Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°27

Juillet 2005

Alternatives

Allemagne : le courant vert envahit la Forêt-Noire

Juillet 2005




Un distributeur allemand fournit une électricité 100% issue d’énergie renouvelable.



L’utopie en marche ? A Schönau, un village allemand de 2 500 habitants au sud de la Forêt-Noire, situé à 50 km de la France, les toitures de l’église protestante et de la maison paroissiale sont entièrement recouvertes de panneaux solaires photovoltaïques. En Allemagne, ce bourg de moyenne montagne fait figure de modèle en termes d’énergies renouvelables. Mais les écologistes locaux, surnommés « rebelles de l’électricité », sont allés beaucoup plus loin. En 1997, ils ont acheté le réseau de distribution électrique communal. La gestion en est depuis confiée à Elektrizitätswerke Schönau (EWS), une entreprise qu’ils ont créée et qui s’engage à distribuer 100 % d’énergie issue de sources renouvelables. Même si, explique-t-on chez EWS, l’idée est de « mélanger l’électricité verte au pot commun », comparé à « un lac souillé assaini au fur et à mesure qu’y coulent des flots purs ».

L’exemple d’EWS entend montrer qu’une autre solution au nucléaire est possible pour le consommateur.

A Schönau, l’électricité vient des rivières de Norvège et d’Autriche, de la cogénération, du gigantesque parc éolien allemand, le plus grand au monde et, plus symboliquement, du soleil.
“Notre action est avant tout un acte politique”

Interview d’Ursula Sladek dirige le distributeur local EWS de Schönau, qui a désormais l’ambition de fournir de l’énergie « verte » dans toute l’Allemagne.

De quand date l’idée de créer une entreprise de distribution d’électricité verte ?

Tout a commencé en 1986 avec l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. A ce moment-là, il n’était pas question de racheter le réseau de distribution d’électricité. On voulait juste se débarrasser du nucléaire le plus vite possible. Avec plusieurs habitants de Schönau, nous avons créé une association qui s’appelait Parents pour un avenir sans atome et nous avons lancé une campagne en faveur des économies d’énergie. A l’époque, les gens du distributeur local d’électricité nous ont dit qu’ils voulaient vendre de l’énergie, pas l’économiser. Aujourd’hui, plus aucun fournisseur ne dirait des choses pareilles.

Vous avez donc décidé de vous débarrasser de ce fournisseur...

Deux votes ont été organisés dans la commune. Les habitants et le conseil municipal ont décidé de confier la distribution de l’électricité à EWS, créée en 1994. En juillet 1997, nous avons déboursé les 5,8 millions de marks que réclamait KWR pour nous céder les vingt kilomètres de câbles du réseau local.

D’où vient votre électricité ?

Comme tous les distributeurs en Allemagne, nous sommes tenus d’acheter 9 % de notre électricité au pool fédéral dans lequel est versé l’ensemble de l’énergie électrique issue de sources renouvelables. Nous nous fournissons également auprès de trois gros cogénérateurs implantés dans le Bade-Wurtemberg, dont la production représente 21 % de l’électricité fournie à nos clients. Pour le reste, nous achetons de l’électricité hydraulique, notamment en Norvège et en Autriche.

La facture de vos clients est-elle plus élevée ?

Nous vendons le kWh à 18,6 centimes d’euro, soit 0,6 centime plus cher que EnBW, le distributeur local qui utilise le nucléaire. Mais, chez nous, l’abonnement coûte seulement 66 euros, contre 92 euros pour les clients d’EnBW. Pour une famille qui consomme moins de 4300 kWh, nous sommes plus compétitifs qu’EnBW. Je crois qu’en Allemagne la majorité des citoyens souhaitent avoir une énergie propre. Mais beaucoup pensent que l’électricité verte coûte plus cher. Les gens ont peur de faire le pas et sont aussi très paresseux : il suffit chez nous de deux minutes pour changer de fournisseur. (1)

EWS est-elle rentable ?

Depuis la libéralisation du marché, en 1998, nous pouvons vendre dans tout le pays. Nous avons aujourd’hui 27 000 clients, certains à Berlin ou Hambourg. Tout s’est fait par bouche à oreille. Nous ne sommes pas un distributeur d’électricité ordinaire parce que nos clients partagent notre idéal et en parlent à leurs amis. Nous faisons des bénéfices depuis 2000. En 2003, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros et un résultat positif de 100 000 euros. Mais notre visée principale est de bouleverser le paysage de la distribution d’électricité en Allemagne. C’est un acte politique. Notre objectif à dix ans est d’avoir un million de clients. Ça peut paraître beaucoup, mais si nous n’étions pas aussi optimistes, nous n’aurions rien fait de tout ça.

A Schönau-im-Schwarzwald, envoyé spécial : Thomas Calinon

Article paru dans Liberation du 2 mai 2005

(1) En France, les particuliers ne pourront pas choisir leur fournisseur avant au moins 2007.

EWS - Elektrizitätswerke Schönau GmbH

Friedrichstraße 53 - 55

79677 Schönau

Telefon : 07673-88850

Fax : 07673-888519

Mail : info@ews-schoenau.de

Site internet en allemand : www.ews-schoenau.de

L’utopie en marche ? A Schönau, un village allemand de 2 500 habitants au sud de la Forêt-Noire, situé à 50 km de la France, les toitures de l’église protestante et de la maison paroissiale sont entièrement recouvertes de panneaux solaires photovoltaïques. En Allemagne, ce bourg de moyenne montagne fait figure de modèle en termes d’énergies renouvelables. Mais les écologistes locaux, surnommés « rebelles de l’électricité », sont allés beaucoup plus loin. En 1997, ils ont acheté le réseau de distribution électrique communal. La gestion en est depuis confiée à Elektrizitätswerke Schönau (EWS), une entreprise qu’ils ont créée et qui s’engage à distribuer 100 % d’énergie issue de sources renouvelables. Même si, explique-t-on chez EWS, l’idée est de « mélanger l’électricité verte au pot commun », comparé à « un lac souillé assaini au fur et à mesure qu’y coulent des flots purs ».

L’exemple d’EWS entend montrer qu’une autre solution au nucléaire est possible pour le consommateur.

A Schönau, l’électricité vient des rivières de Norvège et d’Autriche, de la cogénération, du gigantesque parc éolien allemand, le plus grand au monde et, plus symboliquement, du soleil.
“Notre action est avant tout un acte politique”

Interview d’Ursula Sladek dirige le distributeur local EWS de Schönau, qui a désormais l’ambition de fournir de l’énergie « verte » dans toute l’Allemagne.

De quand date l’idée de créer une entreprise de distribution d’électricité verte ?

Tout a commencé en 1986 avec l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. A ce moment-là, il n’était pas question de racheter le réseau de distribution d’électricité. On voulait juste se débarrasser du nucléaire le plus vite possible. Avec plusieurs habitants de Schönau, nous avons créé une association qui s’appelait Parents pour un avenir sans atome et nous avons lancé une campagne en faveur des économies d’énergie. A l’époque, les gens du distributeur local d’électricité nous ont dit qu’ils voulaient vendre de l’énergie, pas l’économiser. Aujourd’hui, plus aucun fournisseur ne dirait des choses pareilles.

Vous avez donc décidé de vous débarrasser de ce fournisseur...

Deux votes ont été organisés dans la commune. Les habitants et le conseil municipal ont décidé de confier la distribution de l’électricité à EWS, créée en 1994. En juillet 1997, nous avons déboursé les 5,8 millions de marks que réclamait KWR pour nous céder les vingt kilomètres de câbles du réseau local.

D’où vient votre électricité ?

Comme tous les distributeurs en Allemagne, nous sommes tenus d’acheter 9 % de notre électricité au pool fédéral dans lequel est versé l’ensemble de l’énergie électrique issue de sources renouvelables. Nous nous fournissons également auprès de trois gros cogénérateurs implantés dans le Bade-Wurtemberg, dont la production représente 21 % de l’électricité fournie à nos clients. Pour le reste, nous achetons de l’électricité hydraulique, notamment en Norvège et en Autriche.

La facture de vos clients est-elle plus élevée ?

Nous vendons le kWh à 18,6 centimes d’euro, soit 0,6 centime plus cher que EnBW, le distributeur local qui utilise le nucléaire. Mais, chez nous, l’abonnement coûte seulement 66 euros, contre 92 euros pour les clients d’EnBW. Pour une famille qui consomme moins de 4300 kWh, nous sommes plus compétitifs qu’EnBW. Je crois qu’en Allemagne la majorité des citoyens souhaitent avoir une énergie propre. Mais beaucoup pensent que l’électricité verte coûte plus cher. Les gens ont peur de faire le pas et sont aussi très paresseux : il suffit chez nous de deux minutes pour changer de fournisseur. (1)

EWS est-elle rentable ?

Depuis la libéralisation du marché, en 1998, nous pouvons vendre dans tout le pays. Nous avons aujourd’hui 27 000 clients, certains à Berlin ou Hambourg. Tout s’est fait par bouche à oreille. Nous ne sommes pas un distributeur d’électricité ordinaire parce que nos clients partagent notre idéal et en parlent à leurs amis. Nous faisons des bénéfices depuis 2000. En 2003, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros et un résultat positif de 100 000 euros. Mais notre visée principale est de bouleverser le paysage de la distribution d’électricité en Allemagne. C’est un acte politique. Notre objectif à dix ans est d’avoir un million de clients. Ça peut paraître beaucoup, mais si nous n’étions pas aussi optimistes, nous n’aurions rien fait de tout ça.

A Schönau-im-Schwarzwald, envoyé spécial : Thomas Calinon

Article paru dans Liberation du 2 mai 2005

(1) En France, les particuliers ne pourront pas choisir leur fournisseur avant au moins 2007.

EWS - Elektrizitätswerke Schönau GmbH

Friedrichstraße 53 - 55

79677 Schönau

Telefon : 07673-88850

Fax : 07673-888519

Mail : info@ews-schoenau.de

Site internet en allemand : www.ews-schoenau.de



Thèmes
Energies renouvelables