Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°56

Hiver 2012-2013

Notes de lecture

À livres ouverts...

Hiver 2012-2013




Comme à chaque numéro, nous partageons avec vous nos impressions sur quelques-uns des livres que nous avons reçus ces derniers mois.



Nucléaire, pour quoi faire ?


Jean-Baptiste de Panafieu, Julien Revenu, Éd. Gulf Stream, 2012, 231 pages.
À commander sur : http://boutique.sortirdunucleaire.org ou en envoyant un chèque de 16 € (port compris) au Réseau "Sortir du nucléaire", 9 rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04.

Comment s’intéresser au nucléaire ? Comment rentrer dans les termes techniques liés à cette technologie sans avoir peur de s’y perdre, ou de ne rien y comprendre ?

L’ouvrage de Jean-Baptiste de Panafieu et Julien Revenu est simple, dynamique, ponctué de nombreux dessins très réussis et à l’humour parfois grinçant, bref une superbe réalisation qui donne envie de lire, et permet de comprendre beaucoup de choses exposées de façon accessible.

Eh oui, c’est possible et ce dès 12-13 ans, autant dire que cet ouvrage n’est pas fait pour les spécialistes de l’uranium-238, mais tout le monde y trouvera son compte dans le large choix des thèmes abordés, chacun sous forme d’une synthèse de deux pages. Alternatives au nucléaire, atome, déchets, effet de serre, Fukushima, iode, nuage, plutonium, Tchernobyl, uranium... Et à la fin de chacun des 52 sujets, des mots-clés nous invitent à zapper, à voyager dans le livre.
À mettre entre toutes les mains et une bonne idée de cadeau !

Carnets d’esprit – Prypiat : l’autre histoire de Tchernobyl


Philippe Nonie, Éd. L’Harmattan, 2012, 247 pages, 26 €, disponible en librairie.

Journaliste originaire de Prypiat, expatrié en France pour fuir un passé trop douloureux, Léonid n’a jamais fait le deuil de sa famille décimée par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Il faut dire que Léonid porte le poids de la dépêche, qu’il a rédigée sous la contrainte de la Pravda à la suite de l’explosion de la catastrophe de Tchernobyl, pour annoncer que l’incident n’était pas grave et ne représentait pas de danger pour la population.

Marié, père de deux enfants, il coule une vie en apparence heureuse et sans problème. À l’occasion des 25 ans de l’anniversaire de la catastrophe, Léonid se voit confier un reportage pour un journal gratuit parisien sur ce sujet. L’occasion se présente à lui de retourner en Ukraine. Une décision difficile à prendre mais qui permettra à Léonid d’exhumer son passé et d’en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé.

C’est à travers des carnets d’esprit que Léonid s’exprime le plus souvent. Ces carnets donnent également la parole à ceux qui ne peuvent plus parler : les victimes de Tchernobyl. Ce beau roman, plein de tendresse et d’humanité, nous fait revivre la catastrophe nucléaire de 1986 et ses conséquences humaines jusqu’à nos jours et donne à réfléchir sur l’avenir que nous offrons à nos enfants.

La centrale indémontable


Claude-Marie Vadrot, Éd. Max Milo, 2012, 160 pages, 14 €, disponible en librairie.

À travers l’histoire de la centrale bretonne de Brennilis, c’est à un parcours dans les contradictions, mensonges et promesses des nucléocrates que nous convie Claude-Marie Vadrot, journaliste spécialiste de la question.

Le style des plus dynamiques, clair et concis, permet de comprendre quels furent les enjeux de la construction de la centrale de Brennilis et de son ouverture théorique puisqu’elle n’a que très peu fonctionné. Quelles sont les attentes économiques actuelles de son démantèlement, promis comme exemplaire mais surtout dispendieux ?

