Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Agenda

16
mar
Conférences - Débats


Tchernobyl, Fukushima, plus jamais ça !

Atelier/conférence : Tchernobyl, Impacts, echos, héritages est-ouest

Paris (75004) - Ile-de-France


Mercredi 16 mars 2016


À l’Institut d’études avancées de Paris De 9:30 à 18:00

17 Quai d’Anjou, 75004 Paris

http://www.paris-iea.fr/fr/evenements/chernobyl-impacts-echoes-legacies-in-east-and-west

Workshop international organisé par Mélanie Arndt (Universités de Munich et de Ratisbonne, porteuse du projet EcoGlobReg), Laurent Coumel (CNRS, Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen (EHESS-CNRS), membre d’EcoGlobReg), et Marc Elie (CNRS, Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen (EHESS-CNRS), porteur du projet EcoGlobReg), avec le soutien de l’IEA de Paris.



Présentation

Cet atelier réunira des spécialistes de la catastrophe de Tchernobyl à l’occasion de son trentième anniversaire (26 avril 1986). L’objectif de cette journée de rencontres scientifiques est de faire discuter des chercheuses et chercheurs de toutes disciplines travaillant sur l’impact et les traces de la catastrophe à l’Ouest (France, Allemagne) et à l’Est (Biélorussie, Ukraine, Russie). Ce dialogue est une lacune de la recherche contemporaine, tant les spécialités académiques correspondent à une division Est-Ouest : à l’ouest les études sur les risques collectifs, sur les mobilisations citoyennes et sur les média sont majoritaires, alors qu’à l’Est Tchernobyl est analysée dans la perspective de l’étude des régimes politiques et de leur changement (soviétique – post-soviétique).

Cet atelier s’ouvre aux voies de la société civile. Une ancienne « liquidatrice », la biologiste Natalia Manzurova (Ozersk), prendra la parole pour mettre en perspective l’expérience des femmes qui ont participé à décontaminer la zone d’exclusion de Tchernobyl. La journaliste Galia Ackerman, qui a fait de nombreux séjours à Tchernobyl, proposera une étude visuelle des traces de la catastrophe à partir d’un colossal fonds photographique. Programme

9:30 - Introduction

9:45-11:15 Katrin Jordan (Potsdam) : It Can Happen Here Tomorrow. The Debate on the Risks of Nuclear Power in West German and French Media after the Chernobyl Accident. Tatiana Kasperski (Paris) : The Half-Life of Chernobyl Public Memory in Belarus : From Heroic Battle to National Suffering to Renaissance of Chernobyl Lands.

11:15-11:45 - Pause

11:45-13:15 Ayşecan Terzioğlu (Istanbul) : A very Long-lasting Panic and Fear : Chernobyl Effect in Turkey. Sezin Topçu (Paris) : “Don’t Worry, Be (W)Healthy !” : Management of Land Contaminated By Chernobyl and Fukushima Accidents.

13:15-15:00 - Lunch

15:00-16:30 Galia Ackerman (Paris) : Memory of the Wrecked : Peasants and Ethnographers in Contaminated Zones. Natalia Manzurova (Ozersk) : Women at War : Female “Liquidators” of Nuclear Accidents.

16:30-16:45 - Coffee break

16:45-18:00 - Conclusion Soraya Boudia (Paris) : Research and Let Die : Risks of Low Doses Radiation Before and After Chernobyl.

Langues de travail : Français et Anglais Inscription :

http://www.paris-iea.fr/fr/evenements/chernobyl-impacts-echoes-legacies-in-east-and-west

Présentation

Cet atelier réunira des spécialistes de la catastrophe de Tchernobyl à l’occasion de son trentième anniversaire (26 avril 1986). L’objectif de cette journée de rencontres scientifiques est de faire discuter des chercheuses et chercheurs de toutes disciplines travaillant sur l’impact et les traces de la catastrophe à l’Ouest (France, Allemagne) et à l’Est (Biélorussie, Ukraine, Russie). Ce dialogue est une lacune de la recherche contemporaine, tant les spécialités académiques correspondent à une division Est-Ouest : à l’ouest les études sur les risques collectifs, sur les mobilisations citoyennes et sur les média sont majoritaires, alors qu’à l’Est Tchernobyl est analysée dans la perspective de l’étude des régimes politiques et de leur changement (soviétique – post-soviétique).

Cet atelier s’ouvre aux voies de la société civile. Une ancienne « liquidatrice », la biologiste Natalia Manzurova (Ozersk), prendra la parole pour mettre en perspective l’expérience des femmes qui ont participé à décontaminer la zone d’exclusion de Tchernobyl. La journaliste Galia Ackerman, qui a fait de nombreux séjours à Tchernobyl, proposera une étude visuelle des traces de la catastrophe à partir d’un colossal fonds photographique. Programme

9:30 - Introduction

9:45-11:15 Katrin Jordan (Potsdam) : It Can Happen Here Tomorrow. The Debate on the Risks of Nuclear Power in West German and French Media after the Chernobyl Accident. Tatiana Kasperski (Paris) : The Half-Life of Chernobyl Public Memory in Belarus : From Heroic Battle to National Suffering to Renaissance of Chernobyl Lands.

11:15-11:45 - Pause

11:45-13:15 Ayşecan Terzioğlu (Istanbul) : A very Long-lasting Panic and Fear : Chernobyl Effect in Turkey. Sezin Topçu (Paris) : “Don’t Worry, Be (W)Healthy !” : Management of Land Contaminated By Chernobyl and Fukushima Accidents.

13:15-15:00 - Lunch

15:00-16:30 Galia Ackerman (Paris) : Memory of the Wrecked : Peasants and Ethnographers in Contaminated Zones. Natalia Manzurova (Ozersk) : Women at War : Female “Liquidators” of Nuclear Accidents.

16:30-16:45 - Coffee break

16:45-18:00 - Conclusion Soraya Boudia (Paris) : Research and Let Die : Risks of Low Doses Radiation Before and After Chernobyl.

Langues de travail : Français et Anglais Inscription :

http://www.paris-iea.fr/fr/evenements/chernobyl-impacts-echoes-legacies-in-east-and-west




Proposer votre événement