Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°22

Juillet 2003

Mobilisation

Appel à deux rassemblements franco-allemands contre des transports nucléaires en juillet 2003

Juillet 2003




L’air que l’on respire, c’est le même pour tous. La radioactivité ne connaît pas de frontières !



Quoi ?

Les antinucléaires français et allemands partici-peront cet été à deux manifestations communes contre des transports nucléaires. L’une concernera un transport d’hexafluorure d’uranium UF6, qui sert de combustible dans les centrales nucléaires, et l’autre un transport de combustibles usés. Les actions auront lieu le jour d’un transport le long d’une voie ferrée. Elles seront annoncées publiquement et afficheront clairement la lutte commune. Elles concerneront un transport de combustibles usés quittant l’Allemagne en direction de La Hague ou de Sellafield en Grande-Bretagne et un transport d’uranium partant de la vallée du Rhône en direction de Gronau en Westphalie (Allemagne).


Quand ?

Sans doute en juillet 2003, plus précisément au cours des premiers transports :

- Les transports de combustibles usés acheminés de l’Allemagne vers les usines de retraitement ont lieu environ une fois par mois et atteignent la frontière franco-allemande en général dans la soirée du mercredi.

- Les transports d’hexafluorure d’uranium UF6 depuis la vallée du Rhône vers Gronau ont lieu en moyenne deux fois par mois.


Où ?

- à METZ (Moselle) pour le transport de combustibles usés partant d’Allemagne.

- à PERL / APACH (frontière franco-allemande) pour le transport d’hexafluorure d’uranium UF6.

Comment s´y rendre ?

- Rassemblement de Metz - comment y aller ?

prendre l’A 31 vers Metz, première sortie après le pont de Moselle (en venant du Nord), ensuite suivre les panneaux "gare" Parking : directement à côté de la gare ou bien bd. André Maginot

- Rassemblement de Perl/Apach comment y aller ?

- en venant de Trêves : direction de Konz, suivre la B 419 (RN) le long de la Moselle jusqu’à Perl, dans l’agglomération tourner à droite avant le pont (panneau peu frappant) vers la gare

- en venant de Sarrebruck : suivre la A8 (autoroute), prendre la sortie de Merzig, suivre direction "Frankreich/France" jusqu’à Perl

- en venant de France : suivre la N 153 jusqu à Apach et Perl, première à gauche après le pont

- en venant du Luxembourg : traverser le pont à Schengen, puis prendre la première à gauche.

Vous trouverez les détails sur le site

www.atomplenum.de/stop-transports


Pourquoi ?

Nous sommes convaincus que l’exploitation du nucléaire détruit irrémédiablement la nature et les êtres vivants. Tout au long de la spirale nucléaire - depuis l’extraction de l’uranium jusqu’aux déchets radioactifs en passant par l’enrichissement de l’uranium et la production des combustibles - le nombre impressionnant de contaminations et de victimes montre bien que cette technologie à risques n’est pas maîtrisable. Il est possible et nécessaire de sortir du nucléaire dans les plus brefs délais !


Informations complémentaires ?

Vous trouverez des informations actualisées (en français comme en allemand) sur le site www.atomplenum.de/stop-transports, ainsi que ce tract à télécharger. En vous inscrivant sur une liste de diffusion, vous serez informés de la date précise et de l’heure de l’action. Ces données seront diffusées quelques jours à l’avance.

Sur le site ci-dessus, vous pourrez aussi consulter les offres et demandes de covoiturage.


La situation politique

L’Allemagne a décidé la “sortie du nucléaire”, même si concrètement, le prétendu “consensus nucléaire” garantit la poursuite de l’exploitation des centrales. Les réacteurs de la génération actuelle fonctionneront au moins jusqu’en 2020, produisant encore la même quantité d’électricité et de déchets que celle produite depuis le début de l’exploitation des centrales nucléaires jusqu’à présent . En France, une nouvelle génération de réacteurs devrait peu à peu remplacer les réacteurs en fin de vie. Il s’agit de l’EPR qui veut dire European Pressurized Water Reactor (réacteur européen à eau pressurisée). Prétenduement également destiné à l’exportation, il fonctionnera avec du combustible constitué à 50% de MOX, dangereux mélange d’uranium enrichi et de plutonium.