Produire son eau chaude et son électricité solaires


T. Gallauziaux, D. Fedullo, Éd. Eyrolles, 2012, 61 pages, 9 €, disponible en librairie.

Un panorama clair de l’état de l’art, abondamment illustré et permettant au lecteur de se faire une opinion sur la pertinence de ces installations de production d’énergie renouvelable.

Le texte aborde non seulement les principes et décrit les techniques, mais donne des pistes de réflexion pour emmener le candidat à une installation à se décider - ou non - en toute connaissance de cause.

Parmi les bonnes surprises du choix des auteurs, celle de voir que dans le descriptif et les recommandations, la place du solaire thermique est identique à celle du photovoltaïque. On avait tendance à oublier depuis quelques années que la production de chaleur à partir du soleil est l’un des meilleurs choix par sa cohérence, malheureusement masqué par l’engouement pour le photovoltaïque. La partie consacrée à celui-ci se perd d’ailleurs un peu en considérations et détails techniques peu intéressants. Dommage.

En 60 pages seulement, le livre trouve même la place de mentionner deux solutions très peu connues du public, que sont les panneaux hybrides et la climatisation solaire.

Une énergie antinucléaire


Jocelyn Peyret, Atelier de Création Libertaire, 2012, 186 pages. À commander au prix de 17,5 € (port compris) sur http://boutique.sortirdunucleaire.org ou par chèque au Réseau "Sortir du nucléaire", 9 rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04.

Les livres qui traitent de la façon dont sont menées les luttes antinucléaires demeurent rares. Heureuse initiative donc que ce témoignage de Jocelyn Peyret (contributeur bénévole régulier à cette revue). Jocelyn évoque, du "Jeûne sans nucléaire" de 2004 à la grande chaîne humaine Lyon-Avignon de 2012, ses années de collaboration avec le Réseau, dont celles, les plus denses, où il a exercé, en tant que salarié, les fonctions de coordinateur des groupes et des actions.

Ayant été aux premières loges du travail de terrain et de coordination de nombreuses mobilisations, Jocelyn fait partager son vécu de cet engagement au long cours. À n’en pas douter, les sympathisant.e.s et militant.e.s de notre combat y trouveront un grand intérêt. L’auteur évoque en effet largement les coulisses de diverses actions, les difficultés rencontrées, les moments de doute ou de découragement comme ceux de jubilation, … avec un franc-parler qui est sa marque de fabrique. Certaines remarques assassines et un regrettable "règlement de comptes" n’apportent rien au propos. Ce travers, assez classique du genre, est regrettable, mais n’entame pas l’intérêt global de ce témoignage.

Revendiqué comme éminemment personnel, celui-ci ne prétend pas dresser un panorama d’ensemble de l’action des nombreuses personnes (bénévoles et salarié.e.s) qui "font" le Réseau "Sortir du nucléaire". Son ambition : donner à voir, les mains dans le cambouis, "seulement" une fraction – essentielle - du travail que nous menons collectivement au quotidien... c’est déjà beaucoup !

Où en sommes-nous avec le nucléaire militaire ?


Paul Aïm, Éd. L’Harmattan, 2011, 98 pages, 11 €, disponible en librairie.

"Mais peut-on penser sérieusement que ceux qui possèdent l’arme la plus puissante […], y renonceront volontairement ?" Tel est l’exercice auquel nous invite l’auteur. Philosophe, il s’attache à penser la logique politique sous-tendue par les armes nucléaires et leur possible élimination dans le monde d’aujourd’hui, post-guerre froide.

Rappelant également que l’utilisation de l’arme nucléaire peut conduire à l’auto-destruction et à "l’inhabitabilité de la Terre", Paul Aïm montre en quoi la force de la "poussée écologique" actuelle pourrait conduire à un monde sans armes nucléaires. À condition bien sûr "de renverser l’ordre de nos responsabilités, en mettant le souci de notre survie au-dessus de celle de la réalisation de nos idéaux".

