetures de centrales pour raisons économiques en cascade, ainsi que l’échec d’un projet de construction de deux réacteurs EPR à Calvert Cliff (Maryland) (rétrospective). Fin 2013, la firme UniStar, qui avait déposé une demande de licence pour un autre projet de réacteur EPR à Nine Mile Point, près du lac Ontario, a fini par en demander l’annulation, qui vient de lui être accordée en avril 2014.

Ces projets avortés illustrent bien le déclin irréversible de l’industrie nucléaire américaine, confirmé même par un ancien responsable de la sûreté, Gregory Jaczko. Par ailleurs très critique sue le niveau de sûreté des centrales américaines (voir en vidéo), celui-ci époque une industrie en voie de disparition. "Quatre réacteurs sont en cours de construction, mais il n’y a plus d’argent et aucun désir de financer de nouvelles centrales. En conséquence, d’ici 20 ou 30 ans, nous allons avoir très peu de centrales dans ce pays - c’est juste un fait", déclare-t-il dans une interview ].

Les 104 réacteurs commerciaux en fonctionnement aux États-Unis vieillissent. Pour Jaczko, même ceux qui ont reçu une autorisation de fonctionner jusqu’à 60 ans n’atteindront probablement pas ce terme. Confronté à des conditions économiques de plus en plus difficiles et à des dépenses importantes liées au vieillissement et aux remises à niveau de sûreté, le nucléaire a fortement perdu en compétitivité.



MENU