L’EPR a été conçu par Framatome ANP, société appartenant à Areva (France) et à Siemens (Allemagne). La coopération franco-allemande fonctionne aussi dans les autres secteurs de l’industrie nucléaire, notamment dans la fabrication des combustibles, dans la gestion des centrales, le retraitement et le stockage des déchets.

L’usine dite de retraitement à La Hague en Normandie et l’usine d’enrichissement d’uranium de Gronau en Westphalie sont des exemples parmi d’autres de cette coopération, qui fonctionne également sur le plan politique, les deux pays étant engagés dans le traité EURATOM.

Les nucléocrates coopèrent aussi au niveau européen dans tous les secteurs de l’économie : participation des actionnaires, importations et exportations, échanges d’expériences et de personnel, etc.


L’industrie nucléaire, premier consommateur d’électricité !

Les convois dont on parle le plus souvent sont ceux qui transportent des combustibles usés vers La Hague ou Sellafield et ceux qui ramènent les déchets vitrifiés vers Gorleben en Allemagne. Pourtant, les matières premières destinées notamment à la fabrication des combustibles doivent aussi transiter entre différentes installations nucléaires. Dans le monde entier, il faut alimenter en combustible plus de 400 réacteurs, dont 58 se trouvent en France et 19 en Allemagne.

L’un des produits intermédiaires de la spirale nucléaire est l’hexafluorure d’uranium UF6. Il est fabriqué dans les usines d’enrichissement d’uranium comme celle de Gronau en Allemagne et de Pierrelatte en France dans la Drôme.


Les organisations ci-dessous soutiennent ces actions contre les transports nucléaires :


Bure Stop, Réseau Sortir du nucléaire, Atomkraft ? Nein danke, Coordination des collectifs contre l´enfouissement CACENDR, BI Umweltschutz Lüchow-Dannenberg, Initiative für den Atomausstieg Trier, Umwelt-und Projektwerk-statt Freiburg, Atomplenum Hannover, ...Umweltschutz Lüchow-Dannenberg, Initiative für den Atomausstieg Trier, Umwelt-und Projektwerk-statt Freiburg, Atomplenum Hannover...

Quoi ?

Les antinucléaires français et allemands partici-peront cet été à deux manifestations communes contre des transports nucléaires. L’une concernera un transport d’hexafluorure d’uranium UF6, qui sert de combustible dans les centrales nucléaires, et l’autre un transport de combustibles usés. Les actions auront lieu le jour d’un transport le long d’une voie ferrée. Elles seront annoncées publiquement et afficheront clairement la lutte commune. Elles concerneront un transport de combustibles usés quittant l’Allemagne en direction de La Hague ou de Sellafield en Grande-Bretagne et un transport d’uranium partant de la vallée du Rhône en direction de Gronau en Westphalie (Allemagne).


Quand ?

Sans doute en juillet 2003, plus précisément au cours des premiers transports :

- Les transports de combustibles usés acheminés de l’Allemagne vers les usines de retraitement ont lieu environ une fois par mois et atteignent la frontière franco-allemande en général dans la soirée du mercredi.

- Les transports d’hexafluorure d’uranium UF6 depuis la vallée du Rhône vers Gronau ont lieu en moyenne deux fois par mois.


Où ?

- à METZ (Moselle) pour le transport de combustibles usés partant d’Allemagne.

- à PERL / APACH (frontière franco-allemande) pour le transport d’hexafluorure d’uranium UF6.

Comment s´y rendre ?

- Rassemblement de Metz - comment y aller ?

prendre l’A 31 vers Metz, première sortie après le pont de Moselle (en venant du Nord), ensuite suivre les panneaux "gare" Parking : directement à côté de la gare ou bien bd. André Maginot

- Rassemblement de Perl/Apach comment y aller ?

- en venant de Trêves : direction de Konz, suivre la B 419 (RN) le long de la Moselle jusqu’à Perl, dans l’agglomération tourner à droite avant le pont (panneau peu frappant) vers la gare

- en venant de Sarrebruck : suivre la A8 (autoroute), prendre la sortie de Merzig, suivre direction "Frankreich/France" jusqu’à Perl

- en venant de France : suivre la N 153 jusqu à Apach et Perl, première à gauche après le pont

- en venant du Luxembourg : traverser le pont à Schengen, puis prendre la première à gauche.

