Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°76

Hiver 2018

Éditorial

Antinucléaires, nos luttes ont de l’avenir !

Hiver 2018




D’aucuns se lamentent parfois sur le vieillissement de la lutte antinucléaire, mais un peu partout, des citoyens se mobilisent. Face à la politique du "fait accompli" coutumier de la nucléocratie, c’est l’humain qui doit avoir la priorité pour imposer l’intérêt du bien général.



L’engagement de nombreux citoyens du monde qui luttent contre les armes nucléaires a permis l’émergence d’ICAN et la préparation d’un traité international prônant l’abolition des armes. La persévérance a payé ; ce traité, certes imparfait, certes boycotté par les "puissances nucléaires", constitue une grande avancée pour préserver l’avenir des Terriens.

Autre bonne nouvelle, avec vingt pays présents, le dernier Forum Social Mondial Antinucléaire à Paris a relancé une dynamique internationale pour dénoncer les "folies nucléaires" tant civiles que militaires. Les liens établis augurent de la solidarité dans nos luttes de terrain et de la convergence de nos plateformes. Déjà le MIA propose d’organiser un nouveau FSM-AN à Madrid en 2019 !

Dans l’esprit de beaucoup, il importe de préserver la santé de l’Homme et son environnement. Cette éthique doit nous amener à réagir aux cachotteries, voire aux mensonges, sur les maladies induites par les pollutions radioactives, et sur les fausses informations distillées par les lobbies nucléocrates.

Ce numéro de la revue consacre plusieurs pages à l’éolien. Cette énergie renouvelable peut contribuer, sans exclusivité mais très significativement, à satisfaire une part de nos besoins en énergie électrique. Il paraît aberrant que des blocages abusifs annulent la mise en œuvre de sources

renouvelables utiles à tous … Une analyse sérieuse des griefs opposés aux projets éoliens montre que c’est aux citoyens de s’approprier l’usage harmonieux de cette source d’énergie impactant très peu l’environnement.

C’est aux citoyens de réaliser la transition énergétique, la sobriété énergétique, la production d’énergie au sein de coopératives d’intérêt collectif, bref, d’expérimenter une révolution écologique et sociale. Mais déjà, les exemples ne manquent pas : militants, associations, communes, pays, prouvent que l’on peut vivre heureux sans énergies fossiles, ni fissiles.

"Semons des graines ; il faut s’engager là où on est, et on pourra changer le monde !"

L’engagement de nombreux citoyens du monde qui luttent contre les armes nucléaires a permis l’émergence d’ICAN et la préparation d’un traité international prônant l’abolition des armes. La persévérance a payé ; ce traité, certes imparfait, certes boycotté par les "puissances nucléaires", constitue une grande avancée pour préserver l’avenir des Terriens.

Autre bonne nouvelle, avec vingt pays présents, le dernier Forum Social Mondial Antinucléaire à Paris a relancé une dynamique internationale pour dénoncer les "folies nucléaires" tant civiles que militaires. Les liens établis augurent de la solidarité dans nos luttes de terrain et de la convergence de nos plateformes. Déjà le MIA propose d’organiser un nouveau FSM-AN à Madrid en 2019 !

Dans l’esprit de beaucoup, il importe de préserver la santé de l’Homme et son environnement. Cette éthique doit nous amener à réagir aux cachotteries, voire aux mensonges, sur les maladies induites par les pollutions radioactives, et sur les fausses informations distillées par les lobbies nucléocrates.

Ce numéro de la revue consacre plusieurs pages à l’éolien. Cette énergie renouvelable peut contribuer, sans exclusivité mais très significativement, à satisfaire une part de nos besoins en énergie électrique. Il paraît aberrant que des blocages abusifs annulent la mise en œuvre de sources

renouvelables utiles à tous … Une analyse sérieuse des griefs opposés aux projets éoliens montre que c’est aux citoyens de s’approprier l’usage harmonieux de cette source d’énergie impactant très peu l’environnement.

C’est aux citoyens de réaliser la transition énergétique, la sobriété énergétique, la production d’énergie au sein de coopératives d’intérêt collectif, bref, d’expérimenter une révolution écologique et sociale. Mais déjà, les exemples ne manquent pas : militants, associations, communes, pays, prouvent que l’on peut vivre heureux sans énergies fossiles, ni fissiles.

"Semons des graines ; il faut s’engager là où on est, et on pourra changer le monde !"