Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°67

Novembre 2015

Éditorial

COP 21 : l’industrie nucléaire ose tout, ne la laissons pas faire !

Novembre 2015




Alors que commence en décembre la 21e conférence mondiale sur le climat (COP21), l’industrie nucléaire a sorti le grand jeu. EDF, qui sponsorise l’événement, prétend produire "98 % de son électricité sans CO2" et vante ses "solutions pour une économie décarbonée", tandis que la Société Française d’Énergie Nucléaire déplore que cette technologie "bas-carbone", "efficace", "qui préserve la faune et la flore" ne puisse bénéficier du label "Transition énergétique et Climat" et des financements publics associés. Pour lutter contre ce rouleau compresseur, rappelons que le nucléaire ne sera jamais une solution pour le climat. (p.6 à 10). Diffusion d’information, actions en justice, manifestations : la riposte s’organise ! Nous vous attendons nombreux lors des rassemblements qui seront organisés du 28 novembre au 12 décembre, à Paris et partout en France.



Sous couvert de protection du climat, l’industrie nucléaire en déroute est surtout en recherche désespérée de nouveaux financements. Les centrales ne se vendent plus et le fiasco de l’EPR n’arrange rien pour elle. On ne dénoncera d’ailleurs jamais assez comment EDF, par un habile tour de passe-passe, est parvenu à imposer sa vision et à conditionner la fermeture de Fessenheim à la mise en service de plus en plus hypothétique de l’EPR de Flamanville. Ce report de l’arrêt de la doyenne des centrales françaises est inacceptable. Les graves défauts de sûreté de la centrale plaident pour son arrêt sans délai et un vigoureux développement des énergies renouvelables sans plus attendre, comme certains s’y emploient déjà en Alsace (p.19). En repoussant la fermeture des vieilles centrales, le gouvernement fait aussi le choix de laisser s’empiler les déchets radioactifs, qui, de surcroît, transitent régulièrement sur les voies de la SNCF en toute opacité... sauf quand nous parvenons à les traquer. Alors que paraît cette revue, se prépare le premier congrès du Réseau "Sortir du nucléaire" ouvert à tout le mouvement antinucléaire. Les débats sont déjà riches.

Nous appelons les groupes et militants à se saisir des outils mis en place pour préparer ce congrès, dynamiser nos luttes et contrer le lobby de l’atome. Le Conseil d’Administration du Réseau "Sortir du nucléaire"

Sous couvert de protection du climat, l’industrie nucléaire en déroute est surtout en recherche désespérée de nouveaux financements. Les centrales ne se vendent plus et le fiasco de l’EPR n’arrange rien pour elle. On ne dénoncera d’ailleurs jamais assez comment EDF, par un habile tour de passe-passe, est parvenu à imposer sa vision et à conditionner la fermeture de Fessenheim à la mise en service de plus en plus hypothétique de l’EPR de Flamanville. Ce report de l’arrêt de la doyenne des centrales françaises est inacceptable. Les graves défauts de sûreté de la centrale plaident pour son arrêt sans délai et un vigoureux développement des énergies renouvelables sans plus attendre, comme certains s’y emploient déjà en Alsace (p.19). En repoussant la fermeture des vieilles centrales, le gouvernement fait aussi le choix de laisser s’empiler les déchets radioactifs, qui, de surcroît, transitent régulièrement sur les voies de la SNCF en toute opacité... sauf quand nous parvenons à les traquer. Alors que paraît cette revue, se prépare le premier congrès du Réseau "Sortir du nucléaire" ouvert à tout le mouvement antinucléaire. Les débats sont déjà riches.

Nous appelons les groupes et militants à se saisir des outils mis en place pour préparer ce congrès, dynamiser nos luttes et contrer le lobby de l’atome. Le Conseil d’Administration du Réseau "Sortir du nucléaire"



Thèmes
Nucléaire et climat