Vous trouverez les détails sur le site

www.atomplenum.de/stop-transports


Pourquoi ?

Nous sommes convaincus que l’exploitation du nucléaire détruit irrémédiablement la nature et les êtres vivants. Tout au long de la spirale nucléaire - depuis l’extraction de l’uranium jusqu’aux déchets radioactifs en passant par l’enrichissement de l’uranium et la production des combustibles - le nombre impressionnant de contaminations et de victimes montre bien que cette technologie à risques n’est pas maîtrisable. Il est possible et nécessaire de sortir du nucléaire dans les plus brefs délais !


Informations complémentaires ?

Vous trouverez des informations actualisées (en français comme en allemand) sur le site www.atomplenum.de/stop-transports, ainsi que ce tract à télécharger. En vous inscrivant sur une liste de diffusion, vous serez informés de la date précise et de l’heure de l’action. Ces données seront diffusées quelques jours à l’avance.

Sur le site ci-dessus, vous pourrez aussi consulter les offres et demandes de covoiturage.


La situation politique

L’Allemagne a décidé la “sortie du nucléaire”, même si concrètement, le prétendu “consensus nucléaire” garantit la poursuite de l’exploitation des centrales. Les réacteurs de la génération actuelle fonctionneront au moins jusqu’en 2020, produisant encore la même quantité d’électricité et de déchets que celle produite depuis le début de l’exploitation des centrales nucléaires jusqu’à présent . En France, une nouvelle génération de réacteurs devrait peu à peu remplacer les réacteurs en fin de vie. Il s’agit de l’EPR qui veut dire European Pressurized Water Reactor (réacteur européen à eau pressurisée). Prétenduement également destiné à l’exportation, il fonctionnera avec du combustible constitué à 50% de MOX, dangereux mélange d’uranium enrichi et de plutonium.

L’EPR a été conçu par Framatome ANP, société appartenant à Areva (France) et à Siemens (Allemagne). La coopération franco-allemande fonctionne aussi dans les autres secteurs de l’industrie nucléaire, notamment dans la fabrication des combustibles, dans la gestion des centrales, le retraitement et le stockage des déchets.

L’usine dite de retraitement à La Hague en Normandie et l’usine d’enrichissement d’uranium de Gronau en Westphalie sont des exemples parmi d’autres de cette coopération, qui fonctionne également sur le plan politique, les deux pays étant engagés dans le traité EURATOM.

Les nucléocrates coopèrent aussi au niveau européen dans tous les secteurs de l’économie : participation des actionnaires, importations et exportations, échanges d’expériences et de personnel, etc.


L’industrie nucléaire, premier consommateur d’électricité !

Les convois dont on parle le plus souvent sont ceux qui transportent des combustibles usés vers La Hague ou Sellafield et ceux qui ramènent les déchets vitrifiés vers Gorleben en Allemagne. Pourtant, les matières premières destinées notamment à la fabrication des combustibles doivent aussi transiter entre différentes installations nucléaires. Dans le monde entier, il faut alimenter en combustible plus de 400 réacteurs, dont 58 se trouvent en France et 19 en Allemagne.

L’un des produits intermédiaires de la spirale nucléaire est l’hexafluorure d’uranium UF6. Il est fabriqué dans les usines d’enrichissement d’uranium comme celle de Gronau en Allemagne et de Pierrelatte en France dans la Drôme.


Les organisations ci-dessous soutiennent ces actions contre les transports nucléaires :


Bure Stop, Réseau Sortir du nucléaire, Atomkraft ? Nein danke, Coordination des collectifs contre l´enfouissement CACENDR, BI Umweltschutz Lüchow-Dannenberg, Initiative für den Atomausstieg Trier, Umwelt-und Projektwerk-statt Freiburg, Atomplenum Hannover, ...Umweltschutz Lüchow-Dannenberg, Initiative für den Atomausstieg Trier, Umwelt-und Projektwerk-statt Freiburg, Atomplenum Hannover...



Thèmes
Luttes et actions Transports radioactifs