Une interpellation philosophique dense sur notre capacité à assumer le péril inédit provoqué par l’arme nucléaire, de disparaître non plus seulement comme individus et générations, mais comme humanité.

Patrice Bouveret

Nucléaire, pour quoi faire ?


Jean-Baptiste de Panafieu, Julien Revenu, Éd. Gulf Stream, 2012, 231 pages.
À commander sur : http://boutique.sortirdunucleaire.org ou en envoyant un chèque de 16 € (port compris) au Réseau "Sortir du nucléaire", 9 rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04.

Comment s’intéresser au nucléaire ? Comment rentrer dans les termes techniques liés à cette technologie sans avoir peur de s’y perdre, ou de ne rien y comprendre ?

L’ouvrage de Jean-Baptiste de Panafieu et Julien Revenu est simple, dynamique, ponctué de nombreux dessins très réussis et à l’humour parfois grinçant, bref une superbe réalisation qui donne envie de lire, et permet de comprendre beaucoup de choses exposées de façon accessible.

Eh oui, c’est possible et ce dès 12-13 ans, autant dire que cet ouvrage n’est pas fait pour les spécialistes de l’uranium-238, mais tout le monde y trouvera son compte dans le large choix des thèmes abordés, chacun sous forme d’une synthèse de deux pages. Alternatives au nucléaire, atome, déchets, effet de serre, Fukushima, iode, nuage, plutonium, Tchernobyl, uranium... Et à la fin de chacun des 52 sujets, des mots-clés nous invitent à zapper, à voyager dans le livre.
À mettre entre toutes les mains et une bonne idée de cadeau !

Carnets d’esprit – Prypiat : l’autre histoire de Tchernobyl


Philippe Nonie, Éd. L’Harmattan, 2012, 247 pages, 26 €, disponible en librairie.

Journaliste originaire de Prypiat, expatrié en France pour fuir un passé trop douloureux, Léonid n’a jamais fait le deuil de sa famille décimée par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Il faut dire que Léonid porte le poids de la dépêche, qu’il a rédigée sous la contrainte de la Pravda à la suite de l’explosion de la catastrophe de Tchernobyl, pour annoncer que l’incident n’était pas grave et ne représentait pas de danger pour la population.

Marié, père de deux enfants, il coule une vie en apparence heureuse et sans problème. À l’occasion des 25 ans de l’anniversaire de la catastrophe, Léonid se voit confier un reportage pour un journal gratuit parisien sur ce sujet. L’occasion se présente à lui de retourner en Ukraine. Une décision difficile à prendre mais qui permettra à Léonid d’exhumer son passé et d’en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé.

C’est à travers des carnets d’esprit que Léonid s’exprime le plus souvent. Ces carnets donnent également la parole à ceux qui ne peuvent plus parler : les victimes de Tchernobyl. Ce beau roman, plein de tendresse et d’humanité, nous fait revivre la catastrophe nucléaire de 1986 et ses conséquences humaines jusqu’à nos jours et donne à réfléchir sur l’avenir que nous offrons à nos enfants.

La centrale indémontable


Claude-Marie Vadrot, Éd. Max Milo, 2012, 160 pages, 14 €, disponible en librairie.

À travers l’histoire de la centrale bretonne de Brennilis, c’est à un parcours dans les contradictions, mensonges et promesses des nucléocrates que nous convie Claude-Marie Vadrot, journaliste spécialiste de la question.

Le style des plus dynamiques, clair et concis, permet de comprendre quels furent les enjeux de la construction de la centrale de Brennilis et de son ouverture théorique puisqu’elle n’a que très peu fonctionné. Quelles sont les attentes économiques actuelles de son démantèlement, promis comme exemplaire mais surtout dispendieux ?

Produire son eau chaude et son électricité solaires


T. Gallauziaux, D. Fedullo, Éd. Eyrolles, 2012, 61 pages, 9 €, disponible en librairie.

Un panorama clair de l’état de l’art, abondamment illustré et permettant au lecteur de se faire une opinion sur la pertinence de ces installations de production d’énergie renouvelable.

Le texte aborde non seulement les principes et décrit les techniques, mais donne des pistes de réflexion pour emmener le candidat à une installation à se décider - ou non - en toute connaissance de cause.

Parmi les bonnes surprises du choix des auteurs, celle de voir que dans le descriptif et les recommandations, la place du solaire thermique est identique à celle du photovoltaïque. On avait tendance à oublier depuis quelques années que la production de chaleur à partir du soleil est l’un des meilleurs choix par sa cohérence, malheureusement masqué par l’engouement pour le photovoltaïque. La partie consacrée à celui-ci se perd d’ailleurs un peu en considérations et détails techniques peu intéressants. Dommage.

En 60 pages seulement, le livre trouve même la place de mentionner deux solutions très peu connues du public, que sont les panneaux hybrides et la climatisation solaire.

Une énergie antinucléaire


Jocelyn Peyret, Atelier de Création Libertaire, 2012, 186 pages. À commander au prix de 17,5 € (port compris) sur http://boutique.sortirdunucleaire.org ou par chèque au Réseau "Sortir du nucléaire", 9 rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04.

Les livres qui traitent de la façon dont sont menées les luttes antinucléaires demeurent rares. Heureuse initiative donc que ce témoignage de Jocelyn Peyret (contributeur bénévole régulier à cette revue). Jocelyn évoque, du "Jeûne sans nucléaire" de 2004 à la grande chaîne humaine Lyon-Avignon de 2012, ses années de collaboration avec le Réseau, dont celles, les plus denses, où il a exercé, en tant que salarié, les fonctions de coordinateur des groupes et des actions.

Ayant été aux premières loges du travail de terrain et de coordination de nombreuses mobilisations, Jocelyn fait partager son vécu de cet engagement au long cours. À n’en pas douter, les sympathisant.e.s et militant.e.s de notre combat y trouveront un grand intérêt. L’auteur évoque en effet largement les coulisses de diverses actions, les difficultés rencontrées, les moments de doute ou de découragement comme ceux de jubilation, … avec un franc-parler qui est sa marque de fabrique. Certaines remarques assassines et un regrettable "règlement de comptes" n’apportent rien au propos. Ce travers, assez classique du genre, est regrettable, mais n’entame pas l’intérêt global de ce témoignage.

Revendiqué comme éminemment personnel, celui-ci ne prétend pas dresser un panorama d’ensemble de l’action des nombreuses personnes (bénévoles et salarié.e.s) qui "font" le Réseau "Sortir du nucléaire". Son ambition : donner à voir, les mains dans le cambouis, "seulement" une fraction – essentielle - du travail que nous menons collectivement au quotidien... c’est déjà beaucoup !

Où en sommes-nous avec le nucléaire militaire ?


Paul Aïm, Éd. L’Harmattan, 2011, 98 pages, 11 €, disponible en librairie.

"Mais peut-on penser sérieusement que ceux qui possèdent l’arme la plus puissante […], y renonceront volontairement ?" Tel est l’exercice auquel nous invite l’auteur. Philosophe, il s’attache à penser la logique politique sous-tendue par les armes nucléaires et leur possible élimination dans le monde d’aujourd’hui, post-guerre froide.

Rappelant également que l’utilisation de l’arme nucléaire peut conduire à l’auto-destruction et à "l’inhabitabilité de la Terre", Paul Aïm montre en quoi la force de la "poussée écologique" actuelle pourrait conduire à un monde sans armes nucléaires. À condition bien sûr "de renverser l’ordre de nos responsabilités, en mettant le souci de notre survie au-dessus de celle de la réalisation de nos idéaux".

Une interpellation philosophique dense sur notre capacité à assumer le péril inédit provoqué par l’arme nucléaire, de disparaître non plus seulement comme individus et générations, mais comme humanité.

Patrice Bouveret