Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°32

Septembre 2006

Vie des groupes

Action... au bout du monde

Septembre 2006




Le “Bout du Monde” dans le Finistère accueille tous les ans quelques 50 000 personnes pour un festival autour des musiques du monde. Le site du festival est surtout situé à 2 kilomètres de la plus grande base nucléaire européenne : 4 SNLE (sous-marins nucléaire lanceurs d’engins) et 288 bombes atomiques équivalentes à 2000 fois Hiroshima : de quoi faire disparaître toute l’Europe !



Cette année, des militants du Réseau Sortir du nucléaire, de Greenpeace, d’AE2D et de la Flottille “Rade de Brest pour une mer propre” ont décidé de se mobiliser pour informer le public du Festival et ce malgré une “interdiction” des organisateurs sur le site…

Dès le vendredi 11 août, distribution de tracts à l’entrée du festival et accueil des festivaliers arrivant en ferry par la flottille avec banderoles, drapeaux et mégaphone.

Le samedi en début d’après-midi, simulation de fuite radioactive sur la base : à 200 m du rond-point d’accès à la presqu’île de Crozon, une première équipe en “tenue” arrête un véhicule sur cinq pour un contrôle de radioactivité, sur le rond-point, une deuxième équipe dédramatise l’accident et informe sur les risques que fait courir la base *. Mais le temps fort de l’action se déroule dans le festival en soirée et le dimanche avec la distribution de 5000 autocollants “Crozon sans nucléaire”, “Le bout du monde sans nucléaire”, “Non aux missiles M51”, “Nous Crozon nos tombes avec le nucléaire” et une dizaine de drapeaux “pacifistes” et du Réseau “Sortir du nucléaire” dans la foule (matériel entré discrètement). Autant dire une visibilité maximale : on se serait cru dans une manif antinucléaire !

Ce qu’il faut surtout retenir, c’est l’accueil des festivaliers qui se sont arrachés les autocollants pour affirmer personnellement leur opinion, pas toujours bien claire d’ailleurs, ce qui nécessiterait un stand d’information conséquent, dedans ou dehors… C’est aussi la solidarité des groupes de musique qui se sont fait interdire de donner la parole à tout pacifiste ou antinucléaire. Merci aux copains d’avoir réussi à donner la parole quelques secondes à Xavier Renou de Greenpeace.
Vie des groupes

Vous participez à un groupe local ? A vous de nous transmettre photos et courts articles pour alimenter cette rubrique.

Vos nombreuses initiatives locales tout au long de l’année permettent d’assurer une présence médiatique locale importante. Soyez en ici chaleureusement remerciés.

Envoyez vos contributions et photos (en basse résolution) par mail à :

actions@sortirdunucleaire.fr
Contact :

Sortir du nucleaire 56

Alain rivat

6, rue de la tannerie

56000 Vannes

Tél : 02 97 40 31 12

E-mail : reseau56@yahoo.fr
* Anecdote : Un touriste immatriculé 50 est arrêté…

- Bonjour Monsieur, vous venez de Cherbourg ?

- Oui…

- La presqu’île accueille ce week-end un festival de 50 000 personnes et nous effectuons des test de radioactivité afin d’éviter de déclencher les détecteurs de la base militaire de l’Ile Longue.

Le touriste s’étrangle, déclare travailler à Cogema et ne pas comprendre. Pendant ce temps, le radiamètre annonce des chiffres…

- Bien, vous pouvez circuler, mais nous vous conseillons de faire passer votre véhicule à un contrôle de radioactivité dès votre retour, vous êtes juste à la limite des normes admissibles !

Cette année, des militants du Réseau Sortir du nucléaire, de Greenpeace, d’AE2D et de la Flottille “Rade de Brest pour une mer propre” ont décidé de se mobiliser pour informer le public du Festival et ce malgré une “interdiction” des organisateurs sur le site…

Dès le vendredi 11 août, distribution de tracts à l’entrée du festival et accueil des festivaliers arrivant en ferry par la flottille avec banderoles, drapeaux et mégaphone.

Le samedi en début d’après-midi, simulation de fuite radioactive sur la base : à 200 m du rond-point d’accès à la presqu’île de Crozon, une première équipe en “tenue” arrête un véhicule sur cinq pour un contrôle de radioactivité, sur le rond-point, une deuxième équipe dédramatise l’accident et informe sur les risques que fait courir la base *. Mais le temps fort de l’action se déroule dans le festival en soirée et le dimanche avec la distribution de 5000 autocollants “Crozon sans nucléaire”, “Le bout du monde sans nucléaire”, “Non aux missiles M51”, “Nous Crozon nos tombes avec le nucléaire” et une dizaine de drapeaux “pacifistes” et du Réseau “Sortir du nucléaire” dans la foule (matériel entré discrètement). Autant dire une visibilité maximale : on se serait cru dans une manif antinucléaire !

Ce qu’il faut surtout retenir, c’est l’accueil des festivaliers qui se sont arrachés les autocollants pour affirmer personnellement leur opinion, pas toujours bien claire d’ailleurs, ce qui nécessiterait un stand d’information conséquent, dedans ou dehors… C’est aussi la solidarité des groupes de musique qui se sont fait interdire de donner la parole à tout pacifiste ou antinucléaire. Merci aux copains d’avoir réussi à donner la parole quelques secondes à Xavier Renou de Greenpeace.
Vie des groupes

Vous participez à un groupe local ? A vous de nous transmettre photos et courts articles pour alimenter cette rubrique.

Vos nombreuses initiatives locales tout au long de l’année permettent d’assurer une présence médiatique locale importante. Soyez en ici chaleureusement remerciés.

Envoyez vos contributions et photos (en basse résolution) par mail à :

actions@sortirdunucleaire.fr
Contact :

Sortir du nucleaire 56

Alain rivat

6, rue de la tannerie

56000 Vannes

Tél : 02 97 40 31 12

E-mail : reseau56@yahoo.fr
* Anecdote : Un touriste immatriculé 50 est arrêté…

- Bonjour Monsieur, vous venez de Cherbourg ?

- Oui…

- La presqu’île accueille ce week-end un festival de 50 000 personnes et nous effectuons des test de radioactivité afin d’éviter de déclencher les détecteurs de la base militaire de l’Ile Longue.

Le touriste s’étrangle, déclare travailler à Cogema et ne pas comprendre. Pendant ce temps, le radiamètre annonce des chiffres…

- Bien, vous pouvez circuler, mais nous vous conseillons de faire passer votre véhicule à un contrôle de radioactivité dès votre retour, vous êtes juste à la limite des normes admissibles !


MENU

Thèmes
Luttes